Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Des dangers de la dette publique

Des dangers de la dette publique

par
1 146 vues

La dette publique française a dépassé le seuil de 3 000 Md€. Elle a atteint 3 013,4 milliards d’euros le 31 mars 2023 selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Le gouvernement voudrait réduire le déficit public de 4,9% en 2023 à 4,4% dans le budget 2024. Mais le défi est considérable alors qu’en août 2023 les taux d’emprunt de l’Etat français à dix ans ont dépassé le seuil de 3,25%. Selon les prévisions de Bercy, la charge annuelle de la dette pourrait passer de 30 Md€ en 2020 à 71 Md€ en 2027.

Des emprunts à l’infini

La France a continué de dépenser sans compter en 2023. Et sa notation par les agences de crédit qui n’est pas très brillante aujourd’hui, abaissée à AA- par Fitch début 2023, pourrait se dégrader encore cet automne lorsque ces agences rendront leur avis sur la dette française : Moody’s le 20 octobre et Fitch le 27 octobre. Cette dernière a d’ailleurs été intransigeante avec les Etats-Unis en dégradant leur note de AAA à AA+ début août 2023 en considérant que, outre un déficit budgétaire qui devrait être de plus de 6% du PIB cette année (contre 3,7 l’an dernier) et encore l’an prochain, la hausse des taux de la dette à 4,17% à 30 ans début août (4,42% fin août) et l’énormité de leur dette, « les impasses politiques répétées sur le plafond de la dette et les résolutions de dernière minute ont érodé la confiance dans la gestion de la dette ». La politique de Biden est celle d’un quoi qu’il en coûte exponentiel. Il en résulte un affaiblissement de la crédibilité des Etats-Unis.

Pour réduire leur déficit, d’autres pays, la Hongrie, la République tchèque, la Lituanie, l’Espagne et maintenant l’Italie, ont cherché à augmenter leurs ressources en taxant les banques. Mais comme l’a observé la BCE, ces mesures peuvent aggraver la crise du crédit en le raréfiant et en le rendant plus cher, en même temps qu’elles affaibliront les fonds propres des banques à un moment de tension où leur sécurité doit être inébranlable.

Dans le même temps, la Chine qui menait la croissance mondiale est en train de s’écrouler avec un taux moyen de croissance de 1,5% sur les deux premiers trimestres 2023, un chômage des jeunes important, la faillite annoncée des grands promoteurs immobiliers et…. une dette publique (officielle ou masquée, y compris celle des collectivités locales) qui a déjà dépassé 120% du PIB et pourrait représenter 150% du PIB en 2027.

La dette est un mirage

La situation mondiale n’est donc pas brillante. Mais la poursuite de l’endettement public n’est pas la solution. Si les politiques d’endettement étaient le moyen d’enrichir un pays, alors nous serions très riches. La dette a les limites de sa soutenabilité. Au-delà d’un certain seuil, s’endetter toujours plus, c’est s’entraver toujours plus. Parmi les pays développés et hors le cas des Etats-Unis dont le dollar finance la dette, les pays les plus riches comme le Danemark (dont la dette publique est de 37% du PIB), la Suisse (39%), les Pays-Bas (54%), l’Allemagne (77%), ne sont pas d’abord moins endettés parce qu’ils sont plus riches, mais plus riches parce qu’ils sont moins endettés, même s’il y a toujours dans ce cas un cercle virtuosité réciproque qui se crée.

Comme l’indique Edmund Phelps, prix Nobel d’économie (Mon voyage dans les théories économiques, Odile Jacob, mai 2023), « lorsque la dette publique est très élevée, elle entraîne fortement le capital et les salaires vers des sentiers de croissance plus lente ». Il en conclut « qu’il vaut mieux ne pas compter sur une politique de déficit budgétaire pour stimuler la consommation ou l’investissement quand la dette publique a atteint des sommets » (p. 60). Or nous continuons de grimper vers des sommets qu’il vaudrait mieux ne pas atteindre.

Plus globalement, l’endettement rend les Etats dépendants, moins réactifs, moins libres… Mais surtout cette dette pèse sur les contribuables qui toujours la remboursent un jour par des impôts ou de l’inflation. Ce qui fragilise alors les acteurs de l’économie, producteurs et consommateurs. Depuis la fin des années 1980, observe encore Edmund Phelps, « L’accroissement de la dette publique mondiale […], l’importante augmentation du niveau des dépenses publiques à l’échelle mondiale […] [et] la hausse du taux d’intérêt mondial […], tous ces chocs ont favorisé une forte élévation du taux de chômage d’équilibre » (p.169).

Il serait temps de faire l’effort de se désendetter. A cet effet, quand les impôts, taxes et cotisations sont déjà à un niveau inacceptable, comme ils le sont en France, le moyen le moins pénalisant, sinon le seul moyen moralement recevable, est de réduire les dépenses publiques.

Vous pouvez aussi aimer

3 commentaires

Jacques Peter 31 août 2023 - 10:59

La hausse des taux devrait réveiller le gouvernement et donc l’inciter à réduire la dette au lieu de l’augmenter.

Répondre
Guy-André Pelouze 31 août 2023 - 4:30

En effet parlons des causes et non des conséquences. Quand les PO sont à >46% la cause principale n’est pas une guerre, la Covid-19, encore moins l’investissement c’est tout simplement la dépense publique. Et dans cette dépense publique française ce qui a bourgeonné comme un champignon vénéneux ce sont les dépenses sociales.
Les politiciens, les représentants que nous avons élu sont les responsables de cette dépense qui est abondée par des OAT.

Répondre
Arnoult 1 septembre 2023 - 9:57

Et d’arrêter de donner des aides à tout va!!
Quand on voit le nombre de chômeurs et de gens au rsa, on se demande pourquoi on laisse venir autant de monde dans ce Pays… dont la moitié ne travaille pas! Il y a de quoi se poser des questions !

Répondre

Laissez un commentaire