Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Capital, croissance, riches : Piketty a tout faux !
Le FMI confirme les conclusions de l’IREF

En avril 2014, l’IREF publiait une Etude intitulée « Richesse et croissance. Les tromperies statistiques de Thomas Piketty » en montrant, chiffres et statistiques à l’appui que la théorie de Piketty sur une croissance sans fin des patrimoines ne résiste pas à l’analyse des faits et que, contrairement à ce qu’il soutient, en moyenne, le rendement nominal du patrimoine net des ménages ne peut pas être supérieur au taux de croissance économique. En juin 2015, on publiait aussi un ouvrage collectif intitulé « Anti-Piketty » rassemblant les principales critiques à l’égard des thèses de Piketty.

De nouvelles critiques continuent d’affluer. Le FMI vient de publier une Etude qui confirme les conclusions du travail de l’IREF. En effet, l’auteur, l’économiste Carlos Goes, affirme n’avoir trouvé aucune preuve concernant la hausse du capital comme elle apparaît dans l’ouvrage de Piketty. En analysant 19 pays sur une période de 30 ans, Carlos Goes trouve même que, contrairement à ce que soutient Piketty, le taux d’épargne n’est pas stable et que les inégalités ont tendance à s’estomper. Les résultats obtenus par l’économiste du FMI vont à l’encontre des théories de Piketty sur toute la ligne.

Le hasard fait que la Cornell University vient aussi de publier une Etude qui contredit les thèses de Piketty concernant les riches. Alors que pour celui-ci les riches sont des héritiers qui ne cessent d’accumuler des richesses tout la vie, l’Etude montre que la mobilité parmi les 10 % des plus riches est absolument impressionnante. Ainsi, environ 50 % des Américains ont fait partie durant leur vie, pour au moins une année en moyenne, des 10 % les plus riches ! Environ 11 % des Américains ont même fait partie pour au moins une année du 1 % des plus riches ! Et 94 % de ces 11 % ne restent dans le 1 % qu’une seule année et 99 % d’entre eux n’en feront plus partie après une dizaine d’années. Pour ce qui est du fameux classement Forbes, on apprend qu’entre 1992 et 2013, 72 % des 400 les plus riches en sont sortis seulement après une année et ont été remplacés par d’autres.

- Nombre d’Américains qui font partie des 10 % des plus riches au moins une fois durant leur vie : 50 %
- Nombre d’Américains qui font partie des 1 % les plus riches au moins une fois dans leur vie : 11 %

Et selon une enquête réalisée par le groupe U.S. Trust auprès de 700 individus avec au minimum 3 millions de dollars d’actifs, 77 % de ces riches sont originaires de familles moyennes, voire pauvres et seulement 10 % d’entre eux ont hérité de leur fortune. C’est grâce au travail et à l’entrepreneuriat que ces individus se sont enrichis.

Comment est-ce possible ? C’est très simple – et c’est ce que ne comprend pas M. Piketty – c’est que l’économie n’est pas figée et les individus, en majorité des entrepreneurs, peuvent beaucoup s’enrichir durant une période et ensuite perdre leur place dans le classement des plus riches car ils sont remplacés par d’autres qui réussissent. Ces données sont la preuve éclatante que les héritiers ne représentent qu’une infime partie des riches.

Plus le temps passe, plus les fumisteries idéologiques de Piketty apparaissent au grand jour. Il faudrait que les hommes politiques qui proposent plus d’impôts et des politiques égalitaristes en tiennent enfin compte !

Partager cet article :

Autres lectures ...

77 % des riches proviennent des classes moyennes ou pauvres

2 mythes trop répandus sur les riches et les inégalités


Les pauvres sont de plus en plus riches :
+ 49 % de hausse des revenus entre 1979 et 2010

Anti-Piketty - Vive le Capital au XXIe siècle



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

Avis différents du FMI

le 18 octobre, 18:22 par Floun

Et pourtant vous écriviez le 7 juin 2016 : "Le FMI se trompe : le libéralisme a bien diminué la pauvreté et les inégalités".
Les économistes du FMI ne semblent pas avoir tous le même avis.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications