Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Non, les impôts n’ont pas baissé de 50Md€ durant le quinquennat Macron, ils (...)

Non, les impôts n’ont pas baissé de 50Md€ durant le quinquennat Macron, ils vont augmenter de 250 à 550Md€

dimanche 22 août 2021, par Jean-Philippe Delsol

Les impôts ont-ils baissé sous le quinquennat Macron ? Monsieur Le Maire se vante d’avoir baissé les impôts de 50 md€ sur la durée du quinquennat Macron, dont la moitié au profit des ménages et l’autre moitié pour les entreprises. : « Nous sommes le gouvernement qui a le plus baissé les impôts en France depuis vingt ans », disait-il lors de la présentation du projet de loi de Finances pour 2021. Pourtant les chiffres contredisent ces propos.

Le labyrinthe des budgets

Certes, il y a eu des baisses d’impôt, mais leur effet est limité :

• La baisse de l’impôt sur les sociétés de 33 % à 25 % entre 2017 et 2022 a été engagée, pour un coût de 11 Mds€ ;
• La baisse des impôts de production (10 Mds€ par an depuis 2021, soit 20Md€ sur 2 ans) ;
• La création du prélèvement forfaitaire unique (coût de 1,5 Md€) ;
• Le remplacement de l’ISF par l’IFI (pour un coût d’environ 3,8 Mds€) ;
• La suppression de la taxe d’habitation sur les résidences principales (pour un coût de l’ordre de 10 Mds€ par an à partir de 2020).

Parallèlement, la hausse de 1,7 point du taux de CSG a généré un supplément de recettes de 22,9 Md€. Cette somme a été la contrepartie de la suppression de cotisations salariales maladie (-4,9 Md€), la modulation des cotisations sociales famille et maladie des travailleurs indépendants (-2,3 Md€) et de la baisse du taux de cotisations patronales des fonctionnaires et des régimes spéciaux d’entreprise (-0,9 Md€) ainsi que de la prise en charge par l’Etat de la cotisations chômage des salariés 13,2 Md€). Mais les propriétaires bailleurs et les retraités ont subi la taxation supplémentaire de CSG sans aucune contrepartie. Il y a aussi les hausses d’impôt dissimulées qui ont lieu au travers de la sous-revalorisation des retraites. Par ailleurs, la hausse de la taxe carbone en 2018 a rapporté 3,7 Mds€ en 2018 avant d’être annulée sous les coups de boutoir des Gilets jaunes.

La transformation du CICE en allègement de cotisations patronales n’est pas une excuse à l’augmentation des dépenses publiques. Elle a représenté un coût pour le budget de la Sécurité sociale, mais la réduction de 24,8 Md€ les charges sociales des entreprises augmente leurs résultats imposables d’autant. Le coût du CICE au taux de 7 % était d’environ 23 Md€ tandis que les allégements de charges ont un coût, net du complément d’impôt sur les sociétés correspondant, de l’ordre de 19 Md€.

En réalité, le budget est devenu un labyrinthe dont bien peu d’experts connaissent les voies. Les transferts se multiplient entre d’innombrables écritures comptables du budget de l’Etat aux comptes spéciaux ou aux différents budgets sociaux et vice versa. Par exemple, jusqu’en 2018, l’Acoss assurait la compensation à l’Unedic de la suppression des cotisations salariales chômage par de la TVA. En 2019, cette compensation n’est plus effectuée directement par l’Acoss mais via une affectation directe à l’Unédic d’une fraction de CSG sur les revenus d’activité. La CNAM voit donc sa fraction de CSG diminuée au profit de l’Unédic (en compensation de la suppression de la contribution salariale d’assurance chômage, pour 14,2 Md€). Au surplus, il est difficile d’apprécier la fiscalité sur la période complète du quinquennat qui inclura deux années de crise sanitaire, sauf à prendre les projets de lois de finances pour 2020 plutôt que leur exécution pour les comparer aux chiffres des années antérieures.

Un endettement sans fin

Les chiffres globaux montrent alors que si les recettes nettes fiscales de l’Etat ont été stabilisées sur la période, de 295,7 Md€ en 2017 à 291,7Md€ au projet de loi de finances pour 2020, cette stabilisation n’a été faite qu’en endettant toujours plus la France.

Les dépenses publiques n’ont pas cessé d’augmenter, passant de 416,2 Md€ pour les dépenses de l’Etat en 2017 à 446,3 Md€ au budget 2020, soit + 7,2% sur la période, et de 254,5 en 2017 à 278,8 Md€ en prévision 2020, soit +9,5%, pour les dépense de l’Etat dites pilotables, sur lesquelles il a la main. Ces dépenses sont en hausse par rapport à la croissance du PIB estimée sur la période 2017/2020 à 8,01% avant l’effondrement sanitaire causé par un confinement dur dont l’Etat doit accepter la responsabilité. D’ores et déjà, il a été indiqué que les crédits ministériels hors Covid et plan de relance, augmenteraient de 10Md dans le budget 2022. La machine à dépenser est emballée et ne sait plus s’arrêter.

A défaut d’avoir réduit ses dépenses tout en limitant ses recettes, le déficit de l’Etat a augmenté et celui-ci a dû emprunter. La dette publique est passée 2 188,5 Md€ fin 2016 à un montant de 2437,9 au 31 mars 2020, avant crise, soit déjà + 250 Md€ ou 11,4% que fin 2016, et qui s’est établie au 30 mars 2021 à 2739,9 Md€, soit 550 Md€ et 25 % de plus que fin 2016.

Ces emprunts considérables seront remboursés aux frais du contribuable ou des salariés et les retraités si l’inflation revient. Il n’y a donc pas eu 50 Md€ d’allégements fiscaux sur la période, mais plutôt 250 à 550 Md€ de surplus d’impôt pour les prochaines années et peut-être les prochaines générations. Si la croissance augmente, il sera plus facile de rembourser, mais il faudra néanmoins rembourser !

Endetter la France aussi vite de manière aussi considérable, c’est l’affaiblir durablement et lui laisser un handicap supplémentaire dont elle aura du mal à se relever, sauf à adopter sans tarder des mesures aussi importantes d’allégement des contraintes et des impôts qui pèsent sur les Français et leurs entreprises.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Non-les-impots-n-ont-pas-baisse-de-50MdEUR-durant-le-quinquennat-Macron-ils-vont-augmenter-de-250-a

Vos commentaires

  • Le 23 août à 04:13, par Laurent46 En réponse à : Non, les impôts n’ont pas baissé de 50Md€ durant le quinquennat Macron, ils vont augmenter de 250 à 550Md€

    L’Etat est devenu tellement boulimique, a un tel besoin de fric que les levées d’impôts et de taxes de toute nature devient de l’escroquerie. On ne peut pas avoir autant de surveillance envers ceux qui font de la richesse sans devenir une dictature ou un pays communiste. C’est malheureusement le chemin de la France. Ils reste une troisième option dans laquelle nous nous en prenons le chemin en France c’est la dictature la plus mauvaise et la plus mafieuse comme celle des pays Africains qui nous inondent de leur culture. Ce chemin là est le plus dangereux et s’installe dans une bonne partie de l’Europe et qui ne peut se finir que par un nouveau conflit sanglant.

  • Le 23 août à 05:50, par Roven En réponse à : Non, les impôts n’ont pas baissé de 50Md€ durant le quinquennat Macron, ils vont augmenter de 250 à 550Md€

    Le gouvernement "met la poussière sous le tapis", il supprime ou baisse des impôts directs très visibles (impôt sur le revenu, taxe d’habitation...) mais "en même temps" accroît les impôts indirects moins perceptibles (taxes indirectes sur l’essence, CSG, prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu, taxes sur l’énergie EDF GDF etc.). Il n’y a donc effectivement aucune baisse des prélèvements, mais bien au contraire des hausses dissimulées, Le poids de ces prélèvements indirects est tel que les contribuables finissent par les ressentir quand même, pensons aux gilets jaunes !

  • Le 23 août à 07:13, par Yves Thoma En réponse à : Non, les impôts n’ont pas baissé de 50Md€ durant le quinquennat Macron, ils vont augmenter de 250 à 550Md€

    Si en bon père de famille je gère mon porte monnaie comme le fait l’état et de surcroît nos hommes politiques je pense que je serai condamné à de la prison ferme. Mais comme je le dis toujours et c’est le slogan de nos têtes pensantes du gouvernement "faites ce que je dis mais pas ce que je fais"

  • Le 23 août à 07:23, par CLEMENT En réponse à : Non, les impôts n’ont pas baissé de 50Md€ durant le quinquennat Macron, ils vont augmenter de 250 à 550Md€

    Bonjour, Il faudrait examiner de plus près la baisse de l’impôt sur le revenu car les tranches ont été modifiées de telle manière que plus de personnes paient l’impôt désormais... C’est une option mais il ne faut pas la dissimuler et établir le vrai bilan pour l’ensemble des Français. A étudier !

  • Le 23 août à 09:17, par Michel En réponse à : Non, les impôts n’ont pas baissé de 50Md€ durant le quinquennat Macron, ils vont augmenter de 250 à 550Md€

    "Si la croissance augmente, il sera plus facile de rembourser, mais il faudra néanmoins rembourser !"

    Malheureusement, la croissance ne risque pas d’augmenter du fait de la politique de lutte contre les émissions de CO2 par le développement des seules énergies renouvelables, qui va faire augmenter massivement le coût de l’énergie au détriment de la croissance.

    Cela conduit inéluctablement à la paupérisation des classes moyennes qui seront appelés à payer la facture.

  • Le 23 août à 09:30, par Gerard A HUSSON En réponse à : Non, les impôts n’ont pas baissé de 50Md€ durant le quinquennat Macron, ils vont augmenter de 250 à 550Md€

    Pour un Etat, une baisse des impôts ne s’explique que par une réduction des dépenses. Dès lors que son endettement progresse, cela signifie soit que ses dépenses augmentent à fiscalité constante, soit qu’il faut compenser une réduction des recettes fiscales à dépenses constantes. Bruno Lemaire a fait les deux, amplifiant de manière démesurée l’effet de ciseaux d’où la très forte dégradation des ratios d’endettement de la France. Au détriment des générations futures, d’où une détestation grandissante des "vieux".

  • Le 23 août à 15:41, par CHOLLEY En réponse à : Non, les impôts n’ont pas baissé de 50Md€ durant le quinquennat Macron, ils vont augmenter de 250 à 550Md€

    Et on ne parle pas de l’augmentation prévisible de l’impôt foncier par 2,5 en moyenne dans les 2 ans qui viennnent

  • Le 23 août à 20:06, par Obeguyx En réponse à : Non, les impôts n’ont pas baissé de 50Md€ durant le quinquennat Macron, ils vont augmenter de 250 à 550Md€

    Je crois même qu’ils ne savent même plus où ils en sont. J’aimerais savoir où en est l’étude annoncée sur les 1500 à 2000 milliards d’€uros qui seraient sous le tapis et non comptabilisés dans la dette officielle. La Cour des comptes est incapable de nous orienter. Leur rapport de 2019 que j’ai entièrement lu (plus de 600 pages) ne contient pas une seule page comptable et aucun chiffre certifié. Imaginez l’entrepreneur du coin qui produit son bilan annuel sous forme de prose, sans chiffre en concluant à la fin par quelques niaiseries. Des fois j’en ris, mais de plus en plus souvent j’en pleure. Il parait qu’en vieillissant on devient plus sensible...

  • Le 25 août à 05:55, par jijite En réponse à : Non, les impôts n’ont pas baissé de 50Md€ durant le quinquennat Macron, ils vont augmenter de 250 à 550Md€

    Faut bien trouver l’argent pour les nués de migrants qui déferlent en France et qui ne viennent que pour profiter , tout cela à un coup et les seuls a pouvoir payer la note se sont ceux qui bossent , par contre ceux qui ne bossent pas se voient allouer des aides pour ne rien faire , pendant les confinements qui a perçu le plus d’aides les rsa et autres pas pour ceux qui contribuent jour après jour en travaillant et le pire c’est que ceux qui ramènent de l’argent dans les caisses de l’état , offrent des emplois se font traiter de bourgeois et on a besoin des deux sauf qu’a trop presser les "riches" pour donner à des gens qui ne bossent pas et qui ne veulent surtout pas bosser ça à ses limites et les limites sont atteintes ou quasi , cette politique des aides entretien et contribue a tirer le pays vers le bas car les gens qui touchent les aides engendrent des générations qui ne voient que par les aides !!!

  • Le 29 août à 01:50, par pasquet hervé En réponse à : Non, les impôts n’ont pas baissé de 50Md€ durant le quinquennat Macron, ils vont augmenter de 250 à 550Md€

    vu que la période 2020 - 2021 est très particulière ...il n’y a pas lieu de faire de bilan significatif alarmiste en matière d’imposition ....
    si j’en juge par les commentaires sur bfm-business la situation économique est plutôt normalement positive ....sans être idyllique elle n’est pas alarmante ....
    certes la csg a été augmentée ...et notamment pour les retraités( ées) ‘’’c’est une forme d’imposition qui est plutôt claire ...bien qu’elle ne soit pas suffisamment progressive à mon goût....
    la réforme de l’assurance chômage devrait améliorer la situation de l’emploi et donc celle du financement des différents organismes ....
    souhaitons qu’elle se fasse au plus vite avec souplesse et discernement
    pour ce qui est des coups de butoir des gilets jaunes cela est de la responsabilité d’une majorité de la société qui les a toujours largement soutenus
    parfois dans des conditions que l’on peut trouver très discutables...
    et il est normal qu’elle en assume les conséquences....
    c’est ce que soulignait en son temps le président de la république...
    « « les gens veulent des services publics sans payer d’impôts ce qui n’est guère possible « « « .
    les services publics ayant été plutôt bien traités par l’état durant la crise covid ...il est normal aujourd’hui de les financer par l’impôt ,,,
    on pourrait bien sûr imaginer de les réinventer ...,,,,,,,, ???
    pour l’heure l’esprit corporatiste cher aux françaises et français ne le rend guère faisable ‘’’’
    bien cordialement....

  • Le 29 août à 20:05, par FREUDL En réponse à : Non, les impôts n’ont pas baissé de 50Md€ durant le quinquennat Macron, ils vont augmenter de 250 à 550Md€

    La transformation de la XIXe a représenté un coût pour le budget de la Sécurité sociale, mais la réduction de 24,8 Md€ les charges sociales des entreprises augmente leurs résultats imposables d’autant.
    Ceci n’est vrai qu’à la condition que toutes les entreprises soient bénéficiaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière