Accueil » Pfizer va vendre des vaccins et des médicaments à (très) bas prix aux 45 pays les plus pauvres

Pfizer va vendre des vaccins et des médicaments à (très) bas prix aux 45 pays les plus pauvres

par Nicolas Lecaussin

Dans le cadre d’un programme destiné aux pays les plus pauvres, le fabricant de médicaments Pfizer vend 23 produits à des prix extrêmement bas dans 45 pays. Il s’agit de médicaments et vaccins protégés par des brevets.

Pfizer commencera à expédier les médicaments au Ghana, au Malawi, au Rwanda, au Sénégal et en Ouganda avant la fin de cette année. Certains des médicaments, dont le prix catalogue s’élève à des dizaines de milliers de dollars par an aux États-Unis par exemple, seraient donc nettement moins chers à acheter pour les pays à faible revenu. Le laboratoire a aussi déclaré, mercredi 25 mai, qu’il travaillerait également avec les gouvernements des pays respectifs pour améliorer l’infrastructure de leur système de santé et résoudre les obstacles réglementaires et d’approvisionnement qui retardent souvent l’arrivée des médicaments.

Les 23 médicaments et vaccins concernent le cancer, les maladies cardiaques et les maladies auto-immunes. Les ventes aux pays en développement d’Afrique et d’autres marchés émergents ont totalisé environ 8,4 milliards de dollars en 2020, soit environ un cinquième des ventes totales de Pfizer au cours de l’année.

Cette initiative  est parmi les plus ambitieuses entreprises à ce jour par une grande société pharmaceutique occidentale cherchant à élargir l’accès aux médicaments de pointe aux personnes vivant dans les pays les plus pauvres. Elle concerne plus d’un milliard de personnes,

Pfizer a aussi reçu un financement supplémentaire de la Fondation Bill & Melinda Gates pour les tests de stade avancé d’un vaccin expérimental contre le streptocoque du groupe B, l’une des principales causes de mortalité néonatale dans les pays pauvres.

Malheureusement, une fois arrivés sur place, les vaccins et les médicaments doivent affronter les réglementations et la fiscalité locales, sans parler de la corruption. C’est une autre histoire…

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire