Accueil » Emmanuelle Wargon veut réformer le marché locatif mais oublie l’essentiel

Emmanuelle Wargon veut réformer le marché locatif mais oublie l’essentiel

par François Turenne

Dans une interview à Capital, la ministre du logement donne les axes de sa dernière réforme du quinquennat en faveur de la location abordable. La ministre fait le constat, juste, que le marché locatif est aujourd’hui tendu, les prix augmentant très rapidement notamment dans les métropoles et l’offre peinant à suivre.
Pour répondre à l’augmentation des prix, la ministre propose de stimuler l’offre en construisant plus. Certes, mais si c’est pour construire encore plus de logements sociaux qui faussent le marché et ne stimulent pas l’offre, cela ne servira pas à grand-chose. Emmanuelle Wargon propose aussi de réformer le dispositif « Louer abordable » qui vise à inciter les propriétaires à louer leurs biens en-dessous du prix du marché, à des locataires à petits revenus, en échange d’un abattement fiscal. Un dispositif qui est peu utilisé car technocratique et complexe. Le réformer est peut-être une bonne idée, mais on attendait beaucoup plus de la part de la ministre du logement. A commencer par une analyse lucide de la situation des propriétaires.
Avec la loi climat et résilience, le gouvernement a accru le nombre d’obligations relatives à l’environnement et à la consommation énergétique, générant de facto des coûts très importants pour les propriétaires. Par ailleurs, le droit français protège plus le locataire que le propriétaire. Dans de nombreuses villes les loyers sont désormais très encadrés. Enfin, parlons de la fiscalité sur les loyers qui peut aller jusqu’à 66,3% du loyer perçu ( CSG comprise). Comment dans ces conditions ne pas comprendre la frilosité de certains propriétaires à mettre leurs biens en location ? Comment s’étonner que certains préfèrent la location courte durée (Airbnb) plus rentable et moins complexe administrativement ?
Décidément, Emmanuelle Wargon a une vision étatiste des choses, alors qu’il conviendrait de laisser toute sa place au marché pour régler bien des problèmes.

You may also like

5 commentaires

zelectron 18 octobre 2021 - 7:23

Emmanuelle Wargon veut réformer le marché locatif mais oublie l’essentiel
Emmanuelle Wargon: liquider les maisons individuelles, lapsus plus que révélateur d’un marxisme-léninisme à fleur de peau (pot de chambre?) avant de se reprendre sans l’ombre d’une excuse !

Répondre
Obeguyx 18 octobre 2021 - 9:40

Emmanuelle Wargon veut réformer le marché locatif mais oublie l’essentiel
Un irresponsable ne s’excuse jamais ou à tort (Macron par exemple, 1° crétin de France). L’immobilier dans son ensemble avait, à peu près, trouver son équilibre avant l’avènement du Miterrandisme. Tout s’est ensuite rapidement dégradé. En passant par le triste sire De Charette, le clou fut la loi Duflot (du flou ou ducon comme vous voulez) et depuis on ne cesse de surenchérir dans la bêtise la plus crasse. Le plus étonnant, c’est que lorsque la droite revient aux manettes, elle n’abolit jamais les âneries des prédécesseurs, mais les conforte. La droite est devenue, au fil du temps, une gauche molle. Parmi les politiciens d’aujourd’hui, il n’existe aucun Français digne de ce nom, pas plus de démocrates, ni de républicains non plus. Le conflit approche plus vite que nous le pensons et les pendules seront remises à l’heure, hélas dans un bain de sang pratiquement inévitable. Le problème est maintenant de savoir de qui le sang va couler.

Répondre
ambelouis 18 octobre 2021 - 12:02

Emmanuelle Wargon veut réformer le marché locatif mais oublie l’essentiel
De fait, tout au long des dernières années, …devenir propriétaire d’un logement que l’on destine à la location ( placement pour sa retraite en général) … devient un territoire de nantis à qui l’on doit presser le citron, tant du point de vue administratif, règlementaire ou fiscale…etc…
Telles sont les contraintes et charges encadrées, sans compter les charges syndicales et de gestion puis autres travaux qui reviennent aux propriétaires…
Finalement en fin de bilan personnel de l’année, on perd de l’argent tout en étant considéré comme un nanti….en provocant des jalousies souvent infondées…
Mais juger et critiquer est bien cette auto défense en France qui défoule les « innocents »…
Alors, investir dans des voyages pour découvrir le monde me parait un juste investissement en fin de vie, pour profiter de ses ressources durement acquises par 45 années de travail…
A près tout, on ne vit qu’une seule fois et l’on n’est plus un capitaliste, mais un être curieux de découvrir

Répondre
François THEOBALD 18 octobre 2021 - 8:53

Emmanuelle Wargon veut réformer le marché locatif mais oublie l’essentiel
Pour baisser le prix des loyers il faut :
(1) décentraliser l’économie et les activités vers les villes moyennes et petites et même les villages comme cela se fait dans d’autres pays européens. Les prix des terrains y sont moins chers, les dépenses en infrastructures sont moindres (trottoirs, égouts, transports etc…), les impôts locaux peuvent être réduits (mais ce n’est malheureusement pas toujours le cas dans les municipalités socialistes en particulier)
(2) Favoriser l’accession à la propriété (ce que n’a pas fait Mme Boutin quand elle était au pouvoir ! ).
(3) Supprimer cette aberration qui consiste à créer un quota de logements sociaux.
(4) Renoncer à la densification des zones urbanisées. La densification des zones urbanisées est typiquement la fausse bonne idée. Densifier > augmentation du coût des infrastructures > augmentation du prix de revient du m² construit > augmentation du loyer.
(5) Augmenter la superficie des zones constructibles disponibles, seul moyen de baisser les prix des terrains à bâtir > baisse du coût de la construction > baisse des loyers
(6) Cerner mieux la politique de contrôle des terrains agricoles par les SAFER. En raréfiant les terrains disponibles à la construction pour les réserver exclusivement à l’agriculture, les SAFER ont provoqué l’augmentation du prix des terrains constructibles disponibles même dans les campagnes. La raréfaction des terrains disponibles A LA CAMPAGNE empêche les usines de s’installer à la campagne et la boucle est bouclée > on croyait l’exode rural un épisode regrettable du 19è siècle, car les emplois agricoles ou liés à l’agriculture n’absorbent plus la population en âge de travailler. En fait l’exode rural se poursuit au 21è siècle. Les statistiques montrent que de très nombreux villages voient leur population encore diminuer alors qu’il faudrait complètement changer le sens de la démographie rurale.

Répondre
Astérix 25 octobre 2021 - 10:41

Emmanuelle Wargon veut réformer le marché locatif mais oublie l’essentiel
Quand je disais que les femmes en politique étaient aussi nulles que les hommes !
Une catastrophe Nationale de plus !
Elle s’en tient une sacrée couche.

Répondre

Laissez un commentaire