IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5943



Paris 2021 : une nouvelle hausse des taxes pour combler une dette abyssale

Afin de pouvoir finaliser son budget 2021 et augmenter ses revenus, la mairie socialiste de Paris prévoit une augmentation drastique de diverses taxes. Elle souhaiterait aussi rendre payant le stationnement des deux roues.
Pour justifier cette hausse, le prétexte est tout trouvé : la gestion de la COVID-19, qui aurait coûté 800 millions d’euros à la ville. Mais le virus ne fait que masquer l’incompétence et la dépendance des élus parisiens à la drogue de la dette et de la taxation.
La dette de la ville va s’élever à plus de 7 milliards d’euros en 2021 ! Pour un budget avoisinant 10 milliards… La gestion de la ville lumière par les socialistes est une catastrophe. Et semble loin d’être terminée.

Des taxes qui grimpent, qui grimpent…

Afin de contenir une envolée spectaculaire de la dette municipale qui augmente d’un milliard d’euros rien que pour cette année, la mairie de Paris va donc une nouvelle fois augmenter les taxes à l’encontre des propriétaires et des touristes.

La taxe de séjour sur les locations Airbnb va passer de 2.3 à 4.1 € par nuit avec la bénédiction de l’Assemblée nationale qui, pour ce cas particulier, doit voter des plafonds au préalable. Mme Hidalgo va donc s’empresser de mettre cette taxe au maximum possible et ainsi continuer sa lutte contre la plateforme de location et de réservation de logements de particuliers.

L’immobilier n’est probablement pas assez cher dans la capitale, que les classes moyennes fuient. La population de Paris diminue chaque année de 11 000 habitants par an en moyenne depuis 2012 alors que la plupart des grandes villes françaises ont vu la leur s’accroître. Cela ne doit pas être suffisant car la maire souhaite relever les droits de mutation, taxe prélevée lors d’un achat immobilier, de 7 %. Soit une hausse de 4.5 % à 4.8 %.

Vous n’êtes que de passage dans la capitale ? Pas de problème, l’élue envisage également de surtaxer les résidences secondaires. En effet, depuis une loi de 2015, les villes situées dans des zones d’urbanisation marquées par un déséquilibre entre l’offre et la demande de logements peuvent fixer une taxe d’habitation majorée sur les résidences secondaires. Plafonnée à 60 % actuellement, Anne Hidalgo souhaiterait qu’elle atteigne 100 % !

Enfin, il est question de rendre le stationnement payant pour les deux roues motorisés. Après les automobilistes, c’est au tour des motards de payer pour renflouer les caisses de l’inconséquente mairie de Paris. Les rues de la capitale tendent à devenir de grandes voies cyclables entre quelques lignes de bus. De quoi plonger les Parisiens dans la Chine maoïste des années 60.

La COVID a bon dos pour faire couler l’argent des Parisiens à flot.
La hausse de la taxation est continuelle à Paris, ville championne de l’augmentation des taxes depuis le début de ce siècle. Pour la taxe foncière par exemple, l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) note une hausse de 80.9 % entre 2009 et 2019 ! C’est beaucoup plus important que dans les cinquante plus grandes villes française, qui en moyenne et sur la même période, s’en tiennent à 34,9%.
Et même en année d’élection, les élus parisiens ne lâchent rien. Entre 2019 et 2020, la taxe d’habitation a progressé de 1,1%, contre 0,57% à Bordeaux, avant l’arrivée des écologistes…

Une dette monstrueuse

Depuis le début de ce siècle, la hausse de la dette fait un bond :

Bertrand Delanoë (PS) a été élu en 2001, succédant à Jean Tibéri (RPR). La dette de cette année-là était de 1 089 410 000 €. Le créateur de Paris plages partira en 2014, après deux mandats, l’en ayant quadruplée : 4 179 160 000 €. Mme Hidalgo va continuer sur cette lancée : 7.153 milliards € en 2021. En un seul mandat, la dette s’est accrue de quasi 3 milliards €, une performance….

Alors que Paris faisait figure de bonne élève avec une dette par habitant inférieure à la moyenne nationale jusqu’en 2006 (M. Delanoë étant vu comme un bon gestionnaire lors de ses premières années de mandat) elle est désormais au fond de la classe avec une dette par habitant trois fois supérieure à celle des autres villes en 2018 !

En effet, en 2001, la dette par habitant de Paris était de 507 € contre 836 € pour la moyenne nationale et 947 € pour la moyenne de villes de plus de 100 000 habitants. A la fin du deuxième mandat de Bertrand Delanoë en 2014, les chiffres étaient de 1863 € (Paris), 939 € (moyenne nationale) et 1309 € (moyenne des grandes villes). En 2018, respectivement 3072 €, 953 € et 1524 €. En 2018, la dette parisienne s’élevait à 6 772 720 000 € ; elle était de 372 068 062 € en moyenne pour les villes de 100 000 habitants et plus.

En terme d’augmentation, c’est encore plus frappant : + 2565 € à Paris sur la période 2001-2018, contre + 577 € pour la moyenne des habitants des grandes villes et + 117 € pour la moyenne de toutes les communes françaises.
Alors que les maires, dans leur grande majorité, tentent de préserver les finances de leurs communes, c’est l’irresponsabilité qui règne à l’Hôtel de ville de Paris.

Chaque année plus de taxes, et jusqu’à quand ? Et pour quels résultats ? Des rues sales, des trottoirs transformés en dépotoir, une insécurité grandissante, des parcs publics infestés de rats et de seringues, une circulation devenue impossible. Les classes moyennes partent, et cet exode pour une vie meilleure s’intensifiera tant que la ville persistera dans cette gestion calamiteuse qui risque de l’entraîner vers la faillite.

Sources :

http://www.journaldunet.com/busines ...
https://www.lefigaro.fr/conjoncture ...
https://www.lesechos.fr/patrimoine/ ...
https://immobilier.lefigaro.fr/arti ...
https://www.boursorama.com/patrimoi ...
https://www.capital.fr/economie-pol ...
https://www.capital.fr/immobilier/s ...

Partager cet article :

Autres lectures ...

Taxation du digital : gare à l’effet boomerang
Victor Fouquet,

Taxation du digital : gare à l’effet boomerang

Un plan de libération plutôt qu’un plan Marshall pour l’après coronavirus
Jean-Philippe Delsol,

Un plan de libération plutôt qu’un plan Marshall pour l’après coronavirus


Non, tous les « comptables » ne sont pas des abrutis !
Thierry Benne,

Non, tous les « comptables » ne sont pas des abrutis !

Des économies à la mode parisienne
Philbert Carbon,

Des économies à la mode parisienne



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (6)

Ou sont les limites ?

le 25 novembre 2020, 07:08 par Laurent46

Il serait bien de faire le bilan global des dettes de la France,
Celles de l'Etat + toutes les couches des collectivités locales + toutes les structures de type SNCF, Nucléaire et autres gérés de la même manière d'autant que tous ces dirigeants tous aussi irresponsables de leurs actes se moquent royalement des dépenses on fait augmenter les taxes et charges alors que nous sommes déjà le pays le plus taxé au monde ... Je comprends qu'il faut prendre une avance considérable pour que d'autres pays ne viennent pas nous concurrencer dans ce domaine ! mais toute cette mafia d'irresponsables n'a aucune limite. Les taxes deviennent de véritables escroqueries comme les PV et autres prélèvements dont nos politiques en sont accros. La Covid à bon dos et permet de bien s'exprimer dans ce domaine.

- Répondre -

taxes à Paris

le 25 novembre 2020, 09:10 par DD

Mes statistiques m'amènent à estimer que les taxes foncières et d'habitation par rapport à la valeur de vente, voire même à la surface, des appartements est moitié moindre à Paris que dans certaines métropoles comme Lyon. On ne peut pas taxer moins et avoir moins de dettes avec une gestion de même qualité. Il n'est donc pas anormal de rattraper le retard.....

25 novembre 2020, 15:41 - Marechal

Cher Monsieur, 1/ la gestion de Paris est de plus en plus calamiteuse ( voir l'article : saleté, rats, état de la voirie) et taxatrice( idem voir article).
2/ Vos statistiques pourraient vous montrer aussi que l'acquéreur d'un bien parisien ( deux ou trois fois le prix du m² provincial) paie donc deux ou trois fois plus de droits de mutation à la mairie de Paris qu'aux mairies de province. Ce qui correspond à environ cinq à dix ans de taxe foncière aux taux provinciaux, payés d'avance.
Bien cordialement

- Répondre -

Que faire ?

le 25 novembre 2020, 10:00 par Yves Buchsenschutz

Continuez SVP à enfoncer le clou. Détaillons et critiquons les dépenses. Proposons des économies. Paris par exemple finance tout et n'importe quoi en matière d'associations. Devons-nous acheter des gilets, de quelle couleur à propos ?

- Répondre -

Tout ces politico-mafieux sont...

le 25 novembre 2020, 10:13 par chris

incapables de gérer l'argent de Nos Impôts, normal vu que ce n'est pas le leur !

- Répondre -

Le socialisme ou l'idéologie des losers

le 25 novembre 2020, 11:58 par Todd

J’ajouterais l'inconséquence pour ne pas dire la bêtise des Parisiens qui ont renouvelé le mandat de cette incapable qui a choisi des écolos-communistes encore plus incapables qu'elle dans son état-major.

- Répondre -

 css js



FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies