Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » L’AFP ou le déni de la réalité terroriste

L’AFP ou le déni de la réalité terroriste

par
2 764 vues
Le Hamas a trouvé un allié objectif : l’Agence France Presse (AFP). C’est promis-juré : les agissements en Israël de ce groupement armé islamique, à commencer par le massacre de civils, femmes, enfants, nouveaux nés, filmés par les auteurs eux-mêmes de ces atrocités, ne sera jamais qualifié de « terrorisme » par ses journalistes, en partie payés par le contribuable français.

Surtout ne pas vexer les criminels qui assassinent ses propres employés

Dans un communiqué qui prétend légitimer cette démarche et en faire même une preuve d’éthique journalistique, l’AFP explique : « … les attentats de l’Armée républicaine irlandaise (IRA), les attaques du 11 Septembre 2001 aux Etats-Unis, les meurtres d’Afro-Américains par un suprémaciste blanc en Caroline du Sud en 2015 ; les attentats de Paris en 2015 ; les attaques du dimanche de Pâques au Sri Lanka en 2019 ; et la fusillade dans les mosquées de Christchurch la même année… L’AFP ne décrit pas les auteurs de tels actes, passés ou présents, comme des « terroristes ». Cela inclut des groupes comme l’ETA, les Tigres de Libération de l’Eelam tamoul, les FARC, l’IRA, Al-Qaeda et les différents groupes qui ont mené des attaques en Europe au siècle dernier, dont les Brigades Rouges, la Bande à Baader et Action Directe. C’est une règle que nous avons fermement appliquée, même quand nos propres collègues ont été brutalement tués dans de telles circonstances. »

Voilà. Le Hamas est donc en bonne compagnie. Les pires horreurs seront peut-être décrites par l’AFP, mais jamais ne seront qualifiées de « terroristes ». L’agence en fait même un point d’honneur : surtout ne pas vexer les criminels qui assassinent ses propres employés.

Le problème avec cette politique éditoriale est double. Tout d’abord s’il est interdit de dire que des terroristes sont des « terroristes », comment doit-on les qualifier ? C’est là que les contorsions pseudo-éthiques de l’agence partent en eau de boudin. On voit immédiatement que les autres qualificatifs deviennent automatiquement des compliments.

L’agence tient à rester polie et respectueuse à l’égard des infectes créatures. Et pourtant, « Ils viennent jusque dans vos bras.  Égorger vos fils, vos compagnes » (Rouget de Lisle, La Marseillaise). Les « terroristes » deviennent, au choix : des « activistes », des « combattants », des « militants »… Que de mots nobles pour qualifier d’immondes fanatiques sanguinaires !

Demain, s’ils réussissent dans leurs guerres, l’AFP fera d’eux des « patriotes », des « hommes d’État »… pourquoi pas des « philosophes », des « esthètes », des « humanistes » ? Ils œuvrent pour une cause qui est officiellement celle de la suppression de la liberté de parole, de la liberté de la presse, de la liberté de conscience et de religion. Il faut donc surtout les ménager…

Sous prétexte de ne pas « politiser » ses dépêches, l’AFP préfère édulcorer ou cacher la réalité. C’est le début de la légitimation de tels actes. C’est ainsi que l’on renvoie dos à dos les terroristes et ceux qui veulent s’en défendre. Le désir suicidaire de neutralité de l’AFP est un encouragement à tous ceux qui usent de moyens contraires aux principes élémentaires de la civilisation, pour atteindre des fins politiques et religieuses. Ceux qui défendent, en France, le Hamas sont ravis de la retenue de l’AFP. L’agence zélée sert la cause des islamo-gauchistes.

Qu’est-ce qu’un terroriste ? Réponse : quelqu’un qui sème la terreur pour faire avancer sa cause. En quoi sert-on la cause de l’information en refusant de dire que des groupements, des pays, des rebelles qui sèment la terreur, tuent par plaisir, s’en vantent, le proclament, le filment, sont des « terroristes » ?  C’est presque les insulter que de ne pas leur conférer ce statut !

Deuxième problème de l’AFP dans son déni de réalité : l’agence démontre que sa mission n’est plus d’informer, mais de déformer.

Son objectif est de ne pas dire le vrai, pour mieux dire « le bon », c’est-à-dire de ne pas qualifier le réel pour mieux dire ce qui est politiquement correct. Et qui au passage, fait grimper le nombre de ses clients au Proche-Orient… La fausse neutralité, la prétendue objectivité maladive de l’AFP est en réalité un mélange de lâcheté et de malhonnêteté. L’AFP devrait être fière de servir partout le camp de la liberté face à la barbarie. Or comme elle ne veut pas condamner la barbarie islamique, elle la requalifie. Oui les terroristes de tous poils, passés et présents, sont des terroristes. Qu’ils soient irlandais ou islamistes. Disons-le.

En 1942, lorsque les troupes allemandes tuaient des otages, torturaient des résistants, il n’aurait pas fallu qualifier ces actes de « terrorisme d’État » ? C’était « du maintien de l’ordre » ? De la simple répression de dissidents ? Quelle neutralité froide, quelle objectivité déshumanisée, quel aveuglement pervers aurait animé cette agence si elle avait existé sous l’occupation allemande ?

Oui, les journalistes ont des ennemis. Il s’agit de dictateurs, de violents tortionnaires, de criminels déguisés en patriotes, et de technocrates lâches qui les laissent faire. Oui, le bon journaliste doit dire les mots qui fâchent, appeler un chat un chat, et un tueur islamiste, un terroriste. En promettant, par avance, de ne jamais désigner comme « terroristes » les pires des terroristes, l’AFP ne fait pas son métier, elle le trahit. Elle se coupe du vécu des hommes, femmes et enfants qui meurent sous les coups de la terreur. Elle se trompe de camp.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

19 commentaires

GERALD AQUILINA 31 octobre 2023 - 8:59

Loin de moi l’idée de défendre l’AFP cette agence de presse qui ne sait plus informer sans déformer. Mais le mot Terroriste est manipulable à l’infini. Nos résistants étaient des terroristes pour l’armée allemande et traités comme tels. Les putschistes africains sont considérés comme des terroristes aux yeux de nos démocraties post coloniales . Les résistants yemenites sont considérés par l’A.S. comme des terroristes etc….
Dans une guerre il y a ceux qui gagnent et ceux qui perdent, les terroristes d’hier peuvent être les héros de demain seule leur attitude vis à vis des peuples peuvent réellement les définir, exemple : l’ Afghanistan.
Les guerres de religion sont les pires , elles ne finissent jamais car il n’y a pas de bons ou de mauvais, pas d’envahisseurs ou d’envahis mais des fous incapables de se parler.

Répondre
Nicolas Lecaussin 31 octobre 2023 - 9:30

Des bêtes immondes qui assassinent délibérément des civils, y compris des enfants ne peuvent être que des terroristes et ne seront jamais des héros !

Répondre
pierre-georges thomas 31 octobre 2023 - 12:15

C’est vrai mais alors qu’attend t’on pour rompre avec l’Algérie dont le gouvernement est ssu du terrorisme et pas du terrorisme tendre les actes de fellaghas ressemblent a ce qui s’est passé en Israel! Bref un terroriste peut devenir un heros!
On peut critiquer France Presse mais admettons que cette agence qualifie de terrosite le hamas (ce qu’il est indeniablement) demain que se passera t’il pour ses representants locaux?il faut aussi en tenir compte
Il est vrai que comparer nos resistants français aux auttres est alvenu, mais pour qui s’interesse reellement à l’histoire il y eut des « histoires » pas claires dans certaines regions de bebes et enfants assassines par le maqui de jeunes femmes violees touts ces 6victimes auraient eu des parents supposes collaborateurs mais ce n’etait pas toujours le cas!
donc le sujet est assez complexe! et certes France presse est sectaire (mais ce n’est pas nouveau) et ne parlons pas de quotidiens bien de chez nous!

Ceci étant toute ma sympathie va à nos compatriotes juifs, aux habitants d’Israel et malgré les dégats collateraux qu’une guerre ne peut eviter mon soutien est total à Israel et 3a son armée

Répondre
Monroy 31 octobre 2023 - 9:45

Nos résistants face à l’armée allemande ne violaient pas de bébés !!! Quand un individu n’a pour but que de semer la terreur dans une population : c’est un terroriste…

Répondre
Boisgontier 31 octobre 2023 - 12:33

Dans le cas du Hamas, il s’agit d’une guerre de civilisation. J’ai connu des membres des qfrères Musulmans lorsque je travaillais en Algérie. Au cours des nombreuses discussions que j’ai eues avec eux, à l’époque (1981), ils disaient très clairement que leur objectif était de créer un grand khalifat qui s’étendrait sur l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient ET l’Europe. Les gouvernements européens et les politiques qui ne font que favoriser l’implantation des musulmans en Europe ainsi que la construction de milliers de mosquées nous conduisent tout droit vers une guerre civile. Il ne manque que le détonateur… Or dans le cadre de cette guerre de civilisation, le Hamas (comme beaucoup d’islamistes) hait tellement ce qui n’est pas musulman qu’ils sont prêts à égorger tout le monde. Rappellez-vous les massacres commis en Algérie dans les années 90. C’est du même acabit.

Répondre
Nicolas Lecaussin 31 octobre 2023 - 3:52

Ce n’est pas une guerre de civilisation mais une guerre de la civilisation contre la barbarie.

Répondre
Oncpicsou 4 novembre 2023 - 9:35

Ce ne serait pas plutôt:
« tue le mécréant par derrière »
contre
« œil pour œil, dent pour dent »
?

Nicolas Carras 31 octobre 2023 - 2:52

Bonjour,

Si le Hamas c’était attaque directement a l’armée, en vue de conquérir, cela aurait été un acte de guerre. L’objectif était de massacrer un maximum de civils. C’est un acte terroriste pur perpétré par des islamo-fascistes. Le mal absolu.

Les civils tués ne sont en rien des victimes collatérales. Ou victime d’actes criminels isolés.

Il faut bien définir le mal, pour savoir à qui on a à faire. Une fois bien défini, il n’y a qu’une seule et unique logique possible : la destruction total de l’entité Hamas.

Ensuite, on va regarder dans le détail qui sont ceux qui ont soutenu cela. Qui sont ceux qui en Israël ont mal défini le mal, d’où vient l’échec de Tsahal. Pourquoi un tel décalage enre ce que savent les officier, les combattant sur le terrain et les têtes pensantes, l’élite ? Bref, le pourquoi du comment un 7 octoble a été possible. Ceux qui devront être puni le seront.

Pour le moment. Anéantissement du Hamas. Car Hamas = mal absolu. Ceux dont la boussole morale est détraquée chercheront des compromis, ne définiront pas les choses telles qu’elles doivent l’être. Il n’y a aucun compromis possible. Faites le calcul du nombre de morts à l’échelle de la démographie américaine, ou française.

Terrifiant !

Répondre
Nicolas Carras 1 novembre 2023 - 6:20

Le mal absolu existe.

Répondre
Nicolas Carras 1 novembre 2023 - 6:27

Et la bonté existe. Je le sais par ma grand mère. Le mal, la bonté, ne sont pas des « concepts » déconnecté de phénomènes observables. Il y a quelque chose qui existe qui a été nommé mal absolu, et bonté.

Léonard de Vinci, n’a pas fait que peindre. Il a marché dans les rues, et il a peint la Joconde. La bonté.

Répondre
Goufio 31 octobre 2023 - 10:11

« Il n’y a pas de pire ignorant que celui qui croit savoir » écrit Olivier Babeau
Veritas Thesaurus est ! La vérité est un trésor.

Répondre
Laurent CHOLLEY 31 octobre 2023 - 10:25

Il n’y a plus qu’à supprimer le mot terroriste du dictionnaire car je ne vois pas à qui on pourrait l’appliquer désormais.

Répondre
Almaviva 31 octobre 2023 - 10:46

Cet organisme, en parti payé par l’impôt des français est clairement d’extrême gauche ! Cela devrait être interdit pout un organisme de presse : celui-ci doit être totalement indépendant !

Répondre
Bruno GERMAIN 31 octobre 2023 - 1:13

Il n’y a aucune dialectique sensée dans ce qu’ose décrire l’AFP. Cela fait longtemps que je n’écoute plus cette agence à la solde d’une gauche outrageuse, attentatoire, LÂCHE et se prosternant devant son pantin, l’hystérique et haineux Mélenchon.

Répondre
Nicolas Carras 1 novembre 2023 - 6:00

“Ce qui instruit les sots, ce n’est pas la parole, c’est le malheur.”

Démocrite – Fragment 76

Going The Distance (From « Rocky » Soundtrack / Remastered 2006) : https://www.youtube.com/watch?v=FLI7jJOQS5k

Répondre
Nicolas Carras 1 novembre 2023 - 6:13

Un petit Serpico qu passage, un vrai héro. Certains ont dit que la vie était absurde. C’est qu’ils n’ont pas compris que dès le moment où il y a génération future, rien ne peut être absurde dans la vie.

C’est parce qu’il y a génération future que la vie n’est pas absurde.

SERPICO – Mikis Theodorakis (1973) [original soundtrack] / https://www.youtube.com/watch?v=39TNt_AuNJQ

Répondre
Nicolas Carras 1 novembre 2023 - 8:32

Il faut donc apprendre ce que c’est que la bonté.

Magnum Force (Opening Titles) : https://www.youtube.com/watch?v=UgqTrxPHkBY

🙂

Répondre
o.icaros 2 novembre 2023 - 3:43

On s’est laissé colonisé avec jouissance, pour montrer qu’on est les meilleurs, les droits de l’homme c’est nous, on s’est laissé subjugué comme des couillons. Toutes nos institutions, dont l’AFP qu’on découvre subrepticement, le sont. La chaîne d’information la plus regardée en Algérie c’est la 2. Cette chaîne doit donc tenir compte de ce panel et de sa sensibilité particulière. Elle ne fait plus un journal pour les nationaux mais pour les mondiaux. Ils n’y a plus que les Africains pour regarder les chaînes françaises (et l’on s’étonne qu’ils veulent tous venir en France). C’est grâce à eux que ces chaînes empochent les recettes publicitaires. Qui regarde les chaînes historiques? Dans mon entourage je n’en connais pas beaucoup.

Répondre
Gerard 5 novembre 2023 - 5:50

L’AFP est une agence de désinformation comme beaucoup de grands Media. J’ai compris ca lorsque l’AFP il y a une quinzaine d’années avait écrit que 2 jeunes colons juifs avaient été abattus par les Palestiniens, sans préciser qu’il s’agissait de deux enfants.

Il est malheureux que de nombreux journalistes ne font que copier coller ce qui sort de cette agence. Il est vrai que n’importe quel crétin peut devenir journaliste, ils préfèrent livrer leur opinion que les faits et les multiples perspectives qu’ils ignorent volontairement ca demanderait trop de travail ou une certaine éducation.

Il faudrait en effet supprimer les subventions.

Répondre