Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Réforme du droit du travail :
les autres pays sont allés beaucoup plus loin

L’avant-projet de loi présenté par la ministre Myriam El Khomri a au moins le mérite de nous montrer que la gauche est, peut-être, sur la voie de la guérison. Elle semble avoir compris que le chômage ne baissera jamais avec des mesures étatistes de créations d’emplois fictifs et des aides publiques. Ce qu’il faut c’est une réforme en profondeur du marché du travail.

Avec cet avant-projet de loi de réforme du droit du travail, la ministre fait un premier pas – timide - dans ce sens (voir l’analyse de l’IREF publiée par Le Figaro) mais les mesures qu’elle propose sont encore très éloignées des réformes qui ont été faites dans d’autres où le taux de chômage est d’ailleurs deux fois moins élevé qu’en France. Voici donc un rapide rappel de ce qui a mis en place dans quelques pays européens.

En Allemagne, les réformes Hartz menées sous le gouvernement de Gerhard Schröder (social-démocrate) ont réduit la durée d’indemnisation des chômeurs, les charges sociales et le coût du travail et ont accentué la flexibilité. Chez nos voisins allemands, il n’y a pas vraiment de Code du travail comme en France et une disposition très intéressante a été introduite en 2004 : la protection de l’emploi sous forme de contrat à durée indéterminée ne vaut que pour les sociétés de plus de 10 salariés. Dans les PME avec moins de 10 salariés il existe donc une totale liberté de licencier. Mais même pour les autres PME, il n’y a pas d’indemnité de licenciement si le licenciement individuel est justifié ou si le licenciement collectif n’a pas fait l’objet d’un plan social négocié par le comité d’entreprise. L’employé licencié ne dispose que de 3 semaines pour contester. En France, une contestation peut être faite même après 5 ans… D’ailleurs, le contrat de travail peut être oral ou écrit.

Au Royaume-Uni, l’introduction plus récente des contrats zéro heure a favorisé une flexibilité importante dans le marché du travail en permettant aux employeurs d’embaucher des salariés et de les faire travailler en fonction des besoins de l’entreprise. La combinaison de ces contrats flexibles négociés directement avec les entreprises avec une faible indemnisation chômage et un plafonnement du montant total des transferts sociaux produit une incitation forte au travail. Ainsi, depuis l’élection de Cameron, les créations d’emplois se comptent par millions.

Par ailleurs, le marché du travail suisse est l’un des plus flexibles d’Europe : on dénombre 200 pages de textes juridiques sur le travail, il n’existe pas de salaire minimum fédéral, les salaires sont négociés au niveau intra-branche par des conventions collectives et des accords d’entreprise, et les licenciements n’ont pas besoin d’être justifiés. Le taux de chômage suisse est ainsi l’un des plus faibles d’Europe ; tandis que son taux d’emploi est l’un des plus élevés.

Le Danemark concilie la flexibilité avec la sécurité de l’emploi par le biais de la « flexisécurité ». Les employeurs ne sont soumis à aucune réglementation contre le licenciement de salariés pour des raisons économiques. Il leur suffit de donner un préavis. Plus de 80 % des travailleurs souscrivent à un régime d’assurance volontaire contre le chômage. Les travailleurs tirent profit de la flexibilité de la réglementation qui leur permet de travailler dans le secteur formel et de passer facilement d’un emploi à un autre. En effet, plus de 70 % des Danois estiment qu’il est bon de changer d’emploi fréquemment. Et, le comble, les sondages montrent que les Danois se sentent plus en sécurité au travail que les Français. D’ailleurs, pendant la période d’accroissement de la flexibilité du marché du travail, entre 1993 et 1999, le chômage danois a ainsi baissé de plus de 60%, soit d’environ 200.000 chômeurs, et, encore plus important, le chômage de longue durée est tombé de 145.000 à 40.000 chômeurs. En Autriche, la législation du travail permet aux employeurs de licencier sans aucune autre contrainte que celle d’un préavis. De plus, les indemnités de licenciement sont extrêmement faibles : l’employeur est seulement obligé de verser sur un compte une cotisation équivalente à 1.53 % de la rémunération brute, somme que récupère le salarié. Les chômeurs ne peuvent toucher une allocation chômage (55 % du salaire net) que pendant 6 mois. Après, aucune allocation n’est plus accordée. Les syndicats autrichiens ont accepté cette situation sans poser de conditions. L’Espagne a créé plus de 500 000 emplois marchands en 2015 (contre 47 000 en France) et son taux de chômage ne cesse de chuter. En pleine crise, le pays a décidé de réformer en profondeur son marché du travail en instaurant une flexibilité totale dans les entreprises et en privilégiant les négociations dans les entreprises.

Enfin, aux Pays-Bas, une loi flexibilité et sécurité a été votée en 1999. Elle donne la possibilité aux entreprises d’utiliser les CDD pour une période de plusieurs années et introduisait la notion d’emploi « ultra-flexible », sans durée légale. De plus, les partenaires sociaux ont la liberté de déroger à ces dispositions par accord de branche ou d’entreprise.

On le voit, la plupart des autres pays européens, quel que soit la couleur politique de leur gouvernement, sont allés beaucoup plus loin dans la réforme du marché du travail. Et tous affichent un taux de chômage largement inférieur à celui de la France. Gauche et Droite françaises, encore un effort !

Partager cet article :

Autres lectures ...

Royaume-Uni et Allemagne : de plus en plus de personnes travaillent plus de 48 heures/semaine

Syndicats : Nicolas Perruchot a raison mais il faut aller encore plus loin !


La Fabrik : de mauvaises mesures pour combattre le chômage des jeunes

La fausse baisse des chiffres du chômage



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (6)

La charite SVP !

le 23 février, 11:57 par William49

Avant de s attaquer aux personnes desoeuvres,ne devrait on pas diminuer de moitie le nombre de deputes,senateur et autres en region, ou on ne cesse d augmenter leurs emoluments , les prestations de nos anciens presidents,anciens premier ministre, la Je pense que nous pourrions retrouver un certain sens a la politique,parce que,nous faire regarder vers l allemagne,royaume unis sans en appliquer les principles c est completement debile.

- Répondre -

Ce n'est pas la législation...

le 23 février, 18:31 par chris

Bsr,
que nos politocards s'appliquent eux-mêmes ce qu'ils veulent pour les sans-dents, après ils pourront réellement discuter !

- Répondre -

Droit du travail ou droit du chômage ?

le 23 février, 19:43 par JANDEL

Les syndicats s'élèvent contre les timides mesures annoncées dans la réforme du droit du travail. En fait, les syndicats défendent les personnes qui ont un emploi et ne se soucient pas des personnes qui ne peuvent pas trouver une emploi parce que les règles du droit du travail découragent l'embauche

- Répondre -

A QUAND UNE PETITION DE SOUTIEN

le 23 février, 20:22 par BENNY

Sur la base de cette analyse, pourquoi ne pas lancer une pétition de soutien à la proposition de loi. Ceci ferait contrepoids au bruits assourdissant des opposants à tout changement !

- Répondre -

Boulot

le 24 février, 08:15 par guillaume

Le chômage ne baissera que lorsqu'il y aura des emplois à pourvoir.

- Répondre -

Il n'y a pire sourd...

le 24 février, 11:59 par Claudio

Nos dirigeants - de droite comme de gauche - ont des oeillères et ne s'abaisseraient JAMAIS à prendre exemple sur les recettes qui marchent chez nos voisins. En outre, les syndicats français veillent au grain afin de maintenir coûte que coûte (et nous savons ce que cela nous coûte...)les avantages acquis, souvent d'un autre âge. Ces mêmes syndicats qui ne représentent que 8% de la population active, sont généralement composés de personnes peu qualifiées en économie mais douées en bagout. Comparez avec les syndicalistes allemands ou autres qui eux, parlent d'égal à égal avec les patrons car ils sont souvent très diplômés et savent faire la part des choses entre les intérêts du salarié et ceux de l'entreprise.
Tant que subsistera un syndicalisme anachronique et que nos dirigeants n'auront pas de courage de les mettre au pas (cf. Margaret Thatcher), notre pays continuera à cahoter vers l'abîme...

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications