Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5124

par ,

Où est la baisse des dépenses publiques ?

Bien sûr, il fallait bien que le gouvernement prenne des mesures pour stopper les débordements inutiles. Il a donc décidé de dépenser encore de l’argent public, plus de dix milliards d’euros sans doute, pour tenter de satisfaire à la grogne des gilets jaunes. Ce qui risque de peser sur l’économie. Pourtant, les premiers gilets jaunes, avant d’être récupérés par l’extrême gauche, demandaient moins de servitude fiscale plutôt que plus d’aide sociale ; ils voulaient vivre de leur travail plutôt que de prébendes publiques. Le résultat obtenu sera à l’inverse de celui qui était espéré.

Nous n’en serions pas là si par un effort significatif pour réduire les dépenses publiques, les impôts et taxes avaient aussi pu être allégés sensiblement. Mais le gouvernement joue encore au pompier pyromane : après n’avoir rien fait de significatif en matière d’économies publiques, il pense moins à économiser qu’à augmenter sa dette pour payer les charges nouvelles qu’il devra supporter. Il était prompt à critiquer l’Italie, mais il fait pire en matière budgétaire. Dès avant que soient pris dans l’urgence ces nouveaux engagements, les dépenses continuaient déjà d’augmenter de manière masquée. La stabilité apparente du nombre de fonctionnaires en 2017 cache en fait une baisse de 50 400 contrats aidés et une hausse de 45 000 fonctionnaires de plein exercice. Les effectifs des ministères ont augmenté de 1,2% hors contrats aidés, soit 23 000 agents supplémentaires dans la fonction publique d’Etat, dont 20 600 à l’Education nationale et seulement 1 300 à la Justice. Les effectifs de la fonction publique territoriale ont augmenté de 0,9% hors contrats aidés, et ceux de la fonction hospitalière de 0,7%. Craignons qu’il n’en soit de même cette année.

Les économies sont pourtant possibles en bien des domaines. Elles sont possibles à court terme. Par exemple en allégeant beaucoup de réglementations qui exigent des contrôles et augmentent les coûts de production comme les prix des produits et services. Ouen réduisant nombre de subventions aux associations et entreprises, en supprimant les niches fiscales et sociales inefficaces, en baissant de manière drastique les effectifs de la fonction publique non régalienne tout en préservant la sécurité et la justice. En arrêtant, aussi, cette course forcée, inutile et très coûteuse à la transition énergétique qui peut avoir du sens pour faire baisser la pollution mais n’est pas justifiée de manière rationnelle en l’état pour lutter contre le réchauffement climatique… Ces économies budgétaires sont aussi possibles dans le temps long en remettant en cause les monopoles, les statuts trop rigides, les rentes de situation, en introduisant la concurrence dans les assurances sociales et dans l’éducation.

Il faudra bien réviser les conditions d’accès aux mesures d’assistance sociale. Les deux tiers des prélèvements obligatoires sont affectés à des dépenses sociales ; celles-ci représentent environ 32% du PIB contre 22% en moyenne dans l’OCDE. Il ne s’agit pas bien entendu de remettre en cause l’aide accordée à ceux qui en ont vraiment besoin, mais il y a tant de faux chômeurs, d’assurés sociaux irresponsables, de migrants illégaux, d’aides intempestives à l’achat de logements, de voitures, de chaudières…

Depuis des décennies, l’Etat intervient tant et tant dans la vie de chacun que la valeur des choses et des services est biaisée. Il n’y a plus de vrais prix puisque tout est selon les cas excessivement taxé ou subventionné, directement ou indirectement. Les salaires eux-mêmes sont artificiellement abaissés ou augmentés par des cotisations qui varient en fonction des humeurs du temps et de l’intensité des fièvres de la rue. Comment être rationnellement responsable de sa vie dans ces conditions puisque les critères de choix sont factices et aléatoires ?

Il va y avoir un grand débat public pour faire front au désarroi et à la colère de la France profonde. Il serait intéressant que nous y participions tous pour aborder ces vrais sujets et éviter que le débat soit accaparé par ceux qui n’ont d’autre souci que de demander toujours plus à l’Etat en pensant que ce sont les autres qui paieront.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Des économies à la mode parisienne

Éolien en mer : des subventions publiques supérieures à 4 Mds d'euros pour une électricité trois fois plus chère


Monsieur Bruno Le Maire, ce n’est pas le capitalisme qui doit changer, c’est votre politique !

Les baisses d’impôts augmentent bien les recettes fiscales



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (10)

Hélas,

le 18 décembre 2018, 05:25 par Laurent46

Il en est de même pour les collectivités locales au regard des budgets annoncés pour 2019 tous en hausse !
Certaines petites villes se sont même donné le luxe d'offrir le 14 ème mois avec un minimum de 1200 € à tous les employés, élus y compris bien entendu .... Quand aux gilet jaunes c'est une dérive provoquée par les politiques, syndicats et médias pour ne parler que de quelques miettes sous forme de prime, car, il ne faut pas oublier que les dépenses somptueuses de l'Etat et des collectivités locales arrangent tout ce joli,petit monde pré-cité qui profite grassement des largesses publiques. La France est en pleine dérive administrative qui devient de plus en plus une dictature. Il n'est pas un hasard si le pays France, celui qui se montre encore comme le défenseurs des Droits de l'homme s'est hissé au 32 ième rang mondial pour les libertés individuelles et économiques !Enfin, les projets pharaoniques d'avenir comme le Grand Paris, les métropoles et grandes régions qui emboîtent le pas, le G7, les JO, toutes les manifestations internationales et cela sans oublier l'appétit gargantuesque de l'Europe et les déplacement presque hebdomadaires des élites pour s'offrir quelques beuveries à l'étranger ne vont pas arranger le niveau des caisses publiques. La fin du règne Macron sera difficile encore sans oublier le nombre toujours croissant d'Ex Président, Ministres d'Etat, Parlementaires, Préfets, haut fonctionnaires, syndicalistes et j'en passe qu'il faut engraisser et avantager à vie après seulement un petit mandat de 5 ans ! Dans ce domaine là aussi la France bat tous les records mondiaux. Hélas.

18 décembre 2018, 06:18 - Laura47

Une vérité scandaleuse qui m'écoeure au plus haut de degré.

- Répondre -

L'emploi à vie des fonctionnaires est anti-démocratique

le 18 décembre 2018, 06:29 par Stéphane à Taiwan

Si un parti augmente un impôt ou prend une mesure impopulaire, l'autre parti pourra l'annuler lorsqu'il reviendra au pouvoir. Malheureusement, il y a une mesure qui est quasiment irréversible, c'est l'embauche de nouveaux fonctionnaires. Il ne sert à rien de voter si le pouvoir politique issu des urnes ne peut qu'embaucher, mais jamais virer de fonctionnaires.
Si l'Etat ne peut ou veut le faire, il faut privatiser un maximum et laisser le privé faire le ménage dans ces écuries d'Augias.-

- Répondre -

Tout est à remettre à plat

le 18 décembre 2018, 06:44 par Daniel46

De mon point de vue de béotien en Politique et Administration c’est toute la chaine qu’il faut revoir du niveau central au niveau territorial (dont communal) en passant par le régional
Des leviers communs pour mettre un coin dans ce système complexe et verrouillé :
LA TRANSPARENCE , LA RESPONSABILITE PERSONNELLE DU SIGNATAIRE, LE CONTROLE INDEPENDANT (au dessus de tout soupçon) LA CO CONSTRUCTION entre les « sachants » et les « pragmatiques »
Il y a certainement plein d’autres pistes, les meilleures idées sont celles qui sont co-construites. Personnellement je suis prêt à apporter ma petite contribution de colibri pour faire émerger plus de justice et d’équité, mais qui pourrait fédérer cette co construction et comment la faire connaitre au plus grand nombre ?

- Répondre -

Le travail au noir

le 18 décembre 2018, 08:00 par CADOT

Le travail au noir non déclaré prive l'état de la TVA et les entreprises régulières d'un chiffre d'affaires indispensable à leur compétitivité.

18 décembre 2018, 09:05 - pierreth

Le travail au noir, ne prive pas systématiquement les entreprises de revenus, car notament dans le BTP certaines se font payer cash sans TVA ! j'y ai été confronté !
d'autre part si tous pouvaient vivre decemment d eleur emploi y aurait il autant d etravail au noir ?
en fait c'est un cercle vicieux, trop d etaxes tout azimut rendent le salaire insuffisant donc il faut des aide sprovenant de taxes qui elles m^me diminuent encore le pouvoir d'achat etc !
est il normal qu'un professeur du secondaire retraite ataux pleinn'ai pas de revenus suffisants pour payer sa place en EPAD (type groupe ORPEA ? (je le sais tuteur de ma tante j'y ait ete confronte et par la m^me occasion j'ai constate qu'apres impots ma retraite de colonel ne suffirait pas !alors pour les salaires inferieurs au mine ??

- Répondre -

gilets jaunes

le 18 décembre 2018, 08:17 par peyronnet

Bonjour , je suis vos articles et je m'interroge sur l'avenir des gilets jaunes , comment ne pas être aspirer par un mouvement politique et comment faire comprendre à l'exécutif que nous ne voulons pas d'aides mais moins de charges ?
Cordialement

18 décembre 2018, 13:56 - Astérix

En mettant dehors tous ces technocrates qui ne comprennent rien, en quittant l'euro puisque le taux de change fixe nous empêche de dévaluer.
Il faut bien sur baisser massivement les prélèvements obligatoires (30 % au lieu de 57 %), les taxes, les impôts et les normes et réglementations écrasantes et imbéciles.

18 décembre 2018, 17:17 - Mat

Si dévaluer la monnaie était la baguette magique, le Venezuela, l'Argentine ou le Zimbabwe seraient les rois des exportations ! Que je sache, ça n'est pas le cas ! De plus, ils ont le pétrole eux, pas nous.

Ensuite, 50% de nos exportations se font vers les pays de l'UE et la majorité vers les pays de la zone euro donc effet de la dévaluation monétaire = 0 !

Enfin, nous sommes un pays qui exporte majoritairement des produits de moyenne et haute valeur ajoutée, nous n'avons donc pas besoin de dévaluer notre monnaie pour pouvoir favoriser nos exportations tels que les pays chinois, méxicains, etc.

Au contraire avoir une monnaie forte (chose qui n'est pas le cas avec l'euro, voyez la cotisation Forex pour s'en apercevoir) nous permet d'importer "à moindre coût".

Donc si votre seule proposition c'est dévaluer la monnaie pour ceci étant dit, créer plus d'inflation et a fortiori voler les épargnants et travailleurs que vous voulez tant aider, je crains que vos mesures soient vouées à l'échec avant même d'être appliquées !
Cordialement.

18 décembre 2018, 19:47 - tresceptique

Il y a quelques dizaines d'années, disant dans les années 50, le franc français valait plus cher que le deutsch mark. Au moment de la mise en lace de l'euro le DM valait 3, 35 FF. Et je ne arle pas du franc suisse. Nous avns très très souvent dévalué et on en voit le résultat aujourd'hui, une vraie catastrophe.

19 décembre 2018, 11:46 - Astérix

Regardez et écoutez bien toutes les vidéos de M. Charles GAVE de l'institut des libertés. Il vous expliquera simplement l'économie, domaine qui, manifestement, vous échappe !
Bien à vous.

19 décembre 2018, 12:24 - Mat

Mon cher ami,
Visiblement vous n'avez aucune argumentation susceptible de réfuter mes dires, il semble donc que vous soyez à court d'idées ce qui ne m'étonne pas au vu de vos idées Keynésiennes complètement dépassées et responsables des multiples crises et récessions économiques qui ont frappés notre société tout au long de l'histoire.
Mais évidemment notre cher Astérix qui veut virer tout ces technocrates (je suis d'accord sur ce point et bien évidemment en finir avec cet Etat interventionniste) préfère dévaluer la monnaie, favoriser l'injection monétaire et octroyer encore plus de pouvoir et de monopole à l'Etat. On comprend donc votre point de vue complètement paradoxal, je vous recommande la lecture des œuvres littéraires du grand Jesús Huerta de Soto dont notamment : Dinero, Créditos Bancarios y Ciclos Económicos (Traduit au français : Argent, Crédits Bancaires et Cycles Economiques).
Cela vous évitera -je l'espère- de dire de telles absurdités ;
A bon entendeur Monsieur Astérix,
Salut.

28 décembre 2018, 10:26 - Astérix

Non monsieur, je ne préfère pas dévaluer la monnaie ce qui est un signe de paupérisation mais nous y serons contraints.
Avec un taux de change fixe qu'impose l'euro, notre industrie ne peut lutter avec l'Allemagne car nous ne sommes pas compétitifs (+ 20 %).
Vous écrivez que je préfère l'injection monétaire ????!! et encore plus de pouvoir pour l'état.
Je préfère exactement l'inverse !
Lorsqu'un pays comme la France est endetté à hauteur de 2300 milliards + 4000 milliards d'engagements hors bilan, créer de la monnaie artificiellement (injection monétaire) conduit à s'endetter encore plus jusqu'à la faillite et alourdir à terme les impôts ce qui est complètement imbécile.! Je vous rappelle que sous la Présidence Pompidou la France n'avait aucune dette...!
Sous Giscard la dette était de 60 milliards (équivalent euros).
Depuis, nos gouvernants ont démontré leur incompétence, il serait donc stupide que je souhaite plus de monopole et de pouvoir pour l'état...???!!
Enfin, un Pays mal géré et en faillite comme la france ne peut disposer d'une monnaie forte.
Vous ne voyez pas que nous sommes condamnés à une baisse du niveau de vie car nous dépensons plus que nous ne gagnons..!
Continuons vers l'abime avec vos raisonnements absurdes !

28 décembre 2018, 16:32 - Mat

Encore une fois, vous dites tout et son contraire ! Je vous invite une énième fois à vous informer et augmenter vos connaissances !

Vous parlez de dévaluer la monnaie qui soit disant passant, l'euro n'est pas une monnaie forte (et ceux qui ont fait des études Forex savent de quoi je parle regardez la cotisation de la paire EU/USD car les lecteurs vont finir par croire que vous le faites exprès).

Si vous sortez de l'euro vous redonnez le monopole d'impression des billets à la Banque de France, vous redonnez donc la possibilité à l'Etat de VOLER (et je pèse mes mots) les citoyens français en faisant de l'inflation comme ils l'ont toujours fait avant la loi de 1973 et heureusement que cette loi a été votée.

Ensuite concernant l'Allemagne c'est justement grâce à leur monnaie forte de l'époque (le mark) qui n'arrêtait pas de s'apprécier par rapport aux autres monnaies nationales (dont les pays se donnaient à cœur joie pour les dévaluer et ainsi rendre toujours plus pauvres ses concitoyens) qui leur a permis d'être toujours plus compétitifs puisqu'ils n'avaient pas d'autres choix que de fabriquer les meilleurs produits afin de pouvoir les exporter.

En revanche les pays qui dévaluaient leur monnaie, certes exportaient plus (momentanément) mais aujourd'hui voilà le résultat, ils ne sont plus capables de suivre l'Allemagne. Voilà, le résultat de politiques dont vous proposez qui consiste à se focaliser sur le présent uniquement et produire des effets éphémères et ensuite se plaindre du résultat puisqu'ils ne sont pas capables de viser le long terme.

L'unique solution est donc de mettre en place des politiques d'austérité, de mettre un terme à l'étatisme et l'interventionnisme, de mettre fin aux dépenses publiques et au système de sécurité sociale actuel afin de responsabiliser les français et bien évidemment "dénationaliser l'argent" en supprimant complètement ce monopole dont dispose le secteur public et donc éliminer les banques centrales, retourner à des réserves obligatoires de 100% en supprimant définitivement le système des réserves fractionnaires. Enfin, il est urgent de libéraliser l'économie, mettre en place une vraie économie de marché tout en respectant la propriété privée.

Autrement dit : Capitalisme, épargne et arrêter d'encourager la consommation.

Vive l'école Autrichienne d'économie !

30 décembre 2018, 12:06 - Astérix

Vous écrivez :
"Encore une fois, vous dites tout et son contraire ! Je vous invite une énième fois à vous informer et augmenter vos connaissances !
Vous parlez de dévaluer la monnaie qui soit disant passant, l'euro n'est pas une monnaie forte (et ceux qui ont fait des études Forex savent de quoi je parle regardez la cotisation de la paire EU/USD car les lecteurs vont finir par croire que vous le faites exprès)".

Non Monsieur, je ne dis pas tout et son contraire, il suffit de me lire.
En revanche, il faut que vous m'expliquiez ce que signifie : "soit disant passant" .. je pense que vous avez voulu écrire : "soit dit en passant" ainsi que : "regardez la cotisation de la paire EU/USD" ; je ne sais pas ce que veut dire cette expression...??!
le taux de change de l'euro n'aurait jamais dû être calculé sur la base de 6,55957 francs mais de 3,50 francs.
L'euro est évidemment surévalué d'où les problèmes rencontrés par les Pays européens qui ont adopté l'euro.
Vous évoquez les Pays qui ne peuvent plus suivre l'Allemagne ! c'est bien parce que certains d'entre eux sont mal gérés et en déficit chronique.
Il faut revenir à l'Europe des nations avec liberté des échanges entre les différentes Pays et monnaies. La concurrence fiscale régulera les échanges.
Ainsi, le Pays le moins fiscalisé sera gagnant et incitera les autres à en faire autant. L'europe en l'état ne peut fonctionner.
Quant vous pensez que M. Macron veut un gouvernement unique européen, une fiscalité écrasante imposée à tous les Pays...???
Difficile d'être plus incompétent et irresponsable.

Enfin, vous écrivez :
"L'unique solution est donc de mettre en place des politiques d'austérité, de mettre un terme à l'étatisme et l'interventionnisme, de mettre fin aux dépenses publiques et au système de sécurité sociale actuel afin de responsabiliser les français et bien évidemment "dénationaliser l'argent" en supprimant complètement ce monopole dont dispose le secteur public et donc éliminer les banques centrales, retourner à des réserves obligatoires de 100% en supprimant définitivement le système des réserves fractionnaires. Enfin, il est urgent de libéraliser l'économie, mettre en place une vraie économie de marché tout en respectant la propriété privée."

Je suis en parfait accord avec ce dernier paragraphe à la condition de trouver les dirigeants en mesure d'appliquer votre programme, ce qui n'est pas gagné lorsque l'on sait que 75 % des français sont socialistes et incompétents en économie et dès lors allergiques à vos propositions à appliquer pourtant d'urgence !
Bien à vous.

30 décembre 2018, 20:46 - Mat

Merci pour la correction orthographique, c'est une erreur de ma part.
En revanche, je ne vous reprendrai pas sur vos propres erreurs et je trouve ça assez petit, enfin bref, ce n'est pas le thème de la discussion.

Concernant l'explication de la paire EU/USD sur le marché Forex, cela démontre qu'effectivement vous dites que l'euro est fort sans réellement avoir de preuves puisqu'en étant à jour sur les cotisations Forex vous pourriez voir que l'euro n'est pas une monnaie forte (par exemple actuellement le dollar qui est la monnaie de référence sur les marchés internationaux est à 1.14$ = 1€).

Ensuite concernant Macron nous sommes totalement d'accord, cet homme est un socialiste européiste et la majorité des candidats sont socialistes (mais allez expliquer cela aux français que même Marine Lepen est Nationale-socialiste). Par contre je dirai que bien plus de 90% des Français sont socialistes ...

Concernant l'UE, je suis totalement à faveur de la libre circulation des hommes, des marchandises et des capitaux mais contre l'Europe politique.

Toujours est-il que concernant l'euro c'est le modèle qui se rapproche le plus au modèle de l'étalon or, permettant de quitter ce monopole aux Etats et c'est en ce sens qu'il doit être défendu (hormis la politique du Quantitative Easing lancée en mai 2015 par Mario Draghi et mis fin le 13 décembre 2018 fort heureusement).

- Répondre -

De gros postes qu'il ne faut pas oublier

le 18 décembre 2018, 12:43 par Integrity

Tout ce qu'est dit dans cet article est parfaitement juste. Dans le cadre du grand nettoyage des écuries d'Augias, il y a des gros postes qu'il ne faut pas oublier : fraude fiscale des grands groupes avec la complicité des intouchables d'État, trafic d'influence, conflit d'intérêts et autres formes de corruption dont le montant total, considérable, est un manque à gagner bien supérieur aux mesures proposées dans l'article.

- Répondre -

No comment !

le 18 décembre 2018, 15:04 par Pierre Charbonnier

https://insolentiae.com/2-millions- ...

19 décembre 2018, 12:48 - Astérix

Merci pour ce lien. 14 milliards d'euros au minimum à récupérer..!?
Mais nos gouvernants incompétents préfèrent écraser de charges, d'impôts et de taxes les PME/PMI/TPE et les Français.
Et l'on s étonne des mouvements sociaux actuels qui sont loin d'être terminés..!?
Décidément, la France est vraiment un Pays de m.... !
Puisse le ciel éclairer les français ce dont je doute !

- Répondre -

Sanctionnons pécunièrement les responsables "irreponsables"

le 18 décembre 2018, 18:02 par lamouroux

N°9 de Contribuables associés.
Dépenses totales de l'ELYSEE:un train royal de 746.5 millions en 2007 dont 102.1 pour les "dépenses" 151 véhicules dont 822 salariés etc..
Dérapages des grands chantiers (rénovation du Grand Palais-Super métro initialement prévu 19.milliards on frôlera les 38.5 milliards-réaménagement des halles : 5 fois plus cher que prévu-Musé de Confluences à Lyon : prévu 61 millions cout définitif 330.6 millions. Retraites des anciens Présidents qui reçoivent, en plus de leur retraite et autres émoluments tirés de différents emplois la somme de 12000€/mois en tant que membre du Conseil Constitutionnel. Traquons les gabegies de toutes natures (plusieurs milliards) et arrêtons le toujours plus d'impôts.

- Répondre -

Et la bonne vie ?

le 18 décembre 2018, 18:14 par Zélie E

On oublie trop de dire que ces pressions fiscales sont cause d'énormes stress pour tous les employeurs, et même les salariés qui sentent l'inconfort dans une entreprise. Il faudrait dire haut et fort que le taxeur empoisonne la vie de beaucoup, beaucoup trop de Français.

- Répondre -

Et l’immigration ?

le 20 décembre 2018, 15:29 par Aurelius

Serait il possible de votre part de faire un dossier objectif sur le coût de l’immigration régulière et illégale en France ? Car à mon sens, cela représente un coût stratosphérique dans le budget de l’etat. Mais là doxa actuelle empêche d’avoir des études fiables sur ce sujet.

# Re : Et l’immigration ?

20 décembre 2018, 15:52 - Nicolas Lecaussin

Bonjour, nous avons pas mal écrit sur l’immigration et même fait des propositions en ce sens !
Cordialement, Nicolas Lecaussin

30 décembre 2018, 18:28 - Astérix

Selon certaines sources, le coût de l'immigration annuel en France s'élèverait à 164 milliards d'euros !
Notre déficit budgétaire annuel est de 90 milliards en moyenne et M. Macron ouvre nos frontières en permanence !?
L'endettement de notre Pays va continuer à exploser ; il n'y aura que la fin de triste !
Continuons !

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies