Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Compétitivité fiscale : la France est à la dernière place !

Compétitivité fiscale : la France est à la dernière place !

par
264 vues

Dans le dernier Index de la compétitivité fiscale, réalisé par la Tax Foundation, la France est à la dernière place : 38e (voir le tableau plus bas). En tête du classement, parmi les pays les plus compétitifs fiscalement, on trouve l’Estonie, la Lettonie, la Nouvelle-Zélande et la Suisse. L’Allemagne est à la 15e place. Ce classement qui compare l’IR, l’IS, la TVA, l’impôt foncier et aussi l’instabilité fiscale dans 38 pays membres de l’OCDE, ne doit pas nous étonner. Notre pays a toujours une pression fiscale beaucoup trop élevée, sur les entreprises comme sur les particuliers. Nous avons l’IFI (Impôt sur la fortune immobilière), une forte progressivité de l’IR, l’impôt sur les transactions financières et sur les successions, etc. Comme l’IREF vient de le démontrer, la suppression de la taxe d’habitation a aggravé la pression fiscale sur les propriétaires qui sont parmi les plus taxés des pays comparés. Tout cela fait de la France un véritable enfer fiscal.

L’Estonie obtient le meilleur indice, car, premièrement, elle a un taux fixe d’imposition à 20% sur les sociétés, et, deuxièmement, elle a un impôt forfaitaire (flat tax) de 20 % sur le revenu des particuliers. Autre avantage fiscal estonien, son impôt foncier ne s’applique que sur la valeur du terrain, et non sur celle du bien immobilier. Pour arriver en tête, la route sera très longue pour la France, et encore faut-il qu’elle souhaite l’emprunter. Ce serait bien qu’elle essaie déjà de ne plus être dernière…

 

Vous pouvez aussi aimer

5 commentaires

Laurent46 3 novembre 2022 - 5:38

Rien de nouveau pour la dernière place de, je préfère « la République » à la France. Tout comme cette République est à la première place pour le financement, l’assistanat et les grosses rentes à vie des fainéants et des destructeurs de la France.

Répondre
Astérix 3 novembre 2022 - 8:09

Toujours les mêmes raisons que l’on ne veut pas voir !?
Tant que nous aurons 70% du P.I.B. en dépenses publiques au lieu de 30 % du P.I.B. la France ne risque pas de remonter d’une place !
Si vous ajoutez, entre autres, 100 milliards d’impôts cachés : Le poids des normes administratives, vous avez le Pays le plus con du monde !

Répondre
nanard 3 novembre 2022 - 8:51

ça alors ! Mois qui croyais que nous étions une grande nation… la 6 ème puissance économique mondiale (dixit nos élites fabuleuses). J’ai cherché quelle était la réalité et j’ai trouvé : en fonction des sources, nous sommes entre la 29 ème et la 35 ème place en considérant le PIB par habitant. Ce qui est cohérent avec par exemple le budget de la justice, où nous sommes à égalité avec certains pays de l’est….. Notre économie est tellement dégradée car sans industrie, que l’état doit emprunter pour maintenir son train de vie : pour 2023 une levée de 270 milliards d’euros est prévue pour un budget de 520 (sans commentaire). Un article à paraître (ou paru) dans une revue mensuelle (dite réactionnaire) semblait indiquer que nous devenons un pays du tiers monde…. Que se passerait-il si les subventions étaient supprimées ? (ENR inutiles, allocations versées sans contrepartie de cotisations au nom d’un humanisme parfois douteux, etc…) sûrement de grosses économies. A force de vouloir investir tous les domaines, l’état dilue l’efficacité de ses actions et complexifie les règles. Nous sommes entrés dans l’ère de la « nounoucratie » sans se soucier de savoir qui paiera. Quand certains étrangers se moquent de notre emblème, le coq, ils ont bien raison : les pattes dans la m..de, en chantant cocorico ! Il est temps de se ressaisir !

Répondre
Obeguyx 3 novembre 2022 - 10:58

Merci Nicolas. Attention vous allez être traité de complotiste par les auteurs du chaos à venir. Très pauvre France …

Répondre
GHUS 3 novembre 2022 - 5:21

Nous ne sommes pas toujours les moins bien classés ! Nous sommes parmi les premiers pour la consommation de cannabis, d’anxiolytiques, de pesticides et insecticides. Nous pouvons aussi nous prévaloir du déficit de notre balance commerciale, de notre déficit budgétaire, de notre niveau d’endettement, de notre taux de chômage… Je continue ?

Répondre

Laissez un commentaire