Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Cour des comptes : le Pass Culture, trop cher et pas assez qualitatif

Cour des comptes : le Pass Culture, trop cher et pas assez qualitatif

par
901 vues

La Cour des comptes vient de rendre un avis sur l’élaboration et l’usage du Pass Culture. En décembre 2022, le Pass Culture comptait 2,6 millions de jeunes bénéficiaires depuis son lancement. Si les politiques se félicitent de l’achat massif de livres grâce au Pass, la Cour des comptes précise qu’il y a « une forte prépondérance des mangas », ce qui, excusez du peu, n’a rien à voir avec de la littérature. Les réservations sont également deux fois plus importantes pour les cinémas que pour les musées, et a priori ce n’était pas pour des rétrospectives de Hitchcock. Convenons donc en toute honnêteté que le Pass Culture devrait s’appeler le « Pass divertissement ». Pour ce qui est de la culture, la vraie, rappelons aimablement que l’accès aux monuments nationaux est gratuit jusqu’à 25 ans.

La mise en œuvre de cette nouvelle prestation sociale pose également problème, en particulier le « contrôle de la chaine de la dépense publique et le recours à des consultants extérieurs dans des conditions discutables ». La Cour dénonce un « manque de traçabilité du service fait et de mémoire administrative ». Et toute mauvaise gestion publique a besoin d’un bon payeur, le contribuable : « L’échec du modèle économique pressenti qui devait permettre d’associer des financements privés à hauteur de 80% et publics à hauteur de 20% a conduit l’Etat à assumer finalement seul la charge de cette politique, qui est montée en charge progressivement et devrait représenter des dépenses de l’ordre de 273 millions d’euros par an au minimum ». Cela sans compter « les extensions du périmètre régulièrement annoncées, qu’il s’agisse des quelque 20 000 jeunes Français de l’étranger de 18 ans (soit une dépense potentielle de 6 millions) ou de l’extension de la part collective aux apprentis (qui représentent une population potentiellement éligible de 350 000 jeunes) ». Et quitte à être exhaustif sur le coût du Pass Culture, rappelons que la SAS Pass Culture compte 150 personnes, bientôt 183, pour une masse salariale de 7,80 millions d’euros en 2022.

Les magistrats de la rue Cambon soulignent un autre point très important : ce Pass « repose sur une analyse à la fois politique et sociologique qui met en avant, comme principal frein d’accès à la culture, la barrière financière ». Les conclusions que l’on peut tirer de l’utilisation du Pass Culture sont évidentes : non, les adolescents ne rêvent pas de lire Flaubert, d’écouter Verdi et de visiter Chenonceaux. Vouloir le bien d’autrui, c’est commencer par le regarder en vérité, sans fantasmes. Le véritable obstacle à la culture, ce n’est pas l’argent.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire