Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La France est la 21ème économie de l’Union européenne

La France est la 21ème économie de l’Union européenne

par
4 654 vues
Le think tank libéral espagnol Instituto Juan De Mariana vient de publier son tableau de bord des performances économiques des 27 pays de l’Union européenne pour la période 2019-2023. Il mesure cinq variables clés : la croissance du PIB, la réduction du taux de chômage, la maîtrise de la dette publique, l’évolution du revenu disponible des ménages et la modération de la pression fiscale. La France arrive en 21ème position sur 27. Un classement qui contredit les discours lénifiants, pour ne pas dire mensongers, de nos dirigeants sur la « puissance » de notre pays.

Les quatre plus grands pays de l’UE sont en mauvaise posture

Comme on peut le voir dans le tableau ci-dessous, le pays le plus performant est l’Irlande, qui devance de 12 points la moyenne communautaire et occupe la première place pour deux des cinq variables étudiées. La Croatie et la Pologne complètent les trois premières positions de l’indice.

 

En bas du tableau, on trouve l’Espagne, qui se situe plus de 7 points en dessous de la moyenne communautaire. La Finlande et la Tchéquie sont également très mal classées.

L’Italie, la France et l’Allemagne occupent des positions médiocres, se classant respectivement aux 19ème, 21ème et 24ème rangs. On peut donc penser que les mauvais chiffres affichés par l’Union européenne (UE) au cours des cinq dernières années sont étroitement liés aux piètres performances de ses quatre plus grandes économies, qui se situent toutes dans le bas du tableau.

Bien interpréter les chiffres

Il est important de bien comprendre que le tableau de bord montre l’évolution de chaque pays au cours des cinq dernières années. Par exemple, quand la Hongrie se classe 3ème dans la mesure de la pression fiscale et que l’Estonie apparaît en 14ème position, cela ne signifie pas que le modèle fiscal hongrois surpasse le régime fiscal hautement compétitif du pays balte. Cela indique plutôt qu’entre 2019 et 2023, la réduction des recettes fiscales a été plus importante dans le premier cas que dans le second, ce qui peut s’expliquer par le fait que la Hongrie partait d’une position plus défavorable.

Ainsi, quand la France obtient son meilleur score (8ème) en matière de création d’emplois, cela ne signifie pas qu’elle a un chômage très faible, mais qu’elle est arrivée à créer beaucoup d’emplois pendant la période comparativement à la plupart des pays… parce qu’elle partait de loin avec un taux de chômage de 8,7% au début de l’année 2019, réduit à 7,1% au début 2023 (mais remonté à 7,5% en fin d’année !).

Néanmoins, les performances de la France sur le plan de l’emploi restent mauvaises, puisqu’elle n’arrive pas à faire baisser vraiment le chômage qui est resté coincé, en moyenne, autour de 9% tout au long des 40 dernières années.

Il est également intéressant de constater qu’un pays obtient, généralement, un bon résultat global parce qu’il est bien classé sur l’ensemble des cinq critères, et inversement. Certes, il y a des exceptions, comme la France et l’Italie sur la création d’emplois, la Bulgarie, Chypre et la Tchéquie sur la pression fiscale.

Néanmoins, il semble que l’on puisse dire que les cycles réformateurs produisent des effets positifs qui se répercutent les uns sur les autres. Par exemple, la maîtrise de la dette publique contribue à modérer la pression fiscale, ce qui améliore le revenu disponible des ménages et les perspectives de croissance, avec pour conséquence une amélioration de l’emploi. De même, une mauvaise gestion de la dette entraîne des hausses d’impôts qui réduisent le pouvoir d’achat des ménages et affectent négativement la croissance, sapant ainsi la capacité de création d’emplois.

Plaidoyer en faveur des réformes libérales

Pendant la période étudiée par nos collègues espagnols, l’économie irlandaise confirme son excellente performance, soulignant le succès d’un modèle économique libéral, tandis que l’Espagne apparaît comme l’homme malade de l’Europe, en ligne avec une politique excessivement interventionniste sous le gouvernement de coalition actuel, dirigé par les socialistes et les communistes.

Mais, à y bien regarder, le bilan d’Emmanuel Macron n’est pas tellement meilleur que celui des dirigeants espagnols. Son Premier ministre actuel, Gabriel Attal, a beau dire, dans sa déclaration de politique générale du 30 janvier 2024 que « La France rime avec puissance », le tableau ci-dessus montre le contraire.

Gabriel Attal osait défendre, dans le même discours, le bilan d’Emmanuel Macron en ces termes : « Nous avons engagé une action résolue pour la souveraineté économique avec, pour la première fois, le retour de l’industrie sur notre sol – n’en déplaise aux Cassandre, il y a désormais plus d’usines qui ouvrent que d’usines qui ferment en France, plus d’emplois industriels qui y sont créés que détruits, ça n’était pas arrivé depuis 30 ans. Notre taux de chômage est descendu jusqu’à un niveau jamais atteint depuis 25 ans, et pour la 5ème année consécutive, notre pays est le plus attractif d’Europe pour les investissements étrangers. Depuis 2017, nous avons montré que le chômage de masse n’était pas une fatalité. Nous avons engagé des réformes fortes, qui avaient trop longtemps été repoussées. Nous avons pris les ordonnances travail, dès le début du premier quinquennat. Nous avons mené une réforme de l’assurance-chômage, une réforme de l’apprentissage, une réforme des retraites. Nous avons lancé le contrat d’engagement jeune, baissé les impôts et les charges et engagé une réforme majeure du lycée professionnel. Aujourd’hui, le chômage a baissé de plus de 2 points ! 2 millions d’emplois ont été créés ! Notre industrie revient avec 100 000 emplois industriels créés et la réouverture de 300 usines ! ».

Manifestement, toutes ces mesures ont été trop timides. Nous restons à la traîne de l’Europe. Il faut donc accélérer le rythme et l’ampleur des réformes : réduire vraiment les dépenses, diminuer effectivement les dettes publiques, faire baisser réellement la pression fiscale.

Arrêtons-là les discours lénifiants, voire mensongers. Passons enfin aux actes !

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

3 commentaires

Laurent46 20 mars 2024 - 11:03

OUI la République a créé beaucoup d’emploismais essentiellement dans les services publics et para publics c’est cela le problème.

Répondre
Jacques Peter 20 mars 2024 - 1:42

Le remède à nos maux est simple: réduire les dépenses publiques, les dettes publiques et la pression fiscale. Le problème est que le gouvernement n’agit pas dans ce sens. Il faut d’abord le virer dès que possible et espérer que les Français éliront une autre équipe, cette fois libérale. Ce n’est pas gagné.

Répondre
Jean-Aymar de Sékonla 20 mars 2024 - 3:05

Un organisme siphoné par un tenia nommé fonction publique ne peut que dépérir .

Répondre