Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La Géorgie non plus ne veut pas être sous la botte russe

La Géorgie non plus ne veut pas être sous la botte russe

par
1 041 vues

Comme l’Ukraine, la Géorgie est en partie occupée par la Russie de Poutine. Depuis 2008, 20 % de son territoire, internationalement reconnu, est sous occupation militaire russe. Les Occidentaux ont laissé faire à l’époque et on connaît la suite. Poutine en a profité pour annexer la Crimée en 2014 et commencer à s’en prendre au Donbass la même année. Aujourd’hui, il essaie de s’emparer de toute la Géorgie. Pas (encore) militairement, mais par le biais d’un subterfuge politique, un projet de loi « sur la transparence de l’influence étrangère » que veut imposer le gouvernement du Rêve géorgien, le parti au pouvoir de l’oligarque Bidzina Ivanichvili, qui a bâti sa fortune dans la Russie des années 1990. Ce projet, qui avait déjà été proposé il y a un an avant d’être retiré, vise en réalité à museler l’opposition et les médias étrangers. Il est la copie conforme d’une loi similaire votée en Russie en 2012. D’ailleurs, les dizaines de milliers de manifestants géorgiens qui sont dans les rues ces jours-ci ne s’y sont pas trompés, ils disent se mobiliser contre la « loi russe ». Le but est d’empêcher la critique du pouvoir pro-russe en place et, par conséquent, du Kremlin. Avant 1990, dans pratiquement tous les pays de l’URSS, une loi de ce genre désignait comme « agent à la solde de l’étranger » toute personne ou organisation qui osait contredire la ligne du Parti. Aucune contestation n’était possible sans prendre le risque de devenir, selon la loi, un « traître à la patrie ».

Selon les sondages, plus de 85 % des Géorgiens sont pro-européens et souhaitent un rapprochement avec l’Occident. Il faut espérer que tous ceux qui manifestent seront entendus et auront gain de cause.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

9 commentaires

Anne 1 mai 2024 - 10:01

Cette loi sur la transparence de l’influence étrangère s’applique-t-elle aussi à l’influence russe ? Ce serait amusant.

Répondre
Bruno 1 mai 2024 - 6:12

Selon les sondages, plus de 85 % des Géorgiens sont pro-européens…………………..

Quels sondages, bidouillés comme en france ?

Si les sondages disent vrai, je plains les Géorgiens qui n’ont apparemment aucune idée dans quoi ils risquent mettre leurs pieds.

Répondre
Nicolas Lecaussin 2 mai 2024 - 10:27

Bizarrement, ils ne voient pas beaucoup d’Européens fuir l’Europe et se réfugier en Russie ou chez eux.

Répondre
COURTOUX bruno 1 mai 2024 - 11:09

marrant tout de même comme vous racontez les choses!!
le projet de loi demande simplement de déclarer si on reçoit plus de 20% de ses fonds de l’étranger. C’est une très bonne loi et je la souhaite pour nous aussi…..
marre des révolutions de couleur téléguidées par les Soros boys et les USA.
85% favorable à l’europe, la bonne blague!! par qui à été élu Ivanichvili?????

Répondre
Nicolas Lecaussin 2 mai 2024 - 10:26

Vous pouvez très bien en profiter en Russie de cette loi. Si vous critiquez le Kremlin, c’est que vous êtes un agent étranger, vous risquez 7 ans de colonie pénitentiaire. Bon courage !

Répondre
louis 2 mai 2024 - 8:32

la georgie ne veut pas etre sous la botte russe ? ça tombe bien les russes ne peuvent pas les blairer et les ont toujours traiter de « voleurs de chevaux  » c’est dire !😆

Répondre
Nicolas Lecaussin 2 mai 2024 - 10:21

raison de plus de les laisser tranquilles !

Répondre
Grinderdo 2 mai 2024 - 10:40

Il-y-a quand même une petite contradiction. Si 85% des Géorgiens sont pro-européens, comment se fait-il qu’ils ont élu avec une large majorité un parti pro-russe?

Répondre
Nicolas Lecaussin 2 mai 2024 - 11:51

Parce qu’il n’était pas pro-russe ! Son programme était pro-occidental et pro-OTAN ! Ils ont changé de bord, comme Ianoukovitch en Ukraine…

Répondre