Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Enfants transgenres : le Royaume-Uni en alerte

Enfants transgenres : le Royaume-Uni en alerte

par
284 vues

Le National Health Service annonçait le 29 juillet denier la fermeture au printemps 2023 de son seul centre d’accompagnement pour enfants transgenres, le Tavistock Center. La décision a été prise après la publication d’un rapport indépendant commandé par le système de santé britannique et dirigé par Hilary Cass, ancienne présidente du Royal College of Pediatrics and Child Health. Il y est notamment reproché à l’institut d’administrer des bloqueurs de puberté et de procéder à des injections d’hormones dès l’âge de dix ans, ainsi que d’encourager sans discernement la transition vers le sexe opposé. De nombreux enfants et adolescents ont ainsi été poussés à subir ces lourds traitements aux effets parfois irréversibles.  Sur le plan physique comme, peut-être, sur le plan neurologique : une étude de 2019 menée par le professeur Peter Jones, neurologue au Wolfson College de l’université de Cambridge, avait montré que le cerveau humain n’atteint sa maturité que vers l’âge de trente ans. Il serait irresponsable de ne pas tenir compte de ce genre de travaux.

Le rapport souligne également l’augmentation alarmante du nombre de patients, passés d’environ 250 par an au début des années 2010 à plus de 5000 en 2021. Si la fermeture du Tavistock Center est le signe d’une prise en compte sérieuse des conséquences d’une transition de sexe chez des êtres trop jeunes – le recul permet maintenant de l’affirmer, elles peuvent être dramatiques –, la plus grande vigilance doit continuer à s’exercer : le NHS prévoit l’ouverture de nouveaux centres spécialisés dans la dysphorie de genre avec cette fois un accompagnement psychologique sur le long terme, contrairement à ce que proposait le Tavistock Center. Espérons que la science médicale parviendra à traiter ces patients avec toute la prudence et le discernement qui s’imposent d’urgence avant que l’idéologie woke, qui joue un rôle certain dans cette vague d’aspirations transgenres, ne fasse des dégâts qui risquent d’être les plus graves de tous.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

Laurent46 18 août 2022 - 4:06

La grande connerie de la nouvelle société ! Ce sont des gens à enfermer à vie

Répondre
Obeguyx 18 août 2022 - 8:36

Tiens, une bonne nouvelle. Le cerveau n’atteignant sa maturité qu’à l’âge de trente ans, il serait bienvenu de repousser en France l’âge du droit de vote à ce chiffre. Ainsi, le pourcentage de non votants baisserait sensiblement car c’est dans la tranche des 18 / 30 ans que l’abstention est la plus nombreuse. Nous avons eu la preuve, lors du dernier quinquennat que parfois la maturité cérébrale n’était pas atteinte à 45 ans. Affaire à suivre car il ne semble qu’en ce qui concerne le nouveau quinquennat il y ait eu quelques avancées intelligentes de ce côté là.

Répondre
montesquieu 18 août 2022 - 9:34

Ce monde est devenu fou! Ce que les nazis n’ont pas pu mener à « bien », la nouvelle société (de moins en moins soft) est en train d’y arriver. Et tout le monde refuse de le voir pour ne pas être traité de « sous être humain » par les bienpensants donneurs de leçons se considérant comme une élite!

Répondre
Almaviva 19 août 2022 - 6:33

Très bien, espérons que cette disposition deviendra, pour l »ensemble des pays, la norme ! Il faut vraiment lutter contre cette idéologie du genre ; leurs adeptes sont totalement fous ! le wokisme doit être combattu avec sévérité Hélas, notre Jupiter national ne partage pas ce point de vue, dommage !!

Répondre

Laissez un commentaire