Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La Cour des comptes étrille le millefeuille territorial francilien et la métropole du Grand Paris

La Cour des comptes étrille le millefeuille territorial francilien et la métropole du Grand Paris

par
890 vues

La semaine dernière, la plus haute juridiction financière française s’est livrée à une attaque en règle de la métropole du Grand Paris (MGP), qui regroupe 130 communes de la petite couronne ainsi que la capitale.

Créée en 2016, l’organisation intercommunale de Paris et de sa proche banlieue se découpe désormais en six niveaux : les arrondissements parisiens, les communes, les établissements publics territoriaux (EPT, aussi appelés territoires), les départements, la MGP et, pour finir, la région.

Les communes, hormis Paris, sont membres à la fois des EPT et de la MGP, ce qui rend complexe l’organisation institutionnelle et financière de la MGP, et crée un micmac global entravant les effets des politiques publiques locales.

Sortant, pour une fois, de sa diplomatie habituelle, la Cour note qu’« après six ans d’existence, la métropole peine à s’affirmer dans l’exercice de ses missions les plus stratégiques ». En somme, il s’agit d’un échelon qui multiplie les centres de décisions, brisant la vigueur de sa propre action lorsqu’il ne fait pas double emploi avec les autres strates de collectivités.

Ce n’est pas la première fois que la MGP est brocardée pour son inutilité : en son temps, Patrick Devedjian avait réclamé sa suppression et l’ancien sénateur de Seine-Saint-Denis, Philippe Dallier, avait, lui aussi, rédigé un rapport à charge.

Si l’on excepte le cas des arrondissements parisiens, deux ou trois échelons pourraient disparaître si la MGP était supprimée ou bien si elle absorbait les compétences des départements et de ses territoires.

Au-delà du cas parisien, c’est l’ensemble du mouvement d’intercommunalisation et de métropolisation qui a été incapable de rationaliser la dépense publique locale, ajoutant une couche au millefeuille sans en supprimer aucune.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

4 commentaires

Laurent46 31 janvier 2023 - 7:59

Métropole du Grand Paris ! faites le tour de la France toutes les Métropoles sont dans le même état d’endettement et dans une continuité maladive de dépenses pharaoniques jusqu’à se faire la guerre mutuelle pour accueillir des centres d’entraînements de foot avec des terrains extérieurs chauffés pour que les footeux marchent sur du velours alors que l’on impose ou pas compte tenu du pris de l’énergie de chauffer moins et de payer toujours plus pour une minorité et le plaisir des politiques qui se payent des loges aux frais des contribuables, et que dans le même temps des écoles ferment par manque de chauffage. La guillotine devrait faire son retour pour toute cette sale bande mafieuse qui n’en a que faire de la population.

Répondre
Astérix 31 janvier 2023 - 8:44

Les usines à gaz mises en place permettent à nos dirigeants incapables de noyer le poisson et de jeter l’argent par les fenêtres sans que les con..tribuables s’en aperçoivent.
Il faut défaire tous ces mille-feuilles parfaitement inutiles et couteux.
Le français en majorité n’a rien compris et se fait plumer jusqu’à la faillite finale, sans bouger ? !
Pauvre France !

Répondre
GHUS 31 janvier 2023 - 10:41

Il faut bien occuper à discuter et ne rien décider et rémunérer tous ces élus.

Répondre
AlainD 1 février 2023 - 10:40

La création de structures superfétatoires est un mal bien français, on dilue les responsabilités, on embauche du personnel sûrement bien payé pour des jobs pas trop fatigants et comme tout cela coûte beaucoup d’argent, on taxe, on impose. Sans compter les guerres de petits chefs : tout marquis veut avoir des pages…(Jean de La Fontaine)
C’est là un contre-exemple flagrant de l’idée de simplification.

Répondre