Accueil » « Unplanned » : pas de place à la liberté d’expression quand on parle d’avortement

« Unplanned » : pas de place à la liberté d’expression quand on parle d’avortement

par Aymeric Belaud

L’interruption volontaire de grossesse (IVG) semble être le nouveau dogme républicain. Lundi 16 août, la chaîne de télévision C8 a diffusé un film américain nommé « Unplanned » qui relate l’histoire vraie d’une ancienne directrice d’un centre du planning familial aux Etats-Unis devenue militante anti-IVG. Ce long-métrage, partisan, a suscité la colère de nombreux militants de gauche et même de la ministre à l’Égalité hommes-femmes, Elisabeth Moreno. Cette dernière qualifie le film d’« outil de propagande anti-avortement abject » qui va « à l’encontre de nos valeurs ».

Terminant son tweet avec un #moncorpsmonchoix, Mme Moreno s’immisce donc dans la programmation télévisuelle d’une chaine privée qui, dans un pays libre, devrait pouvoir diffuser les contenus de son choix, avec certaines limites liées à la pornographie ou à l’extrême violence par exemple. Mais en aucun cas un film militant ne devrait être censuré, qu’il délivre un message pour ou contre l’avortement. La ministre aurait-elle oublié que « mon corps mon choix » peut aussi signifier ne pas vouloir avorter ? Et faudrait-il censurer tous les films qui vont « à l’encontre de nos valeurs » ? Dans ce cas, les long-métrages contant des histoires de meurtres, de violence, de trafics de drogue ou de vols, devront aussi être censurés.

Pour résumer, la propagande est « informative » quand elle est diffusée sur le service public, dans des séries passant aux heures de grandes écoutes, mais « abjecte » quand elle est diffusée sur une chaine privée et va à l’encontre des positions du gouvernement. L’avortement est un droit dans la loi française. Mais être contre ne le serait pas ? Qu’il le soit tout autant, c’est cela la liberté.

You may also like

4 commentaires

Guillot 24 août 2021 - 5:41

« Unplanned » : pas de place à la liberté d’expression quand on parle d’avortement
On ne voit pas en quoi l’avortement serait une valeur. Voilà encore une affirmation qui retourne le ses des mots pour promouvoir une opinion, celle des avorteuses qui n’a jamais constitué une quelconque valeur. Même chose pour les partisans du pass sanitaire qui prétendent que celui-ci préserve nos libertés alors que ce pass nous trace en permanence ce qui finalement est la suite logique du confinement, celui-là pouvant alors apparaître comme un gage de liberté par rapport à celui-ci

Répondre
montesquieu 24 août 2021 - 10:09

« Unplanned » : pas de place à la liberté d’expression quand on parle d’avortement
L’avortement est un droit, pas un devoir! En outre, il est scandaleux qu’il soit utilisé comme un moyen de contraception lambda!

Répondre
PICOT 24 août 2021 - 1:37

« Unplanned » : pas de place à la liberté d’expression quand on parle d’avortement
« Un film qui va à l’encontre de nos valeurs ». Quelles valeurs exactement? Cela n’est, bien sûr, jamais précisé. Un terme fourre tout qui ne veut absolument rien dire.

Répondre
Obeguyx 25 août 2021 - 9:48

« Unplanned » : pas de place à la liberté d’expression quand on parle d’avortement
Ministre ? Ca ! Même pas pour venir nettoyer mes « chiottes ». Cette façon de voir les choses relèvent du plus pur stalinisme ou nazisme c’est selon vos convictions. A quand les exécutions sommaires et les camps. France réveille-toi, ça devient trop grave.

Répondre

Laissez un commentaire