Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > L’aide au développement, pour quoi faire ?

L’aide au développement, pour quoi faire ?

mercredi 13 octobre 2021, par Aliénor Barrière

Le projet de loi de finance 2022 a été dévoilé fin septembre 2021, et il apparaît que le poids de l’aide au développement va encore s’accentuer pour les Français. Une occasion de s’interroger sur le bien-fondé de cette aide à plusieurs milliards d’euros.

L’aide au développement est définie par l’OCDE comme une aide « fournie par les Etats pour améliorer le développement économique et le niveau de vie des pays en développement ». Elle représente une charge de plus en plus lourde pour les Français : presque 11Md€ rien qu’en 2019. Depuis 1970, les Etats se sont engagés à verser 0,7% de leur PIB pour cette cause. En pratique, rares sont ceux qui atteignent cet objectif, et la France se cantonne quant à elle à 0,53% de son PIB en 2020, dont 2,2Md€ rien que pour faire face à la crise du Covid-19. Cela la place tout de même en 5ème position, après les Etats-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni et le Japon. Néanmoins, Emmanuel Macron s’est engagé à grimper jusqu’à 0,55% du PIB d’ici 2022 pour atteindre l’objectif de 0,7% en 2025.

Ces sommes peuvent être versées sous forme de prêts ou de dons, mais face à l’insistance de l’OCDE, la France va augmenter la proportion d’aides sous forme de dons, en imposant ainsi un généreux désintéressement au contribuable. La nouvelle loi de programmation relative au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités dispose ainsi que « les dons devront représenter au moins 70% du montant total de l’aide publique française au développement ».

Des objectifs de développement durable aussi flous qu’idéologiques

Aujourd’hui, l’aide publique au développement s’inscrit dans le cadre des dix-sept objectifs de développement durable (ODD) définis par les Nations Unies dans le but de « construire ensemble un monde pacifié, prospère, égalitaire et durable ». Au-delà de ce slogan new age, ces objectifs sont parfaitement illusoires : la prospérité et l’égalitarisme sont incompatibles, la pacification du monde est en contradiction avec les réalités conflictuelles qui l’animent, et son caractère durable ne figure que dans les priorités des Etats qui ont déjà assis la puissance de leur développement sur la scène internationale.

Il y a une très grande différence entre aider les peuples à acquérir les biens essentiels à leur développement et lutter contre les inégalités mondiales grâce à une répartition des richesses. Le premier objectif est humanitaire et moral, le second, politique et idéologique. La dimension politique de l’aide au développement est particulièrement prégnante dans le nouvel objectif de réduction des inégalités non plus simplement entre Etats, mais à l’intérieur même des Etats.

Ces ODD, qui couvrent des domaines extrêmement variés, doivent être atteints d’ici 2030, et ce pour tous les pays du globe. Certains objectifs, tel « éliminer la faim », commandent des interventions manifestement urgentes ; d’autres relèvent d’ambitions beaucoup plus utopiques comme « l’élimination de la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde », voire totalement idéologiques telle « l’avènement de sociétés pacifiques et inclusives aux fins du développement durable ».

Cette aide au développement a beaucoup évolué. Alors qu’elle avait initialement pour but de secourir les populations précaires, elle a maintenant intégré l’environnement dans nombre de ses actions : préserver les forêts et la biodiversité, protéger les mers et les océans, lutter contre les changements climatiques…

Une efficacité impossible à prouver

Vaste programme… difficile à mettre en œuvre, difficile à respecter, difficile à contrôler. Comment mesurer l’efficacité de l’aide visant à lutter contre les changements climatiques ? Comment rendre des comptes aux citoyens sur l’utilisation des fonds destinés à renforcer le partenariat mondial ? Quant à l’exigence de gouvernance participative et transparente des Etats… ! On nous dit qu’il s’agit de « mieux connaitre la complexité des situations où les agences d’aide interviennent, d’anticiper les impacts directs et indirects (institutionnels et non institutionnels) de leurs financements sur l’évolution des rapports de force internes aux sociétés, d’orienter leurs actions vers des solutions de compromis institutionnels et d’égalité des opportunités, etc. ». Comprenne qui pourra.

Si l’agence française de développement peut facilement mesurer l’efficacité d’actions directes telles que la construction de routes ou d’écoles, elle reconnaît que cette vérification est beaucoup plus compliquée en ce qui concerne « l’aide sur la construction institutionnelle des pays bénéficiaires », c’est-à-dire l’occidentalisation par la démocratisation des pays.

Le suivi des aides se fait grâce à 230 indicateurs mis en place par un groupe international d’experts et validés par la Commission des statistiques des Nations Unies. Il y a donc 230 indicateurs pour 17 objectifs : une usine à gaz qui n’est même pas gage d’efficacité, comme l’expose le spécialiste Hubert de Milly :

De nombreuses questions se posent sur les indicateurs : un assez grand nombre d’entre eux n’est pas encore défini avec précision, et l’on ne sait guère le temps que prendra le travail approfondi qui reste à effectuer ; il n’est pas précisé si la définition des indicateurs est évolutive, révisée régulièrement pour tenir compte des progrès de la science et du recul de l’observation, ou si elle va être bloquée pour les quinze prochaines années, afin de respecter l’intégrité des séries et la crédibilité des engagements ; enfin la mesure du progrès vers les ODD est en principe de la responsabilité de chaque gouvernement, mais on ne sait pas si une supervision sera assurée par un groupe scientifique international indépendant.

A cela s’ajoute « la faiblesse des appareils statistiques des pays en développement, notamment en Afrique ». Pour tenter d’obtenir tout de même des données fiables sur l’efficacité de l’aide au développement, un « partenariat mondial pour les données sur le développement durable » a été engagé ; il est international, multi-acteurs et réunit le public et le privé. Pour autant, Hubert de Milly doute de l’efficacité de cette nouvelle initiative.

Une chimère qui ne laisse guère d’espoir sur son aboutissement

L’objectif poursuivi par l’aide au développement est exprimé par Hubert de Milly en ces termes : « Efficace pour les pays qui en bénéficient, l’APD favorise globalement la paix et la stabilité. Et mieux le monde se portera, plus la paix, la prospérité mondiale et la défense de l’environnement seront une réalité, plus les intérêts de la France et des Français seront servis. C’est un cercle vertueux au niveau planétaire. »
Il s’agit là d’une chimère déconnectée d’un monde régi par les règles de la polémologie : le recours courant au terme de « puissance » étatique signifie qu’il y a un dominant et un dominé. C’est sûrement ce que François Mitterrand avait en tête lorsqu’il déclara que « le véritable ministre de la Cohésion, c’est le PDG d’Elf » …

Concernant la stabilité, cet objectif est d’autant plus caricatural que l’aide au développement est versée à des gouvernements très… instables, notamment en Afrique. En outre, elle est censée profiter à des causes excluant tout aspect militaire ; pourtant, plus de 40% des fonds sont utilisés pour l’achat d’armements et le maintien au pouvoir des dictateurs. On peut également s’interroger sur l’utilité de continuer à déverser des milliards en Afrique alors que la croissance du PIB par habitant en Afrique sub-saharienne est de -4,9% en 2020, de 2,7% en 2010, et de 0,8% en 2000. Sur les mêmes périodes, la zone Asie de l’Est et Pacifique a connu une croissance respectivement de 3%, 0,6% et 3,9%.

Dans son ouvrage Reinventing Foreign Aid (2008), l’économiste américain William Easterly juge les ODD « incohérents, impossibles à mesurer et irréalistes dans leurs ambitions ». Il estime que l’aide au développement est un énorme échec : rien n’aurait été démontré quant aux liens entre aide et croissance. Ainsi, les pays qui ont connu le plus grand développement sont ceux qui ont reçu le moins d’aides, et inversement, les pays qui s’enlisent dans la pauvreté sont abreuvés d’aides internationales à grande échelle. L’annulation de la dette des pays pauvres constituerait même une « prime à l’inefficacité, voire à la corruption ». Un ouvrage qu’on aurait bien envie d’offrir aux candidats à la présidentielle.

Pour aider les peuples à sortir de la pauvreté, mieux vaut favoriser les initiatives privées et les échanges internationaux qui déjà ont permis de réduire au cours des quarante dernières années la grande pauvreté de 40% de la population mondiale à moins de 10%.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/L-aide-au-developpement-pour-quoi-faire

Vos commentaires

  • Le 14 octobre à 06:22, par Tibus54 En réponse à : L’aide au développement, pour quoi faire ?

    A ces fonds d’aide publique ne faudrait il pas ajouter
    - les crédits d’impôts accordés aux particuliers qui font des dons aux associations humanitaires développant des programmes à l’étranger ?
    - les fonds transférés au pays par les migrants résidant en France ?

  • Le 14 octobre à 10:55, par Dudufe En réponse à : L’aide au développement, pour quoi faire ?

    Tibus54 parle des fonds transférés au pays par les migrants étrangers. J’ai en main un document de Western Union Transfert d’argent (coiffé par la Banque Postale) datant d’une dizaine d’années environ et qui spécifie que l’on peut envoyer de l’argent à concurrence de 7600 euros par jour en espèces dans 195 pays (vous avez bien lu : 7600 euros par jour ). Il est indiqué d’autre part dans cette "pub" que les 3100 Bureaux de Poste vous permettent grâce à ce service d’envoyer à l’autre bout du monde de l’argent en quelques minutes et que le bénéficiaire (uniquement un particulier) peut retirer cet argent dans 250000 points de vente du réseau Western Union !!! C’est t’y pas beau ça , les trafiquants doivent bien rigoler de pouvoir se débarrasser des sommes énormes qu’ils possèdent en espèces.Quel particulier peut disposer de 7600 euros par jour ?
    Je n’ai jamais retrouvé un tel document,toujours est-il que ce service doit perdurer.
    J’avais lu à la même époque que " c’est ainsi qu’en Guyane les étrangers en situation irrégulière ont rapatrié dans leur pays d’origine 13.4 millions d’euros et 21.5 en Guadeloupe "(document non référencé).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière