Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5068

par ,

Monsieur Macron, ce n’est pas l’Europe qui est « ultra-libérale » mais la France qui est « ultra-étatiste » !

Emmanuel Macron s’en est pris à l’ "Europe ultra-libérale" et "ouverte à tous les vents", cette Europe "qui ne permet plus aux classes moyennes de bien vivre". Comme tous ses prédécesseurs – de gauche ou de droite - et comme pratiquement toute la classe politique française, le président charge l’(ultra)libéralisme qu’incarnerait parfaitement l’Europe. Ces accusations sont du « déjà vu ou entendu ». Si elles avaient été proférées par Marine Le Pen ou Mélenchon, on aurait parlé de populisme. Dans le cas de Macron, de quoi s’agit-il ? De populisme « républicain » ?

Emmanuel Macron se trompe. L’Europe n’est pas « ultra-libérale » et ce n’est pas elle qui empêche les classes moyennes de bien vivre. Constatation basique, l’Europe est variée dans sa construction. Il y a une Europe en faveur de la concurrence, grâce à laquelle nous avons la possibilité de choisir les produits de consommation ou les transporteurs aériens, entre autres. Pour notre satisfaction. L’Europe est aussi en faveur de la discipline budgétaire et des réformes économiques. Dans l’intérêt des contribuables. Ca, c’est l’Europe libérale.
Mais l’Europe est aussi une bureaucratie qui impose trop de normes et de réglementations. Et qui accorde des subventions énormes. Pour la période 2014-2020, plus de 960 milliards d’euros ont été alloués aux fonds européens pour favoriser la croissance et l’emploi. Pour la même période, pas moins de 408 milliards d’euros ont été alloués dans le cadre de la PAC (Politique agricole commune). Et la part distribuée aux agriculteurs français se situe autour de 9,1 milliards d’euros par an ! C’est ça l’Europe ultralibérale de Monsieur Macron ?
Répétons-le, notre président se trompe. C’est la France qui est « ultra-étatiste ». Si les dépenses sociales représentent plus de 32 % du PIB (contre 24 % en moyenne dans la zone euro) et si les propriétaires français sont les plus taxés d’Europe (69.7 Mds d’euros prélevés par an contre 13.3 Mds d’euros en Allemagne), c’est dû uniquement à l’incompétence et à l’incurie de nos décideurs politiques. Pas à l’Europe. Si nous avons plus de fonctionnaires par nombre d’habitants que tous les autres pays européens, c’est parce qu’il n’y a pas eu de réforme de l’Etat en France. Si notre taux de chômage (9.3 %) accuse un écart de 2.5 points avec celui de l’UE (6.8 %), et de 5.9 points avec celui de l’Allemagne (3.4 %), ce n’est pas la faute de l’Europe « ultralibérale ». Cela fait d’ailleurs plus de 30 ans que la France connaît un chômage de masse élevé, sans réussir à le résorber. Rien n’a été fait ici pour donner de l’air aux entreprises et pour faciliter l’embauche. Le marché du travail français est l’un des plus rigides en Europe et il faudra bien plus que la loi « Pacte » pour le changer et le rendre attractif. Ce n’est pas en annonçant que les entreprises qui abusent des contrats courts seront bel et bien taxées en 2019, que l’on donnera envie aux patrons d’embaucher. Des contrats courts pour des missions à court terme sont absolument inévitables dans des entreprises, surtout dans le petites et moyennes. C’est ce qu’on comprit les Allemands avec les lois Hartz en 2004 : dans les entreprises de moins de 11 salariés, la liberté contractuelle est totale.
Si la France est championne d’Europe des dépenses publiques (56 % du PIB contre 46 % pour la moyenne des pays membres) et si notre pays est aussi champion d’Europe des prélèvements obligatoires (en 2017, ils ont dépassé la barre symbolique des 1 000 milliards €, soit plus de 45 % du PIB), ce n’est sûrement pas à cause de la politique « ultra-libérale » européenne. L’exemple récent de la hausse des taxes sur les carburants prouve que nos hommes politiques, conseillés par les hauts fonctionnaires de Bercy, préfèrent augmenter les impôts plutôt que baisser les dépenses publiques.
Ce sont sûrement les mêmes hauts fonctionnaires qui ont suggéré au président de proposer une taxe européenne sur les GAFA, ces entreprises dont l’insolent succès fait pâlir d’envie les Français et de nombreux Européens. Ce n’est pas en le taxant et en les réglementant que nous pourrons égaler leurs performances. C’est ce qu’ont compris des pays comme l’Irlande, la Suède, le Danemark et aussi l‘Allemagne. M. Macron devrait proposer des mesures encourageant la compétitivité des entreprises européennes, et non encore plus de taxes, sur les entreprises américaines.
La chasse aux boucs émissaires – l’Europe, l’Amérique, les patrons, etc… - est un sport pratiqué régulièrement pas nos décideurs politiques. Il serait temps pour eux de reconnaître leurs propres erreurs et d’agir en réformant le pays.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Les élections de mi-mandat aux Etats-Unis : Les Américains n’ont pas voté contre les réformes de Trump mais contre sa façon d’agir

La santé, la culture, la Grèce et le peuple, victimes de l’Etat providence
Séminaire IREF – Austrian Economic Center


Mme Hidalgo, Che Guevara a été le bourreau des ouvriers et des paysans !
Un peu de respect pour les victimes !

Pour l’Europe, Emmanuel Macron propose les ingrédients de l’échec économique français
L’Europe n’a pas besoin de plus de dirigisme mais de plus de libertés



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (7)

titre réaction

le 11 novembre, 16:17 par JOJO

oui nous donnons beaucoup trop a l Europe cet argent sert aux pays sous développes la france ne profite pas .nous devenons de plus en plus pauvres

- Répondre -

Le chef d'escadrille

le 13 novembre, 06:41 par Laurent46

Quand le con auront des ailes Macron en serait le chef d'escadrille !
Hélas pour certains, il est déjà le chef de l'escadrille d'une majorité de Français, tous les escrocs de la finance, ceux qui ont trouvé l'argent facile et la majorité des politiques pour lesquels l'argent facile est aussi la règle qui tous se complaisent dans le système. Avant le règne Macron aucun politique ne s'était permis autant d'instaurer autant de taxes, de contraintes et d'atteintes à la liberté sans levé de bouclier. Les rats médiatiques sont d'ailleurs autant responsables de la situation, et force est de constater que les rats médiatiques sont majoritairement administrés par les banques, per ceux qui gardent les privilèges de l'argent facile qui coule à flot surtout pour les Parigots.Facile alors de critiquer les autres mais là aussi c'est une bien belle particularité Française pour cacher la misère. Il ne se passe pas un trimestre sans qu'il y ait une beuverie sans précédents dans les jardins de l'Elysée ou Versailles le tout sans ménager les invitations et invités tous et tout à la charge de la société pour la gloire du chef Macron. Cela n'étant certes pas assez entre temps il faut bien se régaler entre escrocs lors de voyages à travers le monde et organiser là aussi quelques beuveries dans les palais représentant le pays France pour montrer au monde la puissance du royaume des escrocs.

- Répondre -

L'état dans l'état !!!!!!..

le 13 novembre, 08:03 par Addict

Il est des évidences incontestables, les augmentations se succèdent à la vitesse de la lumière. Pour les économies un grand Niet.. Nous sommes à l'époque d'un plan soviet... Pourtant il faut voir l'autre versant l'insee qui regorge de statistiques devrait servir notre Ministère du budget... Non ils continuent de nous noyer sous une avalanche d'impôts toutes catégories confondues. CSG, taxes transitions vertes, etc..... Aucun de ces deux états ne semblent prendre les mesures urgentes pour relancer notre pays sur les voies d'une espérances et la motivation de tous nos entrepreneurs. Libérons fortement.... La redistribution, les 35 heures, l'explosion des taxes aggravent les potentiels de création et de dynamisme de notre pays. Libérons le levier fiscal... Mettons toute énergie dans une conquête d'initiative et des obligations de se lever tous les matins avec un grand sourire.... Ne plus attendre cet état providence qui berce d'illusions une partie de nos concitoyens. L'état doit être le garant mais pas le gérant......

- Répondre -

L'ultra bêtise !

le 13 novembre, 13:17 par Astérix

Il faudrait que M. Macron consulte le dictionnaire...! sur la définition du libéralisme ; vous imaginez le cerveau, monté à l'envers, d'un énarque !!!
L'Europe actuelle est tout sauf "ultra libérale" ?
Si elle était libérale elle laisserait les nations décider ce qui est bon ou mauvais pour elles.
Quand vous pensez que cet incapable recommande un gouvernement européen avec une fiscalité écrasante pour tous les Pays alors que seule, la concurrence fiscale, permet de faire l'inverse et de développer le niveau de vie par l'augmentation de la croissance de chaque nation.
Un pays qui prélèvera au maximum 30 % de sa richesse sera automatiquement gagnant et obligera les autres à s'aligner s'ils ne veulent pas mourir à petit feu.
L'euro explosera car il faut que l'on m'explique comment l'Europe, qui est une civilisation, peut détenir une monnaie ???
Seule une nation peut posséder sa propre monnaie, comme le démontre Charles Gave de l'institut des libertés et qui devrait présider notre Pays.
Je recommande à tous les lecteurs d'aller sur le site de cet institut et de regarder attentivement toutes les vidéos de M. Charles Gave.
Nous sommes gouvernés par des irresponsables.
Puisse les Français réagir dans le bon sens aux européennes ??? ce dont je doute ???

- Répondre -

Coût de l'Europe

le 13 novembre, 13:43 par Jidé

Votre argumentaire en faveur de l'Europe me parait juste. En revanche toutes ces "belles choses" ne sont pas gratuites. Voici q.q.chiffres qui datent de 10 ans. Chiffres donnés par Valeurs Actuelles et Contribuables Associés (leur revue du 09/07/2008). Je passe les détails mais déjà à cette époque, pour la France cela représentait (la différence entre notre contribution nette + q.q. frais annexes -par exemple : amendes et astreintes journalières 586 millions-)un total d'environ 20 milliards d'euros !

- Répondre -

Son problème, c'est qu'il existe d'autres pays…

le 13 novembre, 21:48 par yuropp

J'ai découvert récemment un vieux, vieux, sketch de F. Raynaud (merci, rire et chansons… les politiciens ne se méfient pas encore assez des comiques…) : le flic qui interdit de passer, qui a le Pouvoir, puisqu'il a un brassard, et qui ne sera jamais responsable, puisqu'il est fonctionnaire.
La dictature du fonctionnariat est une tare ancienne, au point que E. Macron pourrait s'en servir comme "excuse", comme marque de son irresponsabilité. Car en politique, l'échec n'est pas grave si on a pris soin d'organiser son irresponsabilité. Mais comme (tous ?) ses prédécesseurs, il se dit que, puisque le Peuple ne bouge pas, il peut augmenter une peu la dose, puis encore un peu, etc.

Pour son malheur, il existe d'autre pays que la France… En particulier chez les jeunes, il y a des comparaisons terre à terre "qui font mal", en particulier sur youTube : un gars a transformé sa moto pour lui donner un look de squelette ? Cool… Mais en France, c'est illégal… Un type a aménagé un blockhaus du mur de l'atlantique en cave à vin ou en chambre d'ami ? Ça ne se passe pas en France car c'est illégal. Une famille s'est bricolé un camping car maison ? Interdit ! Aménager des conteneurs en logement ? Euh… si c'est un autre machin bureaucratique qui veut se faire mousser, à la rigueur. Mais un simple citoyen ? Voyons, en démocratie (française), la liberté doit être sous contrôle. Celui d'un fonctionnaire qui en tire plan de carrière et sentiment de pouvoir. Le brassard est facultatif…

Et tant pis pour l'économie ! E. Macron peut bien pérorer sur la "start-up nation", toutes ces histoires de multinationales qui ont démarré dans un garage… Ses fonctionnaires sont là pour l'interdire… "changement de destination d'un local" : en France c'est interdit…

Par delà les grands mots et les grandes théories, le "petit" étatisme fait du mal aussi. Tous les jours.

- Répondre -

tout se passe comme si . . .

le 15 novembre, 14:34 par zelectron

. . . Macron avait fait sienne la fameuse définition du fascisme :
"Tout dans l’État, rien contre l’État, rien en dehors de l’État". (Mussolini)

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies