Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La « droite civilisationnelle » devrait se rebaptiser « libérale-conservatrice »

La « droite civilisationnelle » devrait se rebaptiser « libérale-conservatrice »

par
778 vues

Dans une tribune collective parue dans Le Figaro du 1er mai 2023, Éric Zemmour, Marion Maréchal et Guillaume Peltier ont appelé à constituer une coalition des droites (Reconquête, RN et LR) afin de contrer la NUPES, créée il y a tout juste un an (mai 2022). On peut en fait voir cette tribune comme un plaidoyer pour la « droite civilisationnelle », définie par Nicolas Bay (Reconquête, ancien membre du Rassemblement National) comme une droite « défendant notre identité, les libertés économiques (nous soulignons) et un conservatisme assumé ». S’agit-il d’un phénomène strictement français ? Assurément non, les signataires de la tribune se référant explicitement à l’émergence d’une telle droite en Pologne, en Autriche, en Hongrie, en Italie et dernièrement en Finlande.

Que penser de cette tribune ? Saluons déjà le fait que la droite française veuille enfin clairement prendre ses distances par rapport à la gauche – la droite française, écrivait Pascal Salin dans Français, n’ayez pas peur du libéralisme (2007), « fait de la sous-enchère, c’est-à-dire qu’elle se contente d’atténuer les propositions de la gauche au lieu d’en prendre le contre-pied ». Saluons aussi certaines bonnes propositions (« rétablissement de la sécurité partout et pour tous », « rejet de la tyrannie des minorités et du wokisme dans nos écoles », et même « baisse des impôts et des taxes pour augmenter les salaires », « récompense du travail et (…) lutte contre l’assistanat »). Mais critiquons aussi certaines propositions excessives et démagogiques comme le « refus de l’immigration » : ce qui est critiquable, ce n’est pas l’immigration en tant que telle, qui doit rester un droit si un employeur et un employé immigré s’entendent contractuellement et respectueusement des lois de la République. Ce qui l’est, c’est d’encourager l’immigration de masse, aux frais du contribuable, à travers la générosité sans bornes de notre « modèle social ».

Il est regrettable à vrai dire que les signataires de cette tribune aient recours au pompeux adjectif « civilisationnel » pour parler d’une droite qu’ils auraient pu qualifier tout simplement de libérale-conservatrice. (Car il y a bien un peu de libéralisme dans leur programme !) On imagine bien qu’ils ne l’ont pas fait notamment en raison de la connotation négative du mot « libéral » dans notre pays. Mais plus certainement ils n’ont pas intégré le fait que le libéralisme est plus que l’économie de marché. Il repose sur la confiance dans l’individu plus que dans les gouvernements. Il est une éthique en ce sens qu’il permet aux individus de réaliser leurs fins dans leur respect mutuel. Il l’est aussi parce que le marché lui-même rend aux individus leur responsabilité, leur donne la récompense de leurs initiatives et par là même leur permet de retrouver leur dignité autant que la capacité de vivre mieux. Il faut encore un effort pour être une droite civilisationnelle.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

2 commentaires

Astérix 8 mai 2023 - 9:09

Toutes les droites auraient du s’unir depuis des années, à la condition de mettre en place un véritable régime libéral avec une BAISSE MASSIVE DES DÉPENSES PUBLIQUES. Il ne s’est rien passé et il ne se passera rien car il y a au maximum 20 % de français qui seraient d’accord ! Les 80 % ne sont que d’affreux socialoverdocommunistes.
Les LR ont toujours été socialistes et ils ne changeront pas car il faudrait qu’ils soient intelligents ! on en est très loin !?

Répondre
AlainD 9 mai 2023 - 1:56

Tous les « bien-pensants » n’ont de cesse de stigmatiser le RN, qualifié d’extrême-droite mais bien peu voient dans la NUPES poindre l’extrême-gauche ainsi que la flagrante démagogie d’un parti soi-disant Vert cachant son autoritarisme.

Répondre