Accueil » Emmanuel Macron reste fidèle à lui-même : il ne propose aucune vraie réforme pour la France

Emmanuel Macron reste fidèle à lui-même : il ne propose aucune vraie réforme pour la France

par Nicolas Lecaussin

Lors de son intervention du 14 juillet, le Président a fait du… macronisme. Il n’a rien proposé de concret. Alors que l’inflation explose et que la crise économique approche à grands pas, Macron annonce, comme à son habitude, des mesurettes qui ne résoudront nullement les problèmes de la France et des Français. Tandis que les prix de l’essence et du gasoil augmentent, il a annoncé vouloir « aller vers des mécanismes qui vont cibler les gens qui en ont le plus besoin ». Et d’ajouter : « Sur l’essence, on va avec les employeurs, faire en sorte que ceux qui ont besoin de beaucoup utiliser leur voiture soient mieux accompagnés.» Au lieu d’annoncer une baisse massive des taxes sur les carburants, il va donner encore du travail aux employeurs qui devront s’occuper des employés qui utilisent la voiture. A partir de combien de km par jour ? Ca sent l’usine à gaz et une corvée de plus pour les entreprises.

Emmanuel Macron voit dans la réforme du travail « le cœur de la réponse» notamment pour «accélérer la transition énergétique». Décidément, tout est lié à l’écologie (évidemment, on a eu droit, face à « l’urgence climatique », à l’annonce d’un plan de «sobriété énergétique»), même pour le marché du travail déjà extrêmement réglementé et coûteux. Il envisage de le contraindre encore alors qu’il faudrait le libéraliser. Prévoyant dès la fin de l’été un texte de loi sur la réforme du travail, le président annonce une série de réformes dans le quinquennat à venir, autour de trois axes : la réforme du lycée professionnel, le renforcement de l’apprentissage et la formation continue tout au long de la vie. C’est du déjà-vu. A force de réformer la formation des jeunes et des plus âgés, on a déboussolé les employeurs, qui sont continuellement bombardés de lois et de textes réglementaires, ainsi que les bénéficiaires qui ne s’y retrouvent plus.  De plus, la centralisation de l’apprentissage depuis 2019, via France compétences, a montré ses limites et la Cour des comptes vient  de mettre en garde sur la hausse des coûts par apprenti.

Sur les retraites, Emmanuel Macron a encore rappelé son objectif de «progressivement décaler l’âge de départ légal obligatoire jusqu’à 65 ans», mais en en ayant comme horizon «le début des années 2030», ce qui reviendrait à décaler «de quatre mois par an» l’âge de départ à la retraite, pour atteindre «moins de deux ans d’ici la fin du quinquennat». Le président annonce que «la discussion sur ce sujet va commencer à la rentrée» avec les… partenaires sociaux. Nous voilà rassurés ! On le sait, c’est la seule chose qui marche en France : les discussions avec les partenaires sociaux qui ne servent à rien.

Les cinq années à venir seront, très probablement, celles de l’inaction au pouvoir.

You may also like

4 commentaires

Laurent MOTTE 15 juillet 2022 - 7:16

bonjour,
merci pour l’analyse du discours du président.
Ne soyons pas surpris : réélu avec une majorité de voix confortable, on l’a voulu, on l’a eu. Ne nous étonnons pas du discours et du comportement de M. Macron. Il a déjà montré qu’il ne s’intéressait pas aux problèmes de Français. C’est désespérant, on en a pour 5 années, sûr.

Répondre
Obeguyx 15 juillet 2022 - 8:06

Que peut-on attendre de Macronunuche ? Rien ou plutôt rien de bon. Et tant pis pour ceux qui n’ont pas voté pour lui (80 % environ de l’électorat) et tant mieux pour tous les autres nunuches qui le portent aux nues …

Répondre
PhB 16 juillet 2022 - 8:46

Bonjour,
Il est vrai que les taxes sur les carburants sont très élevées en France mais c’est également vrai chez nos voisins Allemands.
Depuis quelque temps, la tendance des Alsaciens allant s’approvisionner outre Rhin des années 80 s’est radicalement inversée et actuellement, cela avait commencé après la Réunification.
Il n’est pas rare de voir nos voisin franchir le Rhin pour faire le plein d’essence après avoir rempli leur Caddie au Supermarché de bouteilles d’eau et d’Alcool.
Spécialement les lundi entre midi et une.
C’est du réel, du vécu par moi-même, faisant mes courses à ce moment là, tout au Nord de l’Alsace, à Wissembourg.
Alors monsieur Lecaussin, les taxes sont- elles moins élevés en Allemagne?
Alors: CHERCHEZ l’ERREUR!
PhB

Répondre
Rémi 17 juillet 2022 - 6:31

« Fidèle à lui-même » Mais c’est évident, comment pourrait-il en être autrement ?

Qui pourrait imaginer une seconde que Monsieur Macron se préoccupe de la France et de son devenir ?

Soyons réalistes et ne nous faisons aucune illusion : « UN CHIEN NE FAIT PAS DES CHATS » aussi « L’ÉGO » de monsieur Macron, ne peut qu’alimenter SON EGO et le faire prospérer pour devenir une référence historique, en évacuant des livres d’Histoire, Saint Louis, Louis XIV, Napoléon, le Général de Gaulle qu’il voudrait reléguer à de simples tristes ombres sans consistances …

Alors, la France, pour monsieur MACRON ne parait être qu’un « épiphénomène » aussi ne nous faisons aucune illusion sur du détenteur du château de la « république monarchique… Qui développe avec insistance son endettement de manière abyssale en référence au Tonneau des Danaïdes qui restera dans la mémoire collective qui sera transmise à nos enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants… !

Triste constat !

Répondre

Laissez un commentaire