Accueil » Le Royaume-Uni supprime le bonus à l’achat des véhicules électriques

Le Royaume-Uni supprime le bonus à l’achat des véhicules électriques

par Romain Delisle

Mardi dernier, le gouvernement britannique a annoncé la suppression de la subvention de 1500 £, soit 1700 €, pour l’achat de véhicules électriques neufs. Celle-ci avait été instaurée en 2011 et avait pour objectif de préparer l’interdiction à la vente de voitures thermiques neuves à horizon 2030.

En mars dernier, l’Exécutif avait même engagé 1,6 M£ de crédits pour la construction de 300 000 bornes de recharges électriques à travers tout le pays. Il y a deux ans, le Premier ministre, Boris Johnson, avait promis 1,3 M£ en dix ans, pour augmenter le nombre de stations et bornes de recharge, 582 M£ d’aides à l’achat pour les ménages et 500 M£ pour financer la production de batteries.

Mais le 10 Downing Street a brutalement changé de braquet et décidé de limiter son soutien aux véhicules utilitaires, taxis, motos et camionnettes.

Alors que le Parlement européen a, d’ores et déjà, voté l’interdiction de la vente de véhicules à moteur thermique pour 2035, ce bon exemple d’atermoiements de l’action publique, néfaste au choix des consommateurs, puisque ceux-ci se retrouvent être finalement les dindons de la farce, illustre bien l’effet délétère des politiques dirigistes de développement durable. Plutôt que d’imposer quoi que ce soit, il est préférable de laisser le marché s’équilibrer tout seul, les véhicules électriques demeurant attractifs en l’état uniquement pour le quart ou le cinquième le plus aisé de la population.

 

You may also like

3 commentaires

Christian 22 juin 2022 - 6:08

Là au moins, le gouvernement britannique est cohérent. Il ne peut pas « en même temps » subventionner les voitures électriques et l’extraction du charbon et du gaz. Il choisit le charbon, pour remplacer les énergies russes.

Répondre
Serge GRASS 22 juin 2022 - 6:37

La généralisation des voitures électriques et une pure folie. Elle est d’autant plus folle qu’elle permet la construction de véhicules électriques de plus de 250 chevaux. Seules des voiturettes électriques dans les centres urbains pourraient se justifier afin de limiter la concentration des pollution dans les centres villes. La construction des batteries, que l’on ne sait toujours pas recycler, délocalise les pollutions, mais pour la planète le bilan n’est pas positif.

Répondre
Obeguyx 22 juin 2022 - 6:45

Bonne décision. En la circonstance il ne suffit plus d’être « sage », il faut désormais être « bon ».

Répondre

Laissez un commentaire