Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » Face à la crise économique, le gouvernement vénézuélien libéralise l’économie

Face à la crise économique, le gouvernement vénézuélien libéralise l’économie

par Gabriel Collardey

La révolution chaviste a été trahie ! Maduro et son gouvernement, devant l‘ampleur de la crise économique, ont été obligés de libéraliser l’économie. Ainsi, les entreprises d’État déficitaires ont été privatisées ainsi que les supermarchés. Conséquence immédiate, les rayons sont à nouveau fournis, les supermarchés sont désormais alimentés en électricité et vendent des produits frais. Alors que depuis des années les Vénézuéliens devaient faire la queue pour avoir accès à la nourriture, voilà qu’ils n’y sont plus obligés. Autre conséquence directe sur l’économie, le pays a renoué avec la croissance après 8 ans de récession. Le gouvernement, sous l’impulsion de son ministre de l’Économie, pratique, depuis le début de l’année, une politique de libre-échange avec ses voisins, les frais de douane sont en diminution et les frontières sont de nouveau ouvertes au commerce. Par ailleurs, les monnaies étrangères sont acceptées dans le pays, les citoyens peuvent payer en euro ou en dollar, ce qui est un soulagement pour la population tant la monnaie locale ne valait plus rien avec l’hyperinflation. Cette libéralisation a permis à des milliers de Vénézuéliens de reprendre une activité économique, les pénuries étant plus rares. Le pays qui a tant souffert du chavisme semble reprendre son souffle. Le président Maduro tente de regagner le soutien de la population tout en montrant patte blanche à la communauté internationale. Par ces décisions, il acte la faillite du socialisme et il admet que le libéralisme économique est la seule voie possible vers la croissance et la richesse. Cependant, la presse française et Mélenchon, grands admirateurs du chavisme, sont étrangement silencieux.

You may also like

1 commenter

Obeguyx août 25, 2021 - 10:02

Face à la crise économique, le gouvernement vénézuélien libéralise l’économie
Ouf ! on y arrive. Cela s’appelle la réactivité. Le Vénézuéla l’a fait, nous pas encore. Je parle bien sûr de moins d’Etat, pas de dénationalisation.

Répondre

Laissez un commentaire