Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Ecole : moins d’élèves par classe n’est pas la solution

Les exemples étrangers montrent que pour avoir une école efficace ce qui compte ce n’est pas le nombre d’élèves par classe mais l’autonomie et le travail.

C’était dans le programme d’Emmanuel Macron et cela a été repris pour les législatives : ramener à douze maximum le nombre d’élèves en classe de CP et CE1 dans les écoles des réseaux d’éducation prioritaire. Environ 280 000 enfants dans près de 12 000 classes sont concernées. Cette mesure ayant pour effet de doubler leur nombre, elles passeraient alors à 24 000. Il faudra donc embaucher 5 000 enseignants tout en gardant les embauches déjà effectuées sous la présidence Hollande : 60 000 au total. A ces chiffres s’ajoute le nombre d’enseignants sans affectation dont le cas n’a jamais été résolu. Selon plusieurs rapports de la Cour des comptes et du Sénat, environ 200 000 enseignants seraient sans classe ! Un chiffre énorme lorsque l’on sait que, grâce à leur statut, ces enseignants sont payés même s’ils n’enseignent pas.

Pour l’IREF, les problèmes de l’école ne seront pas résolus grâce à ce genre de mesure. L’IREF a comparé les résultats des systèmes éducatifs dans 31 pays européens en fonction des : dépenses publiques et privées, résultats des élèves, taille des classes, salaires des enseignants, etc. Ce qui en ressort c’est qu’une dépense publique élevée dans le domaine de l’éducation n’implique pas de meilleurs résultats, bien au contraire. La France, qui dépense environ 7 % de son PIB pour l’Education (de loin, le premier budget de l’Etat), ne se classe qu’à la 12e place sur 31.

Mieux vaut la liberté, l’autonomie et la suppression du statut

Concernant la taille des classes, en comparant la situation dans ces pays européens, nous avons remarqué qu’un nombre réduit d’élèves par classe n’améliore pas forcément les résultats. Une quinzaine ont largement plus de 12 élèves par classe et sept obtiennent de meilleurs résultats que la France dans les classements PISA. Dans des pays comme l’Allemagne, la Suisse, les Pays-Bas et la Belgique, les élèves obtiennent de meilleurs résultats PISA en lecture, mathématiques, et connaissances scientifiques. Dans tous ces pays mieux classés, le nombre d’élèves par classe dans le primaire est au moins aussi élevé qu’en France : entre 20 et 22. A remarquer qu’en dehors de l’Europe, un pays comme la Corée du Sud – avec les meilleurs résultats dans le classement PISA – a aussi le plus grand nombre d’élèves par classe dans le primaire : 30.

Par ailleurs, en Allemagne et aux Pays-Bas, plus de statut de fonctionnaire pour la plupart des enseignants. Les directeurs des écoles sont libres d’embaucher et de débaucher selon les besoins et les compétences.

Des classes moins nombreuses peuvent rester défaillantes si les élèves ne sont pas incités à travailler. L’IREF a calculé que les élèves suisses, belges ou néerlandais passent au total plus de temps sur les bancs de l’école, 17,4 ans pour les premiers, 19,6 pour les Belges et 19,1 ans pour les Néerlandais, contre 16,5 années pour les Français. Ce qui compte le plus c’est l’autonomie des écoles et aussi le travail à l’école. Au lieu d’augmenter les dépenses en diminuant le nombre d’élèves par classe, mieux vaut réformer le système en le libéralisant et en lui donnant plus d’autonomie.

Certes, pour des enfants en difficulté, des classes réduites peuvent être utiles. Mais elles le seront plus encore si elles existent dans le cadre d’écoles réformées pour dynamiser et motiver enseignants et enseignés. Et s’il faut plus de moyens pour procéder à ces réformes, ils peuvent venir d’un redéploiement plutôt que d’un accroissement.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Pas de formation professionnelle efficace sans remise en cause du paritarisme !

Quatre propositions pour une vraie réforme de l’université


Les « free schools » de plus en plus nombreuses et meilleures !

Qu’est-ce qu’une vraie réforme de l’Education ?
La sélection, la liberté et la concurrence



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

pas d'accord

le 23 mai, 09:12 par pierreg

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec votre analyse, en effet 12 eleves par classe dans certain squartier serait necessaire, il n'y a dans ce sfamilles aucune maitrise du français, nombres sont illetres (et non pas analphabetes !)et je pense depuis des années que l'on ne pourra pas s'en sortir sans faire cet effort officier j'ai vu le niveau de nos recrues selon leur origine ! mais le dire c'est deja faire preuve de racisme !
par contre pourquoi ne pas monter le nombre d'eleves par classe dans les zones favorisees ? nous etions au moins 30 par classe à mon epoque (y compris au lycee et cela n'a pas fait de ous des cancres !) donc on pourrait deja redistribuer les effectifs, ensuite on pourrait recuperer tous les effectifs detaches et il y en a !
De toute sfaçons sans un effort considerable sur l'ecole primaire on ne s'en sortira pas ! maintenant il faut aussi cesser les experiences pedagogiques, revenir aux vrais fondamentaux, et se debarasser des parasites sociaux qui encombrent l'education national, evaluer les enseignants serieusement et offrir des promotions au merite, remettre en vigueur la discipline vis a vis des parents ! bref modifier l'ideologie ambiante !
Lorsque je commandais mon bataillon en 96/99 plus de la moitie de mes soldats n'etaient pas "foutus" de rédiger un rapport simple je ne parle pas de l'ortographe (car là j'aurais atteint 80%)mais simplement d'exposer avec de`s phrases simples (verbe sujet complemen).

- Répondre -

NON ! il faut "SANCTIONNER"

le 24 mai, 12:09 par Nico

Il n'y a que le baton et la carotte qui marchent, le laxisme et l'enfant roi on a vu ce que çà a donné...
il faut des lois plus sévères et des parents responsables c'est tout, commencer voir par leur couper les allocations, s'ils ne font pas leur devoir de parents, s'est trop facile de pondre et de laisser courir les gamins et ils bougeront déjà

- Répondre -

je suis d'accord et encore plus

le 12 juillet, 02:22 par marc

Je vais vous parler de mon expérience vécue en Chine.
Je suis a Canton, ma fille doit aller a l’école maternelle l’année prochaine. je me renseigne donc, l’école maternelle française de Canton est une association a but non lucratif, elle prends 9500 euros pour la scolarité de ma fille, la cantine et le bus scolaire étant non compris.
Ensuite je vais voir mon voisin américain qui a fondé une école maternelle sino-americaine a 10 minutes a pieds de chez moi. Non seulement il prends moitie prix de l’école française, et la cantine est comprise, et il n'y a que 10 élèves par classe. Comment c'est possible que lui avec son école a but lucratif prends moins chers que l’école française ?
La solution, est hyper simple, virer tous les fonctionnaires, faire des classes privées et petites écoles de 2 ou 3 classes, pas de mastodonte grosses écoles. Des petites structures plus active, partout, pas besoin de long déplacement en métro ou bus.
Je vois en Chine, partout des classes de musiques, de dessins, de danse, de cuisine, de mathématique n'importe quelle discipline, c'est simple l’état ne s'en mêle presque pas, l’état vérifie et donne l'autorisation.
Je prends un exemple bête : si je veux prendre un cours de pâtisserie, faut'il que j'aille dans un établissement avec des fonctionnaires subventionnes et agrée par l’état ou le boulanger-pâtissier du coin qui donne des cours de pâtisseries tous les dimanche ?
Pour les vacances scolaires en Chine, je vois des activités partout pour les enfants, sans qu'il y est de subvention de l’état. Dans mon compound Chinois, c'est le promoteur immobilier qui a construit la ville, les écoles, l’hôpital, les magasins, les piscines ... et il fait aussi les colonies de vacances : cours d'anglais intensif, stage genre scout...
L'intelligence Chinoise, le promoteur immobilier, non seulement construit la ville, mais la gère aussi, pour vendre ses maisons et appartement qu'ils construit, il y construits des écoles, mais pour qu'elles raisons, vue que ses clients ont achetés un appartement, y ont placé leurs enfants dans ses écoles, devraient'il abandonner ses clients avec des colonies de vacances par d'autre sociétés.
Impossible de tout vous expliquer tout ce que je vois. Je n'est absolument aucuns doutes : la France est foutue.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire