Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » Un diagnostic de performance énergétique fait pour les écolos, pas pour les locataires

Un diagnostic de performance énergétique fait pour les écolos, pas pour les locataires

par Adélaïde Motte

Vivre dans un logement humide ou froid est désagréable, c’est évident. Cela entraîne des coûts supplémentaires en chauffage ou la dégradation de l’appartement et des biens personnels des occupants, voire de leur santé. Un locataire dans cette situation pourrait donc se réjouir de la réforme du diagnostic de performance énergétique (DPE) qui interdit aux propriétaires de louer ce que l’on appelle des « passoires thermiques ». Pourtant, cette décision n’a rien d’humaniste.

Le DPE se préoccupe du climat, pas des locataires

La défense des locataires mal-logés n’est qu’un vernis pour les ambitions environnementales du gouvernement. Le ministère de l’Environnement explique que le DPE « s’inscrit dans le cadre de la politique énergétique afin de réduire la consommation d’énergie des bâtiments et de limiter les émissions de gaz à effet de serre ». L’évolution récente des normes de performance énergétique est de la même veine, puisqu’elle permet de mieux prendre en compte « l’ambition nationale de réduction des émissions de gaz à effet de serre ». Il n’est donc pas question de garantir un meilleur niveau de vie aux locataires, mais plutôt de réduire leurs émissions à la portion tolérée, toujours plus congrue. L’Etat n’a pourtant pas à juger les émissions produites par un logement, et serait plus à sa place en garantissant aux locataires la sécurité dans leur milieu de vie, avec des normes sur l’amiante ou des policiers dans les rues par exemple.

On comprend ainsi pourquoi, en fait de ministère du Logement, il n’existe en France qu’une délégation auprès du ministère de l’Environnement. Le logement ne fait pas partie des fonctions régaliennes de l’Etat et ne doit donc pas nécessairement être doté d’un ministère. Cependant, si le gouvernement tenait absolument à le créer et à le rattacher à un autre, il aurait aussi bien pu le confier au ministère de la Santé. Choisir celui de l’Environnement montre bien qu’il ne voit le problème du logement que sous le prisme de l’écologie, réducteur en plus d’être mensonger.

Les desiderata écologiques coûtent cher aux propriétaires… et aux locataires

Le sujet du logement est monopolisé par les écologistes, et les propriétaires le paient cher. Le diagnostic de performance énergétique leur coûte une centaine d’euros tous les dix ans, ce qui, à première vue, n’est pas excessif. Mais ils perdent un temps fou dans des formalités qu’ils savent inutiles, sans parler de la taxe à 20% récupérée au passage sur le diagnostic final. S’il est mauvais, des travaux de rénovation doivent être menés et la facture est plus salée, de l’ordre de 200 à400€ le m², donc plusieurs milliers d’euros au total. Même si les propriétaires ont tout intérêt à valoriser leur logement en vue d’une éventuelle location ou revente, ils ne disposent pas forcément d’une telle somme. Certains seront donc peut-être bientôt contraints de laisser leur logement vide faute d’un DPE satisfaisant, ce qui n’arrangera pas leurs finances, ne leur permettra pas d’économiser pour des travaux, et privera les locataires de logements… Impeccable construction technocratique !

Toujours prêt à rendre sous forme de miettes ce qu’il a d’abord pris par paquets, le gouvernement propose toutes sortes de dispositifs pour aider les propriétaires à sortir du cercle vicieux où il les a lui-même mis. Par exemple le crédit d’impôt, à 15 ou 30% selon les parties à rénover, ou la taxe à 5,5%, uniquement si les travaux sont réalisés par un artisan « reconnu garant de l’environnement » (RGE). Permettre aux propriétaires de faire eux-mêmes le nécessaire, donc de rendre plus fluide le marché du logement, serait pourtant plus simple : il suffirait de diminuer les normes qui pèsent sur ce secteur, les taxes sur les travaux et autres prestations de contrôle et, par ailleurs, de garantir l’expulsion rapide des mauvais payeurs. Les propriétaires cesseraient alors de perdre leur sommeil, leur bien et leur argent à cause de locataires peu scrupuleux, et ils auraient les moyens et l’énergie de mener les travaux qui s’imposent, sans même que l’Etat les y oblige.

Bien loin des prétentions humanistes d’un gouvernement qui protégerait les locataires de propriétaires véreux et avides, le diagnostic de performance énergétique est un énième outil de persécution créé par les écologistes qui ne savent qu’interdire, réglementer et taxer pour diviser les Français et les appauvrir. L’Etat tente bien de justifier son dispositif par un désir de limiter les dépenses d’énergie des Français, mais quand on sait que les taxes, décidées par lui-même, doublent la facture, on ne peut s’empêcher de rire jaune.

You may also like

11 commentaires

Françoise LATOUR 30 novembre 2021 - 5:56

Un diagnostic de performance énergétique fait pour les écolos, pas pour les locataires
Bravo ! Tout est dit !…

Répondre
Laurent 30 novembre 2021 - 6:01

Un diagnostic de performance énergétique fait pour les écolos, pas pour les locataires
Avant tout fait pour et par « La Mafia d’Etat » qui profite de ces minorités pour dépouiller de plus en plus la classe laborieuse. L’humanisme n’existe pas pour tout ces mafieux il suffit pour cela de regarder et d’écouter tous ces faux CL qui se présentent aux Présidentielles et ce que la collectivité toute entière paye encore et toujours pour les « Copines » (sui n’ont jamais eu de fonction publique) du dragueur en scooter et que ses successeurs acceptent et en profitent pour faire de même pour leurs proches. Comment respecter des gens qui ne sont plus respectables ? Voilà un sujet intéressant pour vous les journaleux.

Répondre
Koerckel 30 novembre 2021 - 9:28

Un diagnostic de performance énergétique fait pour les écolos, pas pour les locataires
Quand on donne le pouvoir aux militants on se trompe de combat. Un diagnostic énergétique qui ne se préoccupe que des matériaux qui servent à la construction et des coefficients d’isolation de ces derniers, puis de l’énergie utilisée ne peut pas être efficace. Classer un logement A, B ou E donne une idée relative mais ne dit rien du cout ni de l’efficacité du chauffage qui au final est la seule information qui intéresse les occupants, mais ça c’est trop simple pour nos gouvernants et leur administration.

Répondre
HUSSONG 30 novembre 2021 - 4:01

Un diagnostic de performance énergétique fait pour les écolos, pas pour les locataires
Il est plus que probable que ces nouvelles normes vont se traduire par un déclassement énergétique de très nombreux logements. L’impact sur les candidats à l’achat sera important et nombreux sont les propriétaires qui devront consentir une baisse du prix de vente. Mais n’est-ce pas l’effet « incitatif » recherché ! Comme d’habitude, on sanctionne plutôt que l’on encourage.

Répondre
Christian 30 novembre 2021 - 5:14

Un diagnostic de performance énergétique fait pour les écolos, pas pour les locataires
Le diagnostic de performance ne renseigne ni sur le confort, ni sur la performance. En effet le classement est modulé par des critères administratifs, sans rapport avec la physique , ni le réchauffement climatique. Une passoire énergétique chauffée au bois peut être classé « A » . Sa consommation est réduite de moitié. Pourtant le bois dégage plus de Co2 que le charbon. Mais pour l’administration, il ne dégage rien, au mépris de la physique. Donc si vous avez une passoire énergétique que vous voulez louer, il suffit de mettre un chauffage au bois !
Elle n’est pas belle la vie !

Répondre
Bingo911 1 décembre 2021 - 12:04

Un diagnostic de performance énergétique fait pour les écolos, pas pour les locataires
Bonjour. Un diagnostic exécrable permet quand même à l’acquéreur de négocier à la baisse un prix de vente surtout quand le bien est dit « rénové » et qu’il faudra reprendre cette partie.
Le locataire doit recevoir l’information du DPE. Combien de bailleurs le fournisse ? Combien de locataires savent que c’est obligatoire ?
Le diagnostic électrique me semble plus litigieux puisque sans aucun contrôle sur ce qu’il y a à l’intérieur des prises ou goulottes qui réservent bien des (mauvaises) surprises.
Cordialement

Répondre
François 1 décembre 2021 - 12:38

Un diagnostic de performance énergétique fait pour les écolos, pas pour les locataires
Tout à fait d’accord avec vous, ici il s’agit simplement d’un impôt sur l’immobilier. L’impot dont on parlait depuis longtemps et qui vient de tomber.

Répondre
François 1 décembre 2021 - 12:40

Un diagnostic de performance énergétique fait pour les écolos, pas pour les locataires
Le chauffage au bois n’emet pas de CO2 car on replante les arbres après , du coup les co2 est recapté dans les arbres. Ca faitbune boucle.

Répondre
Obeguyx 1 décembre 2021 - 3:26

Un diagnostic de performance énergétique fait pour les écolos, pas pour les locataires
Encore un « truc » de politicobobos. 42 ans d’expertise et d’activité dans l’immobilier me font dire que toutes ces idées sont de pures « conneries » et le mot, croyez-moi, n’est pas trop fort. Jusqu’en 2011, date à laquelle j’ai cessé mon activité, je peux vous dire que tout se faisait comme on voulait et dans la plus grande impunité. En tant qu’expert en technique de bâtiment, j’ai vu arrivé sur le marché des « diagnostiqueurs » totalement ignares. Il est évident que cela à créer un nombre important de postes qui a permis de contrecarrer les chiffres délirants du chômage. Mais pour grossir leurs carnets de clients il a bien fallu arrondir les angles avec les clients. D’où du n’importe quoi, n’importe comment. Le nouveau texte ne va rien arranger à l’affaire, sinon dérouter un peu plus la clientèle de l’immobilier. Comme si le système « plazza » ne suffisait pas. Rabibocher son intérieur pour mieux le vendre débouche sur toutes les dérives. Aujourd’hui encore je conseille aux acquéreurs d’acheter un bien dans son jus plutôt que trop rutilant ou avec des travaux récents. L’impôt, dit-on, tue l’impôt, il en est de même avec l’excès de réglementations.

Répondre
Christian 1 décembre 2021 - 3:28

Un diagnostic de performance énergétique fait pour les écolos, pas pour les locataires
Le bois se brûle en quelques heures, dégage son CO2 immédiatement . La forêt est reconstituée après 60 ans. Le surplus de CO2 dégagé par le bois est présent dans l’atmosphère pendant 60 ans. il contribue au réchauffement deux fois plus que le pétrole ou le gaz ! Bruler du bois n’est pas neutre .

Répondre
JR 5 décembre 2021 - 10:50

Un diagnostic de performance énergétique fait pour les écolos, pas pour les locataires
Bonjour, et de rappeler que le C02 présent à seulement 0,04 % dans l’atmosphère, n’a aucune influence sur le climat et une influence infinitésimal sur la température, même en cas de doublement. Le prétexte du C02 est un non sujet et ne doit aucunement être une inquiétude. Le C02 libéré était présent bien avant nous, il a simplement été séquestré lors du glissement des plaques tectoniques.Il n’en demeure pas moins, qu’il convient d’isoler pour des raisons économiques évidentes, mais il vaut mieux proposer un logement mal isolé, plutôt que pas de logement du tout. Dogme Pompiliste quand tu nous tient ..! L’environnement s’étant transformé en éscrologie est devenu le 3 ème fléau de l’humanité depuis le siècle dernier. Nous entrons en état communiste de façon insidieuse, avec les mêmes méthodes qu’en Allemagne en 1933, par la désinformation de la jeunesse. L’UE dévoyée par V.D. Leyen est dans cette droite ligne. Merci. Bien à vous.

Répondre

Laissez un commentaire