Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Selon un sondage, sept français sur dix refusent que leur pays s’endette pour financer la transition écologique

Selon un sondage, sept français sur dix refusent que leur pays s’endette pour financer la transition écologique

par
1 085 vues

Jeudi dernier, un sondage fort instructif a été publié par Elabe pour Les Echos et l’Institut Montaigne sur le rapport des Français à leur dette publique et plus généralement à la situation économique nationale.

L’immense majorité de nos compatriotes (79 %) demeurent inquiets sur l’état de l’économie de leur pays et 71 % sur son niveau de dette publique : un chiffre à peine moins important (67 %) s’agissant de leur propre situation financière. Le mois dernier Fitch avait dégradé la notation de la dette souveraine française mais la sentence de Standard and Poor’s, qui nous a finalement épargnés, a été accueillie avec un grand ouf de soulagement.

C’est dans ce contexte que 76 % des habitants de l’Hexagone jugent urgent de réduire le niveau de l’endettement public, même si la piste de la diminution de la dépense publique n’est une solution privilégiée que par 52 % d’entre eux – toutefois loin devant les hausses d’impôts pour les entreprises (22 %) et les particuliers (5 %), charité bien ordonnée commençant par soi-même.

Cruel camouflet pour le rapport Pisani-Ferry, remis récemment à Matignon, 70 % des sondés refusent de s’endetter davantage pour financer la transition écologique, et ce chez toutes les catégories de population excepté chez les électeurs d’extrême gauche.

Même si, pour le moment, Bruno Le Maire a écarté l’option du financement des investissements de développement durable par l’emprunt, il est à craindre que cette solution jetée par la porte revienne, à l’avenir, par la fenêtre. Elle est, en tout état de cause, massivement rejetée par les Français qui ne voient pas non plus d’un bon œil l’augmentation de la pression fiscale et l’incapacité chronique des gouvernants à régler la lancinante question du déficit.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

4 commentaires

JR 4 juin 2023 - 7:03

Bonjour, d’autant plus que la chasse au Carbone est inutile & ruineuse. Merci

Répondre
nanard 4 juin 2023 - 7:30

Et ils ont bien raison… La transition écologique, est essentiellement une transition énergétique, associée à un changement d’économie non productiviste. Pour la partie transition énergétique, nos sociétés ont bien du mal à comprendre la notion d’énergie, nous avons oublié « les Carnot, Lavoisier, Plank » etc… Par abus de langage, ignorance, ou idéologie, nous qualifions l’électricité, l’hydrogène, le solaire, le charbon, le gaz etc… d’énergie. En fait il existe une confusion entre combustibles, et résultat de transformations (combustions ou transmutations). La notion d’énergie dite renouvelable apporte une confusion supplémentaire : en principe chacun sait qu’une énergie, une fois « consommée », change de nature , l’ajout de renouvelable est purement malthusien…. et oublie le principe de conservation de l’énergie d’autant que les systèmes naturels ne sont pas adiabatiques. Il serait trop long de détailler les technologies utilisées pour les transformations énergétiques avec les rendements associés, mais une analyse poussée démontre que les solutions proposées par « l’écologie » actuelle ont un rendement plus faible…. donc nécessite une énergie primaire plus importante. En croyant prélever, utiliser des énergies dites renouvelables, nous sommes peut-être en train de reproduire « la campagne des quatre nuisibles » (https://cetajournal.net/fr/lutte-contre-les-nuisibles-tirerons-nous-les-lecons-du-passe/) ,d’autant que les dispositifs dit « écolos » ont peut être quelques inconvénients : https://www.transitionsenergies.com/fermes-solaires-geantes-sahara-fausse-bonne-idee/ (le fichier PDF entier est téléchargeable). Pour faire simple, un panneau solaire converti l’énergie reçue en chaleur 85% environ et électricité 15%…. alors pourquoi réchauffer l’atmosphère ? Et pour les éoliennes : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/developpement-durable-changement-climatique-fermes-eoliennes-contribuent-elles-vraiment-rechauffer-planete-38486/.
Le cas de l’hydrogène est « amusant » . ce composé étant rare, il faut le fabriquer. Nous avons choisi l’eau, pour fabriquer de l’hydrogène … c’est donc le point de départ d’un cycle énergétique…
avec au départ de l’eau et à l’arrivée de l’eau… juste une question : ou est la différence d’énergie entre le départ et l’arrivée ? Sinon que l’on a gaspillé 90% de l’énergie utilisée pour ce cycle… (voir les enthalpies de formation et de combustion, l’ADEME arrive à 14% environ)
Il est temps que nos élites administratives retournent prendre des cours de thermodynamique.
Sinon ça va coûter très cher…

Répondre
JR 5 juin 2023 - 8:28 Répondre
AlainD 7 juin 2023 - 8:52

A lire les élucubrations de Pisani-Ferry (financement de la transition écologique, loyers prélevés sur les propriétaires…) je finirais par croire que c’est un imbécile : n’a t il pas d’autres idées moins stupides ? Quand je pense que des gens comme lui ont l’oreille de Macron les bras m’en tombent…

Répondre