Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Nouvelle-Calédonie, Etat d’urgence, TikTok – Les revenus provenant des avoirs de la Russie gelés dans l’UE

Nouvelle-Calédonie, Etat d’urgence, TikTok – Les revenus provenant des avoirs de la Russie gelés dans l’UE

par
539 vues

Nouvelle-Calédonie

Emmanuel Macron a décollé hier soir pour se rendre en Nouvelle-Calédonie, secouée depuis huit jours par émeutes, pillages et incendies en réaction à un projet voté à l’Assemblée de réforme constitutionnelle en vue d’un « dégel » du corps électoral pour les seules élections provinciales de ce territoire de 225.000 habitants à 17.000k m de la métropole, au profit des résidents arrivés entre 1998 et 2014. Le président de la République compte y présider l’installation d’une mission de consultation visant à trouver une issue politique, tandis que gendarmes et militaires s’emploient, difficilement, à reprendre le contrôle de la situation. L’Elysée a souligné que le retour à l’ordre était le préalable à tout dialogue ». Paris affirme que la situation est en train de s’améliorer, même si sur le terrain les barrages éliminés par les gendarmes mobiles sont généralement rétablis par les insurgés peu après.

L’état d’urgence a été instauré pour douze jours mercredi dernier, et son prolongement au-delà nécessiterait une saisine de l’Assemblée nationale et du Sénat avant qu’il vienne à expiration. Des parlementaires de tous bord, y compris de la majorité présidentielle, notamment la maire de Nouméa, Sonia Lagarde, ont appelé à une suspension du texte, qui doit être validé par le Congrès d’ici fin juin selon le calendrier fixé par l’Elysée, ce que fustigent certains convaincus que cela constituerait une victoire pour les émeutiers. Par ailleurs, l’exécutif a fait suspendre le fonctionnement du réseau TikTok utilisé par les émeutiers pour se coordonner, mesure contestée par des défenseurs de la liberté d’expression devant le Conseil d’Etat, qui devait rendre son verdict mardi soir. La suspension d’un réseau social tout entier, au demeurant facile à contourner via VPN, est à peu près sans précédent dans un pays occidental.

Russie/Ukraine

Les vingt-sept ministres des Affaires européennes de l’Union européenne ont validé, mardi, lors d’une réunion à Bruxelles, un accord de principe trouvé le 8 mai pour saisir les revenus provenant des avoirs de la Russie gelés dans l’Union afin d’armer l’Ukraine. Cela devrait permettre de dégager entre 2,5 et 3 milliards d’euros par an en faveur de Kiev. Cet accord intervient au moment où les Etats-Unis pressent leurs partenaires du G7 d’utiliser cette manne, mais selon des modalités différentes. Les ministres des Finances du G7 qui se réunissent à partir de jeudi à Stresa en Italie discuteront d’un plan américain visant à accorder à l’Ukraine jusqu’à 50 milliards de dollars de prêt garanti par les futurs bénéfices générés par les actifs russes immobilisés. Il reste toutefois encore des questions à régler pour le plan américain, notamment la question du pays émetteur de la dette, ou encore la répartition des risques et des remboursements. Certains proposent de confisquer carrément les actifs russes simplement gelés, d’un montant de 600 milliards de dollars environ, mais cela poserait des problèmes juridiques quasi insurmontable et créerait un précédent dangereux, qui ouvrirait la voie à de confiscations ultérieures au détriment d’autres pays pour des faits moins graves que ceux commis par le régime russe, voire pousserait de nombreux pays à retirer leurs réserves des pays occidentaux, même si, de facto, ils ne disposent pas de beaucoup de solutions de repli. Par ailleurs, le Kremlin a annoncé des simulations d’exercices nucléaires tactiques à proximité de l’Ukraine, suivant sa stratégie d’intimidation bien rodée.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire