Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

mardi 16 mars 2021, par Adélaïde Motte

Le timbre vert passe à plus de 1€ pièce, le timbre rouge (J+1) est en voie de disparition… La Poste cherche désespérément des solutions à son lent déclin, en oubliant la meilleure : la privatisation.

La fin de l’année 2020 a mis le Groupe La Poste en émoi : La Poste accuse une perte de 1,8 milliards d’euros et n’est sauvée que par le récent rachat de CNP Assurances, dont elle détient désormais 62,1% du capital et qui lui a rapporté 3,6 milliards d’euros. Ce qui lui a permis de sortir la tête de l’eau et d’afficher un bénéfice net de 2,1 milliards d’euros. Mais le rachat de groupes profitables ne saurait être une stratégie durable pour un service public en perdition.

Un service public trop important et peu efficace

Philippe Wahl, PDG de La Poste, déplore la dégringolade de l’activité courrier dont le chiffre d’affaires en 2020 a diminué de 13 %. Officiellement, c’est à cause des plis : 1,6 milliards en moins, soit une baisse de 18 %. Les Français ont envoyé aussi moins de lettres. Mais comment leur en vouloir, quand La Poste les a si mal servis durant le confinement ? Comment s’étonner que, n’ayant reçu leurs factures, colis, journaux, qu’avec des semaines de retard, ils se fient désormais à d’autres services, privés ceux-là ?

Le réseau de proximité La Poste, dont le groupe est si fier, s’est réduit comme peau de chagrin. En 2009, sur 17 500 bureaux de poste, 6 500 n’étaient actifs que 4 heures par jour au maximum et pour 2 500, c’était 2 heures, tout au plus. Seulement 60 % du courrier arrive à destination à J+1, contre 92 % en Allemagne et 95 % en Suède. La Poste ne compte plus aujourd’hui que 17 000 points de contact et continue à en fermer, sous le prétexte que plus personne n’y vient. Le consommateur se demande cependant si, pour faire remonter le taux de fréquentation, il ne faudrait pas, tout simplement, en modifier les horaires. Ainsi que l’organisation des services : ils ne proposent pas tous les mêmes, ce qui peut forcer les usagers à faire plusieurs kilomètres pour obtenir ce dont ils ont besoin.

Pour La Poste, la solution, c’est la privatisation

Au début des années 2000, La Poste a enfin perdu le monopole de l’acheminement du courrier, mais n’a pas été privatisée pour autant. C’est depuis 2010 une société anonyme dont les capitaux sont détenus à 100 % par l’Etat directement ou indirectement (dont 23,32 % par la Caisse des dépôts). La Poste est donc financée à 100 % par les contribuables. C’est une grosse usine de 250 000 employés, deuxième employeur public après l’Etat lui-même, qui n’a réduit ses effectifs que de 10 000 personnes en cinq ans, à cause, entre autres, de l’acharnement des syndicats. A l’heure où la baisse des dépenses publiques se fait de plus en plus urgente, la position de son PDG sonne comme une provocation. Pour lui, c’est simple : l’Etat doit augmenter ses subventions. Car bien sûr en France, l’Etat doit tout payer. Alors que ce sont en réalité les utilisateurs qui paient, et doublement : leurs impôts (tout comme d’ailleurs les impôts de ceux qui n’envoient jamais de courrier !) servent à subventionner une entreprise non rentable qui, en plus, ne cesse d’augmenter ses prix. Celui du timbre a presque doublé depuis 2014 – sans aucune amélioration notable. Un autre service auparavant gratuit est devenu payant : celui des prestations chez les personnes âgées (qui s’inscrit dans le secteur au nom très hexagonal de « silver economy »). Il faisait partie du travail du facteur. Il a rapporté plus de 500 millions en 2020. De la part d’une entreprise, cela paraîtrait normal. Quant il s’agit du service public, c’est un peu plus contestable. Si la Poste veut facturer ses services, il faut alors qu’elle accepte la privatisation. Cela lui permettrait également de modifier le statut de ses salariés, donc de les rendre plus efficaces. En 2018, elle employait 87 000 fonctionnaires, soit 40 % de ses effectifs. C’est un peu mieux qu’en 2009 (220 000 fonctionnaires, deux tiers des effectifs), mais il reste beaucoup à faire. Car le déclin a commencé bien avant le confinement. Il n’est peut-être pas abusif d’en déceler l’une des raisons principales dans le comportement de ses employés. Alors que le taux d’absentéisme est de 3,9 % en moyenne dans les entreprises privées de plus de 50 salariés, il s’élève à 6,9 % chez La Poste. Un fonctionnaire chargé de la maîtrise et de l’exécution des services prend en moyenne 27 jours de congés maladie par an, contre 14 jours pour un salarié dans le privé, selon une étude BVA de juin 2017. Autrement dit, non seulement les contribuables rétribuent un service dont ils ne profitent que très peu, mais en plus ils financent des congés maladie excessifs. Ils paient même la retraite des employés, financée par l’Etat, à l’exception de cotisations acquittées par La Poste, qui ne représentent que 7,85 % du salaire brut, contre près de 15% dans le privé.

La Poste aurait pourtant suffisamment d’opportunités comme entreprise privée. Avec ses cinq branches (le service courrier et colis avec les services de proximité, Geopost, la Banque Postale, la branche numérique et le réseau La Poste) et ses nombreuses filiales, le groupe est largement présent à l’international, où il réalise plus de 20 % de son chiffre d’affaire. Cependant, gangrenée par l’absentéisme et autres vices de la fonction publique, ces différents services, au demeurant intéressants, ne fonctionnent pas correctement. Les entreprises, qui en ont besoin quotidiennement, se trouvent donc souvent en difficulté, car il est en outre la plupart du temps difficile de joindre qui que ce soit. La privatisation totale de La Poste aurait toutes les chances de résoudre ces tares.

Sources :
https://le-groupe-laposte.cdn.prismic.io/le-groupe-laposte/1e3224f3-89c4-4ae7-a68d-af2021be1b30_CP+LBP+FY2020+vDEF+FR.pdf
https://www.capital.fr/entreprises-marches/grace-a-cnp-assurances-la-poste-evite-une-perte-de-18-milliard-deuros-en-2020-1395189
https://www.rh.laposte.fr/le-groupe-la-poste-et-ses-filiales
https://www.rh.laposte.fr/article/la-branche-services-courrier-colis-et-ses-filiales
https://www.adgcf.fr/5-30-117-groupe-poste.html
https://www.groupelaposte.com/fr/la-banque-postale-la-banque-de-tous
http://www.focom-laposte.fr/wp-content//pdf/focom_livret_fonctionnaires.pdf
https://www.capital.fr/votre-carriere/l-impressionnant-taux-d-absenteisme-des-fonctionnaires-de-la-poste-1237564
https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/L-augmentation-du-prix-des-timbres-ne-sauvera-pas-La-Poste
https://www.businessdecision.fr/reference/37/31-groupe-la-poste.htm
https://www.senat.fr/rap/r97-042/r97-04250.html

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Plus-le-prix-du-timbre-augmente-plus-la-Poste-s-effondre

Vos commentaires

  • Le 17 mars à 07:52, par Abacule En réponse à : Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    A vous lire, la privatisation est la clef de tout. Il y a des abus partout y compris dans le privé. L’exemple le plus frappant est la rupture conventionnelle avec les indemnités versées qui sont exonérées d’impôt. Vous voulez privatiser ? dans ce cas, il faut que les ex fonctionnaires bénéficient des mêmes largesses fiscales que des salariés du privé y compris devant les prud’hommes. La entreprises privées regorgent des frais personnels estampillés frais professionnels : les voitures de tourisme achetées en leasing avec un usage personnel, les frais km remboursés sur l’usage personnel de la voiture. Le fisc est trop souple avec ces délinquants. Et que dire de l’opportunisme lié à la pandémie. Et que dire de la complicité des avocats et des experts comptables acteurs ou témoins muets des fraudes agissant sans risque.
    NON le privé n’est pas la solution à tout. Il faut un Etat fort. C’est ce qui manque aujourd’hui.

  • Le 17 mars à 11:19, par Arnaud de RASILLY En réponse à : Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    En réponse, les salariés du privé bénéficient-ils de plus d’avantages que les fonctionnaires ? C’est bien possible dans certains cas mais pas dans d’autres. Par exemple, la faculté d’utiliser 4 fois par jour un véhicule de l’administration pour les trajets domicile/travail (20 km) existe. Des absences au travail aussi nombreuses dans le privé que dans le public ne peuvent au minimum qu"altérer le profil de carrière. Il n’existe pas une seule entreprise qui règle l"avancement du personnel sur le seul critère de l’ancienneté alors que dans le public ce peut être ce renforcement qui est revendiqué. L’on sait très bien où du public ou du privé se situe la garantie d’emploi à vie, même quand la fonction attendue n’est pas satisfaite. L’inertie des administration ne résulte-t-elle pas de la requête fréquente de la prise de responsabilité à l’échelon supérieur, quelque fois largement étendue ? C ’est alors une superbe garantie de la qualité du sommeil. On ne s’attarde pas sur la question des retraites. En conclusion, il est vraiment difficile de vouloir comparer ce qui n’est pas comparable. Mais le vrai problème n’est pas tant de comparer les statuts du personnel que de comparer leur efficacité pour la collectivité au service duquel ils sont, ce qui est plus possible.

  • Le 17 mars à 12:01, par Ba En réponse à : Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    À abacule.

    Vous devez travailler à La Poste pour écrire autant de contre-vérités.

    Et votre discours n’a pas de sens. Vous vous contentez de dire qu’il y a des prétendus abus dans les autres entreprises pour justifier la non-privatisation de la Poste. Or ça ne justifie absolument rien, c’est deux idées différentes et sans rapport.
    Le plus comique est que tous les prétendus abus que vous voyez chez les autres entreprises existent bel et bien sans nul doute et à la puissance mille à La Poste elle-même (de mon expérience d’observateurs concernant ces sujets-là). Et en plus de ça la Poste vit principalement de la poche du contribuable ce qui est déjà en soi un immense scandale.

    Au total, la privatisation est bien l’unique solution. Et je ne comprends pas ceux qui s’y opposent alors qu’ils ont absolument tout à y gagner.

  • Le 17 mars à 13:47, par Daniel En réponse à : Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    Oui La Poste va mal. A qui ou quoi la faute ? Si je vous comprends bien je suis responsable de cette situation en tant que fonctionnaire et postier depuis 40 ans. Je devrais être flatté d’avoir autant de pouvoir dans cette pseudo entreprise. Malheureusement la réalité est plus complexe et triste. J’ai vu ce service public évoluer pendant toutes ces années sauf que la stratégie brouillonne des dirigeants et leur mépris pour le personnel n’ont pas permis ni le développement ni l’adhésion. De l’Eldorado de la silver economy, en passant par la téléphonie, la neobanque, rien n’a été fait avec pragmatisme et finances. Les retards en investissement dans l’informatique, les achats d’entreprises en France et à l’étranger, ... En quoi les femmes et les hommes qui distribuent vos courriers, les sous traitants qui distribuent vos colis, les employés intérimaires, fonctionnaires ou salariés sont-ils responsables ? Pour moi la responsabilité en incombe principalement aux dirigeants, aux évolutions technologiques et enfin et pour une part minime au personnel.

  • Le 17 mars à 14:43, par ANSELME En réponse à : Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    que de blablas

    venez voir en immersion dans un bureau de poste et vous verrez pourquoi tans d absentéistes,
    incivilités récurrente avec insulte et menace physique et des fois plus. Sachez aussi que tous les nouveaux entrants sont des contractuels avec une grille de salaire bien inferieure a celles des fonctionnaires et .il me semble que la poste paye des impôt a l état.
    alors idéologie quand tu me tient...

  • Le 17 mars à 18:01, par u cucu En réponse à : le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    Honteux le prix du timbre a augmenter de 60 CTs en 3 ans bienfait pour eux

  • Le 17 mars à 19:51, par superdupont En réponse à : Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    Bonsoir à toutes et tous,

    Je me permets de rebondir sur l’article en question.

    En qualité de postier, j’ai vu transformer les PTT en SA depuis nombreuses années. L’avènement de LA BANQUE POSTALE en 2006, le virage mal négocié du numérique, la réduction de nos points de contacts voulue par nos dirigeants, le projet CAP QUALITE COURRIER axé sur une industrialisation du courrier en 2010 alors que celui-ci déclinait déjà au profit du web. Un maillage réduit de nos points de vente. Un déficit de communication sur nos solutions courrier et colis. Les actions menées ont été très hasardeuses. Pourtant celles-ci s’intégraient dans une logique d’entreprise. La vieille dame a eu le mérite de se remettre en question et a su faire preuve d’agilité durant ses décennies. Alors, culpabiliser les postieres et postiers n’est pas très sérieux. Le fond du problème reste une erreur de vision et de stratégie de part de nos dirigeants successifs. Toute la difficulté est de combiner mission de service public et développement sur un marché courrier en déclin. En effet, il existe sûrement des postiers peu vertueux mais pas que !! La plupart des collègues se sentent investis et malheureux de cette situation.
    Pour conclure, les alchimistes économiques de tout poils se sont succédés au chevet de LA POSTE, prônant souvent une certaine idée libérale du problème mais à ce jour sans effet. La question : est-il nécessaire de privatiser une branche dont l’activité est en déclin ?
    Bien à vous et bonne soirée.

  • Le 17 mars à 19:52, par superdupont En réponse à : Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    Bonsoir à toutes et tous,

    Je me permets de rebondir sur l’article en question.

    En qualité de postier, j’ai vu transformer les PTT en SA depuis nombreuses années. L’avènement de LA BANQUE POSTALE en 2006, le virage mal négocié du numérique, la réduction de nos points de contacts voulue par nos dirigeants, le projet CAP QUALITE COURRIER axé sur une industrialisation du courrier en 2010 alors que celui-ci déclinait déjà au profit du web. Un maillage réduit de nos points de vente. Un déficit de communication sur nos solutions courrier et colis. Les actions menées ont été très hasardeuses. Pourtant celles-ci s’intégraient dans une logique d’entreprise. La vieille dame a eu le mérite de se remettre en question et a su faire preuve d’agilité durant ses décennies. Alors, culpabiliser les postieres et postiers n’est pas très sérieux. Le fond du problème reste une erreur de vision et de stratégie de part de nos dirigeants successifs. Toute la difficulté est de combiner mission de service public et développement sur un marché courrier en déclin. En effet, il existe sûrement des postiers peu vertueux mais pas que !! La plupart des collègues se sentent investis et malheureux de cette situation.
    Pour conclure, les alchimistes économiques de tout poils se sont succédés au chevet de LA POSTE, prônant souvent une certaine idée libérale du problème mais à ce jour sans effet. La question : est-il nécessaire de privatiser une branche dont l’activité est en déclin ?
    Bien à vous et bonne soirée.

  • Le 17 mars à 20:46, par fredo En réponse à : Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    Jetez un œil sur rémunérations de ses hauts dirigeants et leur augmentation exponentielle.voir article de mediapart en 2008 je crois.m.wahl 800 000 € cette année la.ensuite ça n a pas du diminuer...je suis facteur depuis 33 ans a TPS complet et me retrouve comme bon nombre de collègues...allocataire à la Caf via la prime d activite.nous sommes donc à la charge de la communauté à cause d un traitement ou salaire au raz des pâquerettes. Politique salariale Claire à la poste pourtant dopé à l argent public via le c.i.c.e .des libéraux d un genre spécial... profiteurs et parasites.une seule recette : destruction de l emploi.totalement étrangers aux biens et services publics davantage intéressé par l enrichissement personnel...le plus cocasse : parcours surprenant d un banquier issu d un établissement : bank of scotland qui sauf erreur...a fait faillite.bonsoir à tous

  • Le 19 mars à 04:53, par caule En réponse à : Plus le prix du timbre augppmabsenceente, plus la Poste s’effondre

    Et bien je travaille depuis 40 ans a la poste fonctionnaire et bien croyez depuis que des agents contractuels sont rentrés dans le groupe c est une vrai catastrophe.
    Perso en 40 ans pas 20 jours d arrets,par contre aujourd’hui dhui et les exemples sont trop nombreux j ai vu arrivé la semaine de Noël un contractuel le lundi pour sa première journée qui voulait déjà des congés le 24 et 26 décembre.j en passe et des meilleurs pour dire que cela me fait mal de voir mon entreprise dans cet état.

  • Le 19 mars à 13:16, par Adélaïde Motte En réponse à : Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    Bonjour, merci pour votre message.
    Il est bien évident que le déclin de La Poste est dû en grande partie à sa direction, comme nous l’avons déjà dit dans plusieurs de nos articles, dont certains sont cités à la fin de celui-là. Comme dit l’adage "quand quelque chose ne fonctionne pas, c’est la faute pour un quart de 36 raisons, et pour trois quarts au chef".
    Mais le statut de fonctionnaire et les syndicats ont aussi une lourde responsabilité dans la lourdeur de la Poste et son incapacité à se réformer.

  • Le 19 mars à 13:23, par Adélaïde Motte En réponse à : Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    Bonjour,
    L’Etat ne doit être fort que pour la sécurité, et autres fonctions régaliennes. En économie, il n’a pas sa place, parce que l’économie ne se gère correctement qu’avec des chefs d’entreprises qui connaissent leur métier.
    De plus, les dérives du privé que vous citez pénalisent les usagers des entreprises véreuses, là où les dérives du public touchent tous les citoyens sans exception.

  • Le 21 mars à 08:31, par BEAU En réponse à : Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    Autre problème auquel la Poste est confrontée : son évolution donc ses métiers, la Banque, la branche numérique etc... qui doivent devenir des activités de pointe pour se battre à armes égales avec la concurrence mais cela ne peut se faire qu’avec la compétence des salariés qui passe par des formations pointues et une évolution globale de leur mentalité. Je suis un client de la Banque et j’ai à faire à des employé(es) souriants et sympathiques mais aujourd’hui cela ne suffit plus, la privatisation serait un plus.

  • Le 21 mars à 09:06, par chris En réponse à : Ils n’ont tjrs pas compris...

    ...à la direction de la poste que plus ils augmentent leurs tarifs plus leurs usagers s’en détournent !
    Moi le 1er je boycotte leurs services au maximum car vraiment trop chers !
    Qu’ils soient fonctionnaires ou pas ne changent rien à cela car même un enfant de 10 ans peut comprendre ça !
    @+

  • Le 21 mars à 12:34, par Francis En réponse à : Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    Vous prenez souvent l’Allemagne en exemple, où je travaille depuis 1978.
    Le prix du timbre est actuellement à 80 centimes, mais la poste allemande demande de nouveau une augmentation. Elle ne fait pas de profits avec les lettres, mais avec les paquets (DHL ). Les facteurs changent régulièrement, car le travail est très stressant.
    Ils distribuent les petits paquets. Je les vois courir, oui courir.
    Une camionnette passé pour les gros paquets.
    La situation est semblable en France, malheureusement.
    Bon courage aux facteurs français et allemands, et merci pour leur travail.

  • Le 8 août à 04:42, par Laurent46 En réponse à : Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    les effets des 35 h n’ont pas fini de nous rendre malade. C’est pire que n’importe quel virus.
    cela dit le courrier est en baisse, mais le nombre de colis continue a augmenter et la poste coule ?
    il y a peut-être d’autres problèmes au regard des heures d’ouverture, de l’absentéisme et du dynamisme du personnel digne des meilleurs services publics à la Française. Le vrai mal est dans la fainéantise et certainement en commençant par le haut du panier ou l’on trouve aussi beaucoup de trop payés quoi qu’il arrive, le grand mal Français.

  • Le 8 août à 08:36, par Jean-Louis COUVERT En réponse à : Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    J’ai lu tous les commentaires et je ne trouve rien concernant le rôle néfaste, à La Poste, comme ailleurs, des syndicats politisés dont le seul actif est de faire des crèves (je voulais écrire grèves) à répétition ! Des syndicats qui demandent toujours plus de moyens (pour eux bien sûr), qui voudraient que les salariés travaillent une heure par mois, le jour de paye... Ce qui me navre c’est que les facteurs (dénommés préposés de nos jours) ne comprennent pas !

  • Le 8 août à 08:48, par François Garçon En réponse à : Plus le prix du timbre augmente, plus la Poste s’effondre

    Dans une multitude de villages et petites villes, le bistro a remplacé le service public de la Poste. Avantage : le bistro, le plus souvent bureau de tabac et dépôt de pain, est ouvert dès 7 heures le matin, ferme à 18h, et est ouvert le samedi. Qui peut regretter ce transfert de mission ? La Poste ne l’exerçait plus qu’au bénéfice de ses salariés. Elle paye son désengagement, que ses directeurs successifs ont couvert pour avoir la paix sociale. Lâcheté, corporatisme, monopole. Espérons ne plus jamais revoir ça.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière