Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Les nouvelles promesses de Darmanin sur l’immigration

Les nouvelles promesses de Darmanin sur l’immigration

par
67 vues
prop_4_pendules.png

Monsieur Darmanin a-t-il vu le dernier sondage CSA/CNEWS du 23 juin, selon lequel 65 % des Français estiment qu’il y a trop d’immigration ? Quoi qu’il en soit, le ministre de l’Intérieur vient de promettre l’expulsion de tous les étrangers ayant « commis des actes graves ». Mieux, il indique vouloir lever la condition d’âge qui fait qu’aujourd’hui un immigré délinquant ou criminel n’est pas expulsable s’il était arrivé en France avant l’âge de 13 ans. La disposition devrait être inscrite dans la Lopmi (Loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur) et être discutée au Parlement à la rentrée. Sur ce sujet, la droite a déjà fait de nombreuses propositions et saura faire entendre sa voix à l’Assemblée et au Sénat. La proposition relève du bon sens en ce qu’il n’est pas acceptable qu’une personne accueillie en France commette un délit ou un crime et soit incarcérée au frais du contribuable. Les chiffres du ministère de l’intérieur montrent qu’entre 20 et 25% des détenus en France sont étrangers.

Néanmoins, la mesure ne devra pas seulement être inscrite dans la loi mais mise en application. Rappelons qu’en 2021, seulement 6% des OQTF (obligations de quitter le territoire) ont été exécutées. En outre, les pays d’origine refusent bien souvent de récupérer leurs nationaux alors qu’ils continuent de bénéficier de fonds au développement et de visas de la part de la France. Sur ce point, si nous voulons donner de la cohérence à notre politique, de la fermeté apparaît nécessaire.

Les propos du ministre sont les bienvenus dans un contexte où la question migratoire cristallise les tensions et inquiète une grande partie de la population française. Une question demeure cependant : le ministre de l’Intérieur souhaite-t-il réellement changer de politique en matière migratoire ou ses déclarations ne sont-elles qu’une nouvelle opération de communication ?

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

montesquieu 12 juillet 2022 - 6:06

Paroles, paroles! Quelle crédibilité pour ce ministre qui nie les réalités?

Répondre
CHARBONNIER 12 juillet 2022 - 7:24

👍 Si nous pouvions avoir la même réactivité pour les agressions physiques, vols à l’arraché, commerce illégal sur la voie public, vols aux allocations, etc… sur notre territoire, cela soulagerai les forces de police, les tribunaux et les finances publiques, un début pour une reprise en mains d’une insécurité galopante comme on a pu le constater au stade de France dernièrement 😀

Victoria, Seychelles | 28 juin 2022, mardi @ 12:50 dans National » GÉNÉRAL |Par: Betymie Bonnelame |
Vols chez des changeurs : 2 ressortissants étrangers expulsés des Seychelles
Le ministre Fonseka a fait cette déclaration lorsqu’il a répondu à une question d’avis privé à l’Assemblée nationale. (Agence de presse Seychelles)
Deux ressortissants étrangers qui ont été arrêtés aux Seychelles le mois dernier en raison de vols qui ont eu lieu dans deux bureaux de change ont été expulsés, a déclaré mardi un haut responsable du gouvernement.

Le ministre de l’Intérieur, Errol Fonseka, a fait cette déclaration en répondant à une question d’avis privé du chef de l’opposition à l’Assemblée nationale du parti des Seychelles unies (États-Unis), Sébastien Pillay.

Fonseka a déclaré que les deux personnes, une femme de 36 ans originaire de Jordanie et un homme de 29 ans d’Égypte, ont été expulsées des Seychelles, un archipel de l’ouest de l’océan Indien, le mercredi 15 juin, à bord d’un vol Emirates Airline.

Le premier incident, au cours duquel 11 000 SCR (816 $) et 5 830 euros ont été volés à un bureau de change, a été signalé le mardi 24 mai, vers 15 h 50 au poste de police de Beau Vallon.

Le deuxième incident, où 1 200 euros ont été volés dans un bureau de change appartenant à la même société vers 17 heures, a eu lieu le même jour et a été signalé au poste de police de l’Anse Royale.

Les deux suspects ont été arrêtés le même jour à 22h48 dans un appartement du quartier d’English River.

Fonseka a déclaré que la décision d’expulser les deux suspects a été prise par le bureau du procureur général et le commissaire de police et que tout l’argent volé a été restitué à la victime.

« Je tiens à informer l’Assemblée que la décision prise par le bureau de l’AG dans son rôle de procureur et de police est une décision avec laquelle le gouvernement n’interfère pas et ne s’ingérera pas, conformément à l’article 76.4 de notre Constitution », a-t-il expliqué.

Gervais Henrie, vice-président, et député élu de l’Assemblée nationale pour le district central de Mont Buxton du parti au pouvoir Linyon Demokratik Seselwa (LDS), a posé des questions sur les conditions fixées pour la déportation et sur les raisons pour lesquelles la décision a été prise.

« Les deux ressortissants étrangers ne seront plus autorisés dans notre pays et, en outre, nous avons alerté d’autres autorités internationales afin qu’il y ait une piste à leur sujet. C’est un moyen de dissuasion que nous avons fait pour que ce genre d’incidents ne se reproduise plus. Les autres points qui auraient pu être pris en considération étaient les accusations qui porteraient les deux poursuites, le coût de l’emprisonnement et le moment où la victime recevrait le remboursement de l’argent », a déclaré Fonseka.

Il a ajouté que l’opération s’était déroulée très rapidement et n’a pas permis aux suspects de réagir.

« Cela a été fait pour envoyer un message que lorsque des étrangers viennent aux Seychelles s’ils commettent de tels actes, alors que nous les accueillons en tant que visiteurs et qu’ils franchissent la ligne, nous les traiterons très rapidement », a ajouté le ministre.

Johan Loze, un membre proportionnel du parti américain, a demandé si un effort avait été fait pour échanger l’Égyptien contre les hommes seychellois purgeant des peines de prison à perpétuité en Égypte.

« Les deux cas sont séparés et la gravité est différente et n’est pas dans mon domaine pour le commenter », a déclaré Fonseka.

Les trois Seychellois – Ronny Norman Jean, Yvon John Vinda et Dean Dominic Loze – ont été condamnés à mort par exécution le 7 avril 2013 après avoir été reconnus coupables de trafic de drogue. En 2015, leurs peines ont été commuées en emprisonnement à perpétuité. http://www.seychellesnewsagency.com/articles/16984/Robberies+at+money+changers++foreign+nationals+deported+from+Seychelles

Répondre
Obeguyx 12 juillet 2022 - 9:55

Darmanuche tient ces propos (ou promesses) afin de tenter d’apaiser son ennemi le rassemblement National. Mais n’ayant rien fait pendant bientôt 5 ans, que voulez-vous qu’il fasse maintenant, d’autant qu’on peut toujours voter un texte ou une loi, ce n’est JAMAIS appliqué. De plus, les juges (qui disposent en France d’un pouvoir de droit divin) ne suivent que leur idéologie personnelle.

Répondre
Dumond 12 juillet 2022 - 11:00

Comme d’habitude un « empilement » de textes : un problème : une nouvelle loi.
Mais, aucune action concrète …

Répondre

Laissez un commentaire