Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » L’écologie grande cause du quinquennat : Emmanuel Macron pouvait-il faire plus mauvais choix ?

L’écologie grande cause du quinquennat : Emmanuel Macron pouvait-il faire plus mauvais choix ?

par
285 vues
Elu président de la République dimanche 24 avril, Emmanuel Macron avait annoncé en amont que son Premier ministre serait « directement chargé de la planification écologique ». Une belle façon de confirmer que la France ne sera pas au centre de ses préoccupations et qu’elle risque de sortir affaiblie de son second mandat.

Le ministère de l’Ecologie était déjà flanqué du ministère du Logement et du ministère des Transports, sans que personne ait semblé se demander si le premier objet de ces deux ministères était réellement d’ordre écologique. Emmanuel Macron veut en sus offrir à l’idéologie du XXIe siècle deux ministres supplémentaires, l’un chargé de la « planification écologique territoriale », l’autre de la « planification énergétique ». Passons sur le terme commun de ces trois ministères, Jean-Luc Mélenchon, auquel Macron emprunte son idée, doit se frotter les mains.

L’urgence écologique, ce mort difficile à tuer

La planification écologique macronienne est née à Marseille, par une belle journée d’avril, pendant le débat d’entre-deux tours qu’Emmanuel Macron tenait sur les terres de Jean-Luc Mélenchon. Il s’y est félicité d’avoir bloqué plusieurs projets, Notre-Dame-des-Landes (pourtant approuvé par référendum), Europacity, la Montagne d’Or de Guyane et le terminal 4 de Roissy, projets qui allaient à l’encontre de l’écologie. Bel exemple d’une écologie refusant toute espèce de progrès, quels que puissent en être les retours sur le niveau de vie des Français. Faudrait-il remercier Emmanuel Macron d’avoir donné des ailes aux militants friands d’interdictions et de sabotages ? Alors que la France est parmi les pays les moins émetteurs de CO2, indicateur reconnu, quoique contestable, pour évaluer la pollution « climat » émise par un pays, les écologistes continuent à lui imposer de nombreuses réglementations qui empêchent les entreprises d’innover pour, justement, adapter les modes de vie aux changements climatiques. Ainsi, entre 2021 et 2022, la France a émis 430 kg/hab de CO2 en un an, contre, par exemple, 968 pour l’Espagne, 1 013 pour la Belgique, 1 478 pour le Royaume-Uni, 2 350 pour l’Allemagne. Le mythe vient du film ironiquement intitulé Une vérité qui dérange, produit par Al Gore en 2007 et qui lui valut le prix Nobel de la paix, conjointement avec le GIEC. On y voyait deux courbes en « crosses de hockey » qui permettaient de lier la hausse des températures aux émissions de CO2. Cependant, les hausses de température n’étant mesurées précisément que depuis peu, leur courbe devait être revue. Elle l’a été, grâce à l’examen de carottes glaciaires et d’anneaux de croissance dans les troncs d’arbres. On a alors compris que les températures subissaient déjà des variations importantes bien avant que l’homme se mette à émettre du dioxyde de carbone dans l’atmosphère. La correction de la courbe d’Al Gore détruit la pertinence de sa démonstration et prouve qu’il n’est guère possible de lier les émissions de dioxyde de carbone et le réchauffement de la planète. Un fait assez peu repris, il faut le constater. On observe certes des changements climatiques, mais leurs causes sont encore difficiles à cerner avec exactitude. Il n’est donc pas pertinent d’interdire certains modes de vie dont on a pas démontré le danger « pour la planète ». C’est pourtant précisément ce que faisait la loi Climat, qui risque, avec le nouveau mandat d’Emmanuel Macron, d’être suivie d’autres projets.

La planification communiste à la rescousse de l’écologie

La planification écologique est un concept emprunté à Jean-Luc Mélenchon. Ce terme est en effet apprécié par sa famille politique. Le ministre d’Emmanuel Macron qui en serait chargé devrait, d’ici 2030, faire baisser les émissions françaises de CO2 de 40% par rapport à 1990. A la fin du XXe siècle, elles avaient commencé à diminuer, moins 20% en trente ans. Emmanuel Macron voudrait donc réaliser la même performance en seulement huit ans, soit une baisse de 2,5% par an. Un objectif ambitieux, pour ne pas dire téméraire, quand on sait que ces fameuses émissions ont été réduites de 6% sur l’ensemble de la planète l’année du confinement. Les faire baisser de 2,5% par an aurait donc des conséquences importantes sur notre niveau de vie, sans forcément en avoir sur le sacro-saint climat qui ne souffre peut-être pas plus des émissions de dioxyde de carbone que de nos comportements dans la vie quotidienne. En tout cas, jusqu’ici, rien ne le prouve. Qu’à cela ne tienne, les écologistes sont sur la ligne de départ, avec un large choix de normes contraignantes car, Emmanuel Macron l’a dit, « les patrons n’auront pas d’autre choix que d’être éco-responsables ».

Le ministre chargé de la planification écologique sera donc accompagné du ministre de la « planification énergétique », qui permettra à la France de sortir du pétrole, du gaz et du charbon. On s’attend à de nouvelles sanctions financières et réglementaires sur les voitures à essence et leur carburant, à l’interdiction aggravée des chaudières au fioul, que suivra peut-être l’interdiction du chauffage au gaz. En revanche, ce ministère risque de ne pas faire grand-chose pour l’autorisation de la recherche sur le gaz de schiste, interdite en 2017, pendant que les Américains faisaient d’importants progrès dans ce domaine. Certes, Emmanuel Macron prévoit de redonner à la France une puissance nucléaire plus importante, mais il a également l’intention d’investir dans les renouvelables, comme si ces énergies n’avaient pas assez prouvé leur inefficacité. Le deuxième ministre associé à la planification écologique sera le ministre de la « planification écologique territoriale ». Il sera chargé des modes de transports, de l’investissement dans le fluvial et le fret ferroviaire, de l’accélération de la rénovation des logements et de la qualité de l’eau, de l’air et de l’alimentation. Les qualités de l’eau et de l’air relèvent pourtant plutôt des collectivités territoriales, qui connaissent leur géographie, les entreprises sur leur sol et leurs conséquences. Pour le reste, il ne s’agit que d’une nouvelle façon pour l’Etat de s’immiscer dans des domaines où il n’a que faire.

Alors que les Français aspirent à un pays plus sûr, où ils puissent jouir du fruit de leur travail, Emmanuel Macron leur offre un Etat despotique où celui qui n’est pas écolo sera peut-être bientôt un sous-citoyen. Voilà qui ne devrait pas inciter les Français à se rallier au drapeau vert de l’écologie. Pour cela, mieux vaudrait faire confiance aux entrepreneurs qui ne demandent qu’à innover pour respecter et protéger la Terre qui leur offre ses richesses.

Vous pouvez aussi aimer

22 commentaires

LAURENT46 3 mai 2022 - 4:45

La seule matière première et industrie disponible en France. Celle qui rapporte un maximum de contraintes réduit les libertés et fait croître taxes et dettes.

Répondre
JR 3 mai 2022 - 6:45

Bonjour, et que représente la France qui est déjà exemplaire, sur le globe : https://static.climato-realistes.fr/2021/01/FicheACR9-1.pdf . Bien à vous

Répondre
JR 3 mai 2022 - 6:51

Bonjour, mais heureusement, la résistance s’organise au niveau Européen : https://climatetverite.net/2022/04/29/clintel-fete-le-millieme-signataire-de-sa-world-climate-declaration/ . Bien à vous

Répondre
Obeguyx 3 mai 2022 - 7:58

Merci, Adélaïde pour cet article. Il faut que le peuple de France se libère de la « peur » viscérale qui l’étreint. Pas de salut sans cela.

Répondre
Kircher Jean 3 mai 2022 - 8:15

Un bel exemple de cette idéologie néfaste: la limitation à 40 tonnes pour les camions au lieu de 44 tonnes pour franchir les frontières avec le Benelux (qui lui maintient la limite à 44 tonnes). Résultat = la perte de 10% de charge utile et donc une perte de compétitivité.
Afin de compenser cette perte de charge, il faudra lancer sur nos routes 20 000 camions supplémentaire! Bonjour l’écologie respectueuse de la planète!!!!

Répondre
Andy Vaujambon 3 mai 2022 - 8:35

Hélas le génie des écolos a été de faire passer le réchauffement anthropique du rang de simple hypothèse à celui de religion. Et son catéchisme est martelé tant par l’éducation dite nationale que par les médias mainstream et l’ensemble des institutions internationales, contaminant toutes les nouvelles générations. Et les climatosceptiques sont « cancellés » partout. « Que faire ? » comme demandait Lénine.

Répondre
Verdun 3 mai 2022 - 8:42

La France poursuivra son naufrage.

Bien à vous

Gilles VERDUN

Répondre
JR 3 mai 2022 - 5:51

Bonjour, et tout cela pour rien: https://climatetverite.net/2021/10/29/le-co2-ce-gaz-rare/ . Bien à vous

Répondre
en fait 3 mai 2022 - 8:51

OUI, la situation est très grave. Désolé, le bon sens est mort en France.
E.M ou J.L.M. ici, même combat, même constat, même  » Folie ».
– pour les kg/hab CO2 an vs le groupe des 5, la France ne représente que 6.89 % du tout et epsilon de la Chine, . .. ….,
– leur diminution de 20 % en 30 ans correspond à une baisse moyenne de 0.74 % l’an !, malgré l’augmentation de la population et du niveau de vie, . .. ….
– pour réduire de 40 % en 8 ans ( sachant que pour poursuivre, c’est de plus en plus délicat, . .. …. ) il faudrait une baisse moyenne de 6.19 % l’an soit – un très modeste – x8.36 – , pour la période, ce qui est impossible, sauf à détruire encore plus l’économie, d’un autre côté, ils font de  » louables » efforts, . .. ….,
– ce mirage ne réduirait – au mieux – l’indicateur des 5 que de 2.76 % ; mais, pour eux c’est très bien, ils dépensent, gaspillent et endettent sans compter « l’argent » de toutes les générations.
donc tout va très bien.

Répondre
JR 3 mai 2022 - 5:50

Bonjour, parfaitement, d’autant plus que le C02, gaz rare dont le taux est de 0,04 %, indispensable et irremplaçable n’est aucunement un polluant, bien au contraire. Rappelons que sous un taux de 0,03 % l’alimentation de la végétation et des céréales n’est plus assurée. C’est un gaz dit équilibré, c’est à dire qu’il se reparti uniformément autour du globe en 6 semaines, donc il n’a pas de frontière, même pour les Carbono-religieux Français du gouvernement d’extrême centre Macron. Même si le Carbone était néfaste, mais il ne l’est pas, la France ne génère que 0,86 % du C02 mondial, de plus en baisse. Supprimons la France, les Français, les animaux, l’économie, bref toutes vies sur notre territoire et les essescrologues seront heureux de voir d’autres nations indépendantes prospérer. Il s’agit clairement du casse du siècle, qui se déroule, là, sous nos yeux avec l’argent des contribuables.
Aussi, il est urgent de relancer les recherches et les exploitations de ressources 100 % d’origines naturelles (gaz & pétrole) dont notre sous-sol regorge. Nous sommes en état d’urgence énergétique à cause de l’inaction de Hollande et de Macron. Bien à vous

Répondre
Bernard GUILHON 3 mai 2022 - 9:29

Revenons à la base : toutes les interdictions escrologiques sont basées sur l’effet de serre d’Arrhénius, qu’ils appliquent tel quel à l’atmosphère terrestre. Or je connais (et tout scientifique sérieux aussi) au moins quatre principes de physique générale violées par cette manœuvre intempestive. Autrement dit : il n’y a aucune base scientifique à la chasse au CO2, principe religieux et vénéré de notre politique énergétique. Il y par contre des monceaux de fric soutirés au contribuable et volés par quelques profiteurs.

Répondre
JR 3 mai 2022 - 5:55

Bonjour, et oui, le C02, hummm on en redemande, c’est la molécule de la vie, sans lui pas de récolte : https://static.climato-realistes.fr/2021/01/FicheACR2-1.pdf . Bien à vous

Répondre
Teisserenc 3 mai 2022 - 12:31

Cette utopie, cette religion écologique est ridicule mais aussi dangereuse, comme toute croyance. Ne parlons ni de réchauffement climatique, ni de changement climatique, mais de variation climatique.
Oui ! Les courbes des phénomènes naturels ne sont pas des droites géométriques ou algébriques, parfaitement dessinées, mais évoluent en « dents de scie » dont l’orientation générale n’est comprise que ces phénomènes aboutis. Toute extrapolation dans ces conditions n’est que fantaisie : la fameuse extrapolation exponentielle par exemple, si chère aux journalistes.
Regardez les variations climatiques des siècles précédents.

Répondre
REMI 3 mai 2022 - 12:50

Monsieur Macron, est un MARKETEUR, Chef de produits sénior, qui analyse le marché pour mesurer SA clientèle dans ses attitudes, attentes et besoins afin d’y répondre ‘’au coup par coup’’ pour rester aux commandes que le peuple, immature, sourd et aveugle, lui a confié…

Aujourd’hui c’est l’écologie, demain sera la réindustrialisation, après demain c’est l’Europe !

Pour ma part je n’attache aucune crédibilité à monsieur MACRON, qui gère et organise SES ÉLECTIONS pour constituer SA majorité, aux ordres, à l’Assemblée….

Aussi ses postures et discours ne seront que du clientélisme…
• Ne nous trompons pas sur ce qu’est monsieur Macron… !

Il n’est pas un Chef d’État, mais un « chef de produit sénior », qui ‘’fait plus propre’’ … (C’est ce qu’il annonce)

Répondre
AlainD 3 mai 2022 - 1:27

Macron a t il l’intention de nous « soviétiser » ? Depuis qu’il s’est fait repeindre en vert voilà qu’il veut se mettre à la planification. N’a t il plus d’idées pour aller puiser dans celles d’un Mélenchon gauchiste et apprenti dictateur ?
Ce ne sont peut être que paroles de campagne car il fallait ratisser large pour être réélu. Comme disait l’autre, les paroles n’engagent que ceux qui y croient. Les retraités ont pu voir à leurs dépens ce qu’il en fut des promesses de 2017 leur garantissant le maintien du pouvoir d’achat…
On pourrait espérer qu’il a d’autres préoccupations quand l’inflation repart au galop et qu’il se borne a revaloriser le smic. Le gouverneur de la BdF n’a pas cru bon de proposer au gouvernement l’augmentation du taux du livret A en mai et elle n’interviendra donc au mieux qu’en août. Je ne vois d’ailleurs pas pourquoi c’est ce haut fonctionnaire largement rémunéré qui a autorité en la matière. C’est vrai que Le Maire a beaucoup à faire avec ses chèques énergie
– c’est compliqué de monter une usine à gaz -pour se pencher sur la rémunération de l’épargne qui fait perdre de l’argent depuis fort longtemps aux déposants, mais qu’importe, le gouvernement distribue des aides à l’achat d’un véhicule peu polluant hélas il faut croire que ces énarques sont bien loin des réalités du quotidien pour ne pas comprendre qu’un malheureux smicard(qui roule au diesel et fume des clopes n’est ce pas Griveaux, un autre crétin !) ne pourra s’acheter une voiture de 30.000€ ou plus avec l’aide qui lui sera octroyée.
Non tous ces gens, fussent ils d’extrême-gauche vivent dans une sphère qui n’est pas la nôtre et se croient très malins à faire des soi-disant propositions qu’ils ne pourront pas tenir. Ce sont des camelots de foire commerciale.

Répondre
Arthur 3 mai 2022 - 5:00

Excellent article comme tout ceux que vous produisez sur le sujet. J’aurais juste une remarque sur ce qui est appelé la crosse de hockey. C’est la plus grande escroquerie scientifique du siècle, elle gomme la période de l’optimum médiéval où un réchauffement global a eu lieu, aussi important que celui que l’on connait actuellement.
Cette escroquerie a été démontée scientifiquement par Stephen McIntyre et Ross McKitrick en 2005 (voir https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1029/2004GL021750). Cela n’a pas empêché que cette courbe soit de nouveau mise en valeur dans le dernier rapport pour les décideurs du GIEC, qui n’est plus à un mensonge près.

Répondre
JR 4 mai 2022 - 7:14

Bonjour Arthur, la courbe de gauche image bien la période glaciaire (1600-1800) et l’Optimum médiéval, dont vous parlez et que le GIEC cherche à dissimuler: https://static.climato-realistes.fr/2021/01/FicheACR8-1.pdf
Michael Mann à l’origine du Climategate bien connu est un artisan de la désinformation et de l’invention de la « crosse de Hockey » qui efface ces deux périodes significatives:
https://www.climato-realistes.fr/loptimum-climatique-medieval-prof-alain-preat-novembre-2019/ . Merci. Bien à vous

Répondre
JR 4 mai 2022 - 7:21

Bonjour Aland, et la plaisanterie va nous couter la modique somme de 150 000 Md$, soit 50 % des taxes & impôts. La Macronie à 80 km/h, malus à 50 000 €, taxe « dite » Carbone et inaction énergétique a encore frappée. Libérons la France. Bien à vous

Répondre
Dudufe 4 mai 2022 - 10:08

… l’IREF fait bien de les appeler les « escrologistes  » !
Pas d’autres commentaires sur cet article extrêmement complet .

Répondre
Daniel 1945 8 mai 2022 - 8:15

Il n’est plus temps de tirer à boulets rouges sur Macron.

Répondre
Dudufe 4 mai 2022 - 10:19

(autre commentaire) J’ai lu dans le journal local qu’un particulier a investi 25000 euros pour la pose de panneaux solaires. Outre le fait qu’il ait été escroqué car ils n’ont jamais fonctionné, je me suis fait la réflexion que,même si ils avaient fonctionné,l’économie aurait été de 1000 euros par an au maximum soit 25 ans pour amortir cette dépense !

Répondre
Almaviva 9 mai 2022 - 7:44

A force de vouloir « sauver la planète » ce sont nos vies qui vont bientôt disparaître totalement !! Marre de ces écologistes gauchistes qui veulent tout régenter et qui n’y connaisse rien !!

Répondre

Laissez un commentaire