Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le parc privé parisien à nouveau dans le collimateur de la mairie

Le parc privé parisien à nouveau dans le collimateur de la mairie

par
290 vues

Les propriétaires sont décidément les victimes préférées de la mairie de Paris. Interviewé par le Journal du Dimanche, Ian Brossat, adjoint communiste d’Anne Hidalgo, détaillait un grand plan destiné à permettre à ceux qui travaillent à Paris d’y vivre. On ne saurait nier que les logements y sont bien chers en raison d’une forte demande et des taxes qui se répercutent sur les loyers, auxquelles s’ajoutent les effets pervers de l’encadrement.

Il faudrait diminuer les dépenses municipales, que la Cour des comptes et le Gouvernement ont déjà épinglées, et ainsi diminuer les impôts. La concurrence jouant, les loyers diminueraient et Paris serait plus accessible. C’est bien cela que prévoit Ian Brossat ?

Pas du tout. Constatant le besoin de loyers abordables, il propose d’augmenter la part de logements sociaux, d’y ajouter une part de logements intermédiaires avec des loyers de 20% inférieurs aux prix du marché, de « réguler » et « contenir les effets de la spéculation immobilière ». Dans les zones « d’hyper-déficit en logement social », comme le XVIe arrondissement, le taux de logements sociaux imposés pourrait passer de 30 à 50%. Diminuer encore l’offre de logements disponibles sur le marché privé risque pourtant de faire fortement augmenter les loyers des biens disponibles. Il ne s’agit là que de certaines zones de la capitale, mais que le reste ne s’inquiète pas, on a pensé à lui : Ian Brossat annonce un nouvel objectif de 40% de logements publics d’ici 2030, avec 30% de logements sociaux et 10% de logements abordables.

Ces annonces ont de quoi faire frémir, et nul ne peut espérer qu’elles ne soient pas réalisées, tant il est évident que les idéologies socialiste et communiste sont, à la ville de Paris, plus écoutées que la réalité.

Vous pouvez aussi aimer

1 commenter

Obeguyx 10 novembre 2022 - 5:09

Quand je vous dis que nous vivons en république bolchevique …

Répondre

Laissez un commentaire