Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le maïs OGM serait une aubaine pour les agriculteurs français

Le maïs OGM serait une aubaine pour les agriculteurs français

par
104 vues

Le maïs est l’une des trois céréales les plus cultivées au monde, pour l’alimentation aussi bien humaine qu’animale. On le retrouve dans diverses huiles de cuisson et additifs alimentaires, mais aussi dans les biocarburants et l’industrie. Il a, comme de nombreux aliments, son dérivé OGM. Le premier maïs transgénique résistant aux insectes a été cultivé aux Etats-Unis en 1996. En 2019, c’est près de 61 millions d’hectares de maïs génétiquement modifié (maïs GM) qui ont été semés dans divers pays comme le Brésil, l’Afrique du Sud ou encore le Vietnam. Il est également cultivé en Espagne et au Portugal. La France, elle, le refuse catégoriquement.

La revue Biotechnologies végétales info, de l’Association française des biotechnologies végétales (AFBV), est un bon support en matière de données scientifiques chiffrées sur les OGM. Son dernier numéro consacre un dossier au maïs génétiquement modifié Bt. Il démontre notamment ses effets positifs contre l’insécurité alimentaire et pour l’environnement. Son adoption en France serait une véritable aubaine pour nos agriculteurs.

Non, le maïs Bt n’est pas dangereux pour la santé : il serait même plus sain que le maïs non GM !

Le maïs Bt est un OGM dont le génome a été complété artificiellement pour obtenir un gène nommé cry1Ab. Bt fait référence à la bactérie « Bacillus thunringiensis », qui possède le gène nécessaire pour créer l’insecticide cry1Ab dans son patrimoine génétique. La plante produit son propre insecticide : il n’est donc plus nécessaire de la traiter. Elle devient ainsi résistante à la pyrale du maïs « Ostrinia nubilatis ». Ce papillon donne naissance à des larves sur les cultures qui causent des dégâts considérables, en creusant des galeries dans les tiges et les épis. Le maïs Bt le plus répandu est le MON 810, cultivé notamment en Espagne et au Portugal. En Espagne, il représente environ 30 % du maïs semé. Il est présent essentiellement dans les régions où la pyrale cause le plus de dégâts.

Selon Pere Puigdomènech, professeur de recherche émérite au Centre of Research in Agricultural Genomics à Barcelone, l’expérience du maïs Bt en Espagne prouve que non-seulement il n’est pas nocif, mais qu’il s’adapte parfaitement dans un paysage agricole varié. La gestion de la pollinisation ne pose par exemple aucun problème (les abeilles ne transportent pas un gène OGM sur une plante non-OGM). Pas de problème non plus de coexistence entre les cultures : les paysans espagnols ont un choix totalement libre et transparent en ce qui concerne leurs semences, qu’elles soient OGM, conventionnelles, ou bio. Contrairement à ce que les faucheurs volontaires voulaient faire croire, les OGM ne s’imposent pas par la force et les firmes les produisant n’obligent par les agriculteurs à les utiliser.

Malgré la désinformation répandue par des ONG écologistes et même par le gouvernement français, de très nombreuses études menées à la fois par des cabinets indépendants et des institutions nationales et internationales démontrent que les OGM ne présentent aucun risque sanitaire, à court comme à long terme.
Georges Pelletier, directeur de recherche honoraire INRA, a concentré ses recherches sur le maïs Bt. Il a étudié la toxicité de la protéine Cry présente dans ce maïs transgénique. Les études de toxicité à long terme, menées depuis les années 60 (cette protéine existant aussi dans des bio-insecticides et autres préparations), n’ont jamais montré le moindre effet néfaste de ces préparations utilisées couramment, ni sur les animaux ni sur les humains. Les tests sur une toxicité aiguë n’ont également montré aucun effet négatif. En réalité, pour observer un potentiel effet négatif sur la santé dû à l’OGM, il faudrait qu’une personne mange tous les jours de sa vie 350 tonnes de maïs Bt. La population, humaine comme animale, est donc largement à l’abri. Même les gros mangeurs…

Les maïs génétiquement modifiés seraient par ailleurs meilleurs pour la santé que les autres. En effet, des chercheurs ont constaté en 1997 que les maïs Bt voyaient leur teneur en mycotoxines réduite d’un facteur 10 par rapport à leurs équivalents sans OGM. Les mycotoxines sont responsables de nombreux accidents sanitaires tant chez l’Homme que chez l’animal d’élevage. Et le caractère OGM des maïs permet à la céréale de se défendre seule contre les champignons toxiques. Cela réduit également l’usage de produits phytosanitaires.

Le maïs GM : un plus pour l’environnement

Le maïs Bt, comme nous venons de l’expliquer, produit « naturellement » un insecticide. Il n’est donc plus la peine d’en pulvériser. L’exploitant y gagne beaucoup : il n’a plus à acheter de produits, il ménage ses tracteurs et ses outils. Le gain est également pour l’environnement. En 2020, une étude publiée dans PLOS ONE n’a révélé aucun effet indésirable du maïs transgénique MON 810. Elle prouvait même que sa culture se traduit par une réduction significative de l’utilisation des pesticides, une protection efficace contre les ravageurs, des cultures plus saines et plus productives que le maïs conventionnel. La diminution des traitements entraîne également de facto une baisse de l’usage des énergies fossiles : un combo gagnant-gagnant pour l’environnement.

Le maïs Bt rend aussi service aux autres cultures de maïs avoisinantes selon une méta-analyse portant sur 21 ans de données, car son auto-défense contre la pyrale permet de réduire la population totale de ce ravageur. Donc moins de pyrales sur tous les maïs, GM comme non-GM. Aux Etats-Unis, la baisse du nombre de parasites a entraîné une diminution équivalente de l’usage d’insecticides dans les cultures maraîchères. Par ailleurs, en Espagne, la part du maïs MON 810 tend à stagner, voire à régresser. En effet, la pression des pyrales sur le maïs a fortement diminué à cause de l’efficacité de ce maïs Bt ; certains agriculteurs changent donc de semences quand ils observent une diminution des ravageurs. On est loin de la dépendance aux semences OGM.

Le maïs GM permettrait de sortir les producteurs français de la crise

Selon les calculs de Georges Pelletier, en Espagne et au Portugal, en 20 ans d’exploitation du maïs Bt, un supplément de 1,89 millions de tonnes de maïs a été produit ; soit, si l’on combine cette hausse des rendements avec la diminution des traitements, un gain de 285 millions d’euros pour les producteurs ! Le chercheur estime que l’interdiction en France de la culture des variétés de maïs Bt établie dans la loi du 2 juin 2014 a pénalisé les producteurs de maïs français de 600 000 hectares concernés par les insectes ravageurs, soit une moins value d’1,4 milliards d’euros ! Un somme considérable compte tenu de la crise qui frappe notre agriculture depuis des années.

D’autant plus que l’Union européenne, et donc la France, importe du maïs transgénique : près de 3 millions de tonnes entre 2013 et 2015. Les autorités françaises font donc preuve de l’hypocrisie la plus totale sur la question des OGM. Toute culture OGM est interdite en France, mais l’Etat autorise pourtant l’importation et la commercialisation d’une centaine d’OGM, présents dans des produits de consommation humaine et animale, ainsi que dans les textiles. C’est à se demander si l’abandon de notre souveraineté alimentaire et la précarité de certains agriculteurs ne sont pas voulues par nos élites dirigeantes.

Alors, pour augmenter les rendements et les revenus de nos agriculteurs, pour redevenir un pays souverain sur le plan alimentaire et permettre à nos producteurs de conquérir de nouveaux marchés, pour limiter l’usage des produits phytosanitaires et diminuer la consommation de pétrole, ainsi que pour garantir une excellente sécurité sanitaire aux consommateurs, il faut autoriser la culture du maïs Bt ainsi que d’autres OGM approuvés par les autorités environnementales et sanitaires. Un candidat à la présidentielle aura-t-il le courage de promouvoir cette révolution agricole dans notre pays ? Rien n’est moins sûr.

Vous pouvez aussi aimer

9 commentaires

Obeguyx 15 décembre 2021 - 11:12

Le maïs OGM serait une aubaine pour les agriculteurs français
Bon sujet. Une petite nation a décidé (il y a 20 ans environ) de tester le maïs OGM. Ne voulant pas prendre de risque, elle a donné le feu vert à l’équivalent d’un de nos départements, avec l’obligation d’implanter des ruches dans tous les endroits où serait cultivé cette semence. 5 ans plus tard, il fût avérer, comme il est indiqué dans vos propos, qu’il n’y avait aucune incidence sur la vie des abeilles (bien au contraire). Depuis, l’autorisation a été élargie et la polémique est close. Cela prouve que dans notre pays, nous sommes dirigés par des fous, des incompétents et des abrutis. En 2014, au lieu de pondre une loi (à la con), il aurait fallu faire ce même genre d’expérience et en tirer la substantifique moëlle. Cà, c’est de l’écologie et pas besoin d’idéologie derrière, simplement un tout petit peu de bon sens. Un tout petit peu, par pitié, un tout petit peu.

Répondre
Aymeric Belaud 15 décembre 2021 - 1:50

Le maïs OGM serait une aubaine pour les agriculteurs français
Bonjour et merci pour ce commentaire qui vient compléter mon article.

Merci de nous soutenir !

Répondre
Gilles 15 décembre 2021 - 11:54

Le maïs OGM serait une aubaine pour les agriculteurs français
Les OGM ne sont pas imposés mais on les autorités ne s’opposent pas à l’installation des invasifs qui justifient ces modifications génétiques. C’est le cas de la punaise halyomorpha halys (diabolique) qui a également un impact sur les grandes cultures. Pendant qu’elle s’installe en France on parie encore sur la coccinelle asiatique (qui tue nos coccinelles indigènes) importée depuis 40 ans par ces mêmes autorités, voire sur une guêpe asiatique sans plus d’étude d’impact.
Quant à l’abandon de notre souveraineté alimentaire, elle est voulue. Ces mêmes autorités y penseront après une vague de famine pour l’instant on urbanise. Merci de baser vos articles sur des scientifiques indépendants s’il en existe encore. Le marché des français et leur pouvoir d’achat devraient pouvoir rémunérer nos agriculteurs.

Bien à vous

Répondre
Aymeric Belaud 15 décembre 2021 - 1:49

Le maïs OGM serait une aubaine pour les agriculteurs français
Bonjour et merci pour votre commentaire !

Répondre
poivre 15 décembre 2021 - 1:11

Le maïs OGM serait une aubaine pour les agriculteurs français
« La gestion de la pollinisation ne pose par exemple aucun problème (les abeilles ne transportent pas un gène OGM sur une plante non-OGM). »
Cette phrase est pour moi incompréhensible.

Répondre
Aymeric Belaud 15 décembre 2021 - 1:49

Le maïs OGM serait une aubaine pour les agriculteurs français
Bonjour,

Certains anti-OGM pensaient (et pensent toujours) qu’une abeille butinant sur une plante OGM pouvait transporter un gène OGM et ainsi, selon leurs mots, « contaminer » une plante non-OGM.

Répondre
Maisonnave j Marc 15 décembre 2021 - 1:12

Le maïs OGM serait une aubaine pour les agriculteurs français
Je suis agriculteur et pour le maïs ogm les écologistes sont un danger pour notre métier incapable de faire pousser quelques chose il sont tous sur le goudron à donner des leçons au agriculteur

Répondre
JR 16 décembre 2021 - 9:24

Le maïs OGM serait une aubaine pour les agriculteurs français
Bonjour, comment les éscrolo-idéalistes pensent-ils nourrir les 7 M d’habitants ?
La morbide pensée collapsologue dissimulée des nouveaux religieux de l’écologie veulent revenir à l’agriculture du XVII siècle, qu’ils le fassent pour eux, mais que les prétendus écolos laissent le choix au consommateurs. Le producteur propose, le client dispose, le marché régule. Profitons pour apprendre aux écolos de salon, que si nous pouvons nourrir le monde, c’est grâce au C02, gaz rare, indispensable, irremplaçable et non polluant, présent à 0,04 %. Sous un taux de 0,03 % le rendement céréalier baisse fortement (env 80 Kg par an et par habitant). C’est pour cette raison que les écolos veulent réduire la présence du C02, pour affamer les populations les plus pauvres. Merci le C02. Merci. Bien à vous

Répondre
Out 6 janvier 2022 - 3:01

Le maïs OGM serait une aubaine pour les agriculteurs français
En plus le maîs etant d’origine d’amerique centrale son pollen ne peut feconder aucune plante d’europe…
Sans oublier que la recherche végétale fuit le pays.
Pauvres faucheurs volontaires, pauvres ecolos, pauvre José Bové devenu moins bavard depuis qu’il a sa place dans les instances européennes.
Toute cette chienlit aura coûté et coût chez au pays.
Ah ah ils n’ont pas honte tous ces producteurs bio gavés de subventions , de vendre beaucoup plus chers leurs productions, de leurs tacteurs rutilants high tech quand 27 millions de français gèrent leurs achats alimentaires aux cents d’euros près.
Intellectuellement tellement malhonnête qu’il y aura un terrible retour de manivelle et je ne les plairais pas.
Nous sommes noyés dans la propagande comme jamais.

Répondre

Laissez un commentaire