Accueil » Jour du dépassement : WWF applaudit à la planification écologique

Jour du dépassement : WWF applaudit à la planification écologique

par Adélaïde Motte

Le 5 mai marquait cette année le “jour du dépassement” pour la France, c’est-à-dire le jour où nous aurions consommé l’ensemble des ressources produites par la Terre en un an si tous les pays du monde consommaient autant que la France. Un peu comme le jour où l’on a consommé tout son salaire mensuel. Il est calculé chaque année par WWF, une organisation non-gouvernementale écologiste spécialisée dans la protection de la faune et de la flore. Elle explique que le jour du dépassement français arrive chaque année un peu plus tôt, mais qu’il existe des solutions. Il faudrait diviser par deux l’utilisation de pesticides, consacrer le quart des terres cultivées au bio, diminuer la consommation de protéines animales de 20%, accélérer le développement des énergies renouvelables.

La consommation excessive des ressources de la planète n’est pas une bonne nouvelle, mais les solutions de WWF ne sauraient être prises au sérieux. L’agriculture biologique ne peut pas nourrir suffisamment de monde, comme le montre l’exemple du Sri Lanka, et augmenter sa part dans les terres cultivées laisserait plusieurs solutions, dont aucune ne serait satisfaisante : importer plus de nourriture, ce qui, en plus d’être ridicule de la part d’une terre aussi fertile que la France, ne serait pas écologique, accepter que certains Français ne mangent plus à leur faim, ou augmenter considérablement les terres cultivées, rognant ainsi sur les terrains destinés aux industries, aux logements ou aux commerces et services. Si les Français acceptaient de consommer moins de produits d’origine animale, ils devraient également prendre des compléments alimentaires, qui ne sont pas connus pour économiser les ressources de la terre.

L’incitation au développement des énergies renouvelables, elle, ne semble pas prendre en compte les matériaux, contenant des métaux rares, nécessaires à ces énergies peu productives. Le monde de WWF est manifestement constitué de champs d’éoliennes et de champs d’agriculture biologique sans pesticides ravagés par les nuisibles. Avec de la chance, il restera de la place pour quelques immeubles peuplés de familles frigorifiées et affamées.

You may also like

5 commentaires

JR 5 mai 2022 - 8:47

Bonjour, SVP, il serait intéressant de remonter à l’arborescence financière de WWF.
Greenpeace & WWF sont-elles suspectées de complicité avec une puissance étrangère ? https://climatetverite.net/2022/03/04/on-a-retrouve-des-financements-dongs-par-gazprom/ . Merci . Bien à vous

Répondre
Laurent46 6 mai 2022 - 5:03

Tout ce qu’il faut pour affamer et anéantir un pays. C’est le seul objectif de tous ces extrémistes écolos

Répondre
Teisserenc 6 mai 2022 - 10:07

L’inquiétude principale : trop d’hommes sur le globe. La nature semble commencer son travail : limiter la croissance humaine par des contre-mesures, le sida, le covid et/où d’autres régulateurs à venir.
Voire arrêter ce phylum vraiment devenu dangereux pour l’avenir et le remplacer par l’apparition d’autres individus plus doués.
À moins que quelques bombes atomiques ne règlent le problème : méthode suicidaire assez dans le style humain.

Répondre
Dudufe 6 mai 2022 - 10:42

Cherchez pas docteur c’est uniquement de l’écologie !

Répondre
Christian 6 mai 2022 - 3:26

L’indice de WWF est inutile, consommateur d’énergie, et sans aucun intérêt. Il filtre 3 millions de données suivant une idéologie propre, sans regarder la réalité. Cultiver des radis ou des tomates ne sont pas pris en compte, comme toute intervention humaine. L’objectif est de mesurer l’écart de la nature par rapport à l’état sauvage. Pire, la diminution du taux atmosphérique de CO2, réellement mesuré, depuis les bombardements en Ukraine n’est pas prise en compte non plus. Pour la première fois depuis 60 ans, le taux de CO2 sur l’ensemble de la planète diminue.
https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6918113755436363776/
Cet indice ignore totalement la stabilisation du taux de CO2 atmosphérique depuis le début des bombardements.
On se demande donc que mesure cet indice, à part l’idéologie de WWF.

Répondre

Laissez un commentaire