Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » Pour vaincre la famine il faut le développement économique, pas des mesures contre le réchauffement climatique

Pour vaincre la famine il faut le développement économique, pas des mesures contre le réchauffement climatique

par Nicolas Lecaussin

L’Organisation mondiale de la santé estime que le changement climatique causera au moins 250 000 décès supplémentaires chaque année au cours des deux décennies suivant 2030, principalement dans les pays les plus pauvres du monde. L’OMS a comparé le monde réel à un monde imaginaire dans lequel il n’y a pas de changement climatique, calculant la différence entre les décès dus à la malnutrition, le paludisme, la diarrhée, la dengue, les inondations et la chaleur. Et la malnutrition sera, de loin, selon l’OMS, la cause la plus meurtrière avec 95 000 décès supplémentaires en 2050.
Mais l’OMS sait sûrement que les décès dus à la malnutrition ont considérablement diminué au cours des trois dernières décennies et continueront de baisser rapidement au cours des trois prochaines. En 1990, on comptait plus de 7 millions de décès dans le monde à cause de la malnutrition. En 2019, c’était déjà plus de trois fois moins et on estime qu’au rythme actuel, le nombre de morts serait d’environ 500 000 en 2050. Cela est dû au développement, à la croissance économique et à l’augmentation des rendements de l’agriculture. Ce n’est pas en imposant des réglementations et des normes contre le réchauffement climatique que la malnutrition sera vaincue mais en profitant encore plus de la croissance économique et des innovations agricoles.

You may also like

5 commentaires

Ninon octobre 16, 2021 - 7:23

Pour vaincre la famine il faut le développement économique, pas des mesures contre le réchauffement climatique
Il faut surtout maîtriser la natalité, car selon que l’on est 4 ou 14 autour de la marmite, les parts sont plus ou moins grosses. Et plus d’humains, c’est plus de pollution, de déforestation, d’empiètement sur les zones naturelles.

Répondre
Obeguyx octobre 16, 2021 - 12:30

Pour vaincre la famine il faut le développement économique, pas des mesures contre le réchauffement climatique
Et aussi et surtout en réglant le problème démographique.

Répondre
Koris octobre 16, 2021 - 4:36

Pour vaincre la famine il faut le développement économique, pas des mesures contre le réchauffement climatique
Ninon et Obeguyx, j’espère que vous ne ferez pas d’enfant, histoire d’être en accord avec vos idées.

Un simple livre d’histoire vous montre que la démographie diminue naturellement au fur et à mesure que le pays dans lequel on vit s’enrichit.

Du coup, au lieu d’une mesure réellement liberticide de contrôle des naissances (avec tous leurs travers…coucou les chinois), je vous invite à privilégier la prospérité et la liberté individuelle.

Répondre
PhB octobre 17, 2021 - 10:34

Pour vaincre la famine il faut le développement économique, pas des mesures contre le réchauffement climatique
Je suis tout à fait d’accord avec Ninon & Obeguyx, faut réduire le nombre d’êtres humains
Comme je l’ai déjà dit « n » fois, l’homme est le seul être vivant qui se reproduit en dépit du bon sens.
Partout ailleurs, animaux, plantes, organismes primitifs, ne se reproduisent que quand leur environnement est favorable.
PhB issu d’une famille nombreuse: deux parents et six gosses à la maison.
Mon père architecte salarié dans les années 50 puis s’installant en libéral en 1963, travaillait dur pour qu’on ne manque de rien mais sans avoir de superflu, ma mère restée à la maison pour s’occuper de cette marmaille, l’a ensuite aidée une fois en libéral.
Une superbe entraide dans la fratrie, malgré des disputes et formation de petits clans toujours temporaires. Exceptionnellement quand on allait tous au restaurant le dimanche, on savait se tenir à table. Les compliments étaient rares mais on nous a appris le respect et le sens du travail.
Faut dire que c’était une autre périodes entre 1950 et 1980. On n’avait pas le cerveau retourné par toutes ces conneries propagées par les médias (un peu quand même mais on écoutait nos parents même si on n’était pas toujours d’accord)) puis la démocratisation de l’électronique et l’informatique, les réseaux sociaux et les smartphones.
Pourtant j’ai vécu cette évolution technologique: devenu Ingénieur Automaticien, Cybernéticien en 1980 et passionné d’électroniques depuis tout petit (mon père m’a offert mon premier appareil de mesure à aiguille en 1964 pour mes 9 ans, coûtant « une blinde »: 164F, soit environ le quart d’un salaire mensuel de base).
J’ai connu à mes débuts, les montages à tubes puis, ceux à transistors encore au germanium avant ceux au silicium, mes premiers programmes avec des cartes perforées et des bandes télétypes.
C’était le temps où la moindre ligne de programme pesait tout son poids, quand on ne disposait que quelques kilo-octets.
Rappelez vous bien qu’en 1969 pour aller sur la lune: le calculateur d’Apollo 11 n’avait qu’une CPU cadencée à 1 MHz, une RAM s’élevant à 4Ko et une ROM à 36Ko, avec un poids de 32Kg.
Plus personne n’est capable aujourd’hui de réaliser de telles performances avec si peu de moyens!!!

Répondre
Pierre E Allemand octobre 18, 2021 - 8:31

Pour vaincre la famine il faut le développement économique, pas des mesures contre le réchauffement climatique
Attention à la baisse de natalité. La natalité est nécessaire pour assurer la survie des personnes qui ne travaillent pas ou plus comme les personnes âgées. Indépendamment de la discussion sur les systèmes de retraite, il faut bien qu’il y ait un boulanger au travail si on veut du pain, et un marchand de vêtements en activité si on veut s’habiller. Cela simplement pour dire que pour des raisons surtout idéologiques on peut désirer une planète moins chargée d’humains, mais qu’il faut soigneusement réfléchir aux moyens d’y arriver.
De plus, comme déjà exprimé, il existe une régulation spontanée des naissances, provoquée par l’augmentation du niveau de vie. Tant et si bien qu’on doit, soit favoriser les naissances, soit accepter un certain niveau d’immigration. c’est aussi simple que ça, mais ça n’est souvent pas bien compris par les gens, y compris par les politiques ou encore par les associations… Le monde n’est pas simple.

Répondre

Laissez un commentaire