Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le gouvernement revient sur la baisse de la durée d’indemnisation si le taux de chômage passe sous les 6%

Le gouvernement revient sur la baisse de la durée d’indemnisation si le taux de chômage passe sous les 6%

par
296 vues

Après l’adoption par le Parlement de la loi portant sur la réforme de l’assurance chômage en novembre dernier, le gouvernement doit encore promulguer, le 1er février, le décret détaillant le contenu du nouveau régime d’assurance chômage.

Celui-ci prévoit notamment une baisse de 25% de la durée d’indemnisation lorsque le taux de chômage est en-dessous de 9% ou lorsqu’il ne varie pas de +0,8 point en un trimestre. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que les intermittents du spectacle, connus pour leurs privilèges, ne sont pas concernés.

Initialement, un deuxième niveau de réduction du temps d’indemnisation des chômeurs, de l’ordre de 40 % lorsque le taux de chômage passe en dessous de la barre des 6%, était prévu. Mais devant l’ire des syndicats, la Première ministre, Elisabeth Borne, a annoncé mardi le retrait de la mesure.

La réforme est, à l’origine, fondée sur une idée louable : freiner les pénuries d’emplois en mettant fin aux désincitations au travail lorsque l’état du marché le permet. Le dispositif ne tient toutefois compte que des chômeurs à proprement parler et de non de l’ensemble des inactifs. Ni le RSA, ni l’aide au logement, ni la foultitude d’aides sociales existantes ne seront donc modifiées par les nouvelles règles.

La piste consistant à augmenter le temps minimum de cotisations à un an, contre 6 mois actuellement, n’a pas été non plus étudiée, laissant à la loi un gout d’inachevé. Notons également qu’à la fin 2024, la dette de l’Unédic est attendue à 50,4 Mds€, dont 18,4 Mds€ liés aux dépenses covid.

Même en laissant le bénéfice du doute au gouvernement sur le bien-fondé de sa logique, il demeure impossible de penser que cette réforme sera suffisante ; il est, en revanche, probable qu’elle ne soit pas la dernière, le sujet revenant régulièrement dans la vie politique française.

Vous pouvez aussi aimer

6 commentaires

Roven 6 janvier 2023 - 6:10

Quand ce gouvernement, pardon ce « président », va-t-il arrêter de promettre pour… agir ?
Jamais bien sûr, technocrate velléitaire, faisant le contraire de ce qu’il a dit la veille, mais comment supportons-nous cela ?

Répondre
Astérix 6 janvier 2023 - 11:48

Mais les français sont contents ??? Allez comprendre ???

Répondre
Dupond 6 janvier 2023 - 8:36

Comme d’habitude du temps perdu à l’assemblée , en suite chez pôle emploi et dans les bureaux de l’assedic
Qui va être capable de certifier ce chiffre de 6 % ?
Pendan ce temps les entreprises les plus importantes recrutent des intérimaires en fonction de leur besoins de production et éviter la complexité des procédures de licenciements Maximum d’emplois précaires dans les grandes entreprises, tout le monde trouve sont compte. Sauf le salarié qui doit être docile pour obtenir quelleques semaines plutard une nouvelle mission sur un autre poste de travail pour respecter le code du travail
On ne touche pas aux intermittents du spectacle , c’est évident les grands médias en abuse sans doute encore.
Par le passé un intermittant d’une grande chaine travaillais 4 mois et touchait des indemnités chômage ( caisse spéciale ) les 8 autres mois pour être repris l’année suivante . C’est à vérifier , qui ne dit rien consent .

Répondre
GHUS 6 janvier 2023 - 9:41

La réduction du temps d’indemnisation des chômeurs, de l’ordre de 40 % lorsque le taux de chômage passe en dessous de la barre des 6%, avait été adoptée en toute dernière minute en toute catimini. En réalité il n’en est rien. Je pense que le gouvernement a voulu se donner une mesure à abandonner aux syndicats dans le cadre des discussions sur la réforme des retraites.

Répondre
Astérix 6 janvier 2023 - 11:51

De toutes les façons, Macron et son gouvernement font, dans tous les domaines, n’importe quoi ! c’est de l’incompétence crasse ! Il n’y a rien à attendre de ces crétins. Puissent les français ouvrir les yeux, mais j’en doute ?

Répondre
PhB 7 janvier 2023 - 12:28

Juste un petit bémol
Facile de dire: manque de personnel on n’indemnise plus les chômeurs.
Il a des situations complètement débiles
Exemple vécu par ma fille il y a quelques années (à présent elle a trouvé un CDI).
Pole Emploi lui proposait une mission de six semaines à 200km de son domicile.
Situation dans ce cas précis, où au final vous PAYEZ pour aller travailler. C’est comme l’artisan travaillant à perte.
Vous ne convertissez pas un administratif en cuisinier en un claquement de droigt.
Donc déjà: pénaliser les personnes de la profession sous tension.
Le problème est bien plus profond que traiter tous les chômeurs de fainéants et profiteurs.
Faut re- industrialiser le pays, ne plus fiancer les multi- nationales qui font des profits exorbitants et de l’évasion fiscale. ET VIRER TOUT CES JEANFOUTRES de soit- disant fournisseur d’énergie, qui ne stockent rien et n’acheminent rien et bien sûr, n’assure pas le moindre SAV en cas de souci (fuite de gaz par exemple).
A+
PhB

Répondre

Laissez un commentaire