Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » 35.6 millions d’euros pour des sites et villages de vacances de la SNCF

35.6 millions d’euros pour des sites et villages de vacances de la SNCF

par
1 453 vues

Selon le rapport de la Cour des comptes, l’« Instance commune » (IC ou l’ex Comité central d’entreprise) de la SNCF occupe une place singulière et majeure parmi la soixantaine d’ institutions représentatives du personnel de la SNCF. Au titre de ses diverses activités, il lui a été versé en 2021 un total de 35,6 M€, soit plus du tiers des subventions accordées aux comités sociaux et économiques par les sociétés du groupe. Les activités sociales et culturelles comportent des offres de séjours en villages de vacances pour les familles des agents de la SNCF et en colonies de vacances pour les jeunes. Quand les agents ne sont pas en grève, bien entendu. Selon la Cour, la gestion est mauvaise et de nombreuses recommandations sont faites pour y remédier.

Rappelons que le coût total de la SNCF pour les contribuables (ménages et entreprises) était donc de 18,5 Md€ en 2021 (13,7 Md€ en 2016 et 16,7 Md€ en 2020). Et que la subvention d’équilibre au régime spécial de retraite des cheminots était de 3,3 Md€ en 2021. Ces subventions s’ajoutent au prix payé par les usagers pour acheter des billets de train et elle est en partie financée par des ménages et entreprises qui n’utilisent pas les services ferroviaires.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

3 commentaires

LYBD 7 mai 2023 - 12:18

La SNCF est probablement la pire des sociétés publiques en France. Un cout de fonctionnement délirant et des salariés bénéficiant d’avantages extraordinaires. La SNCF piétine les français.
D’ailleurs nous ne sommes pas des clients mais des usagers

Répondre
Roven 8 mai 2023 - 6:36

Les privilégiés publics toujours en retard ou en grève : privatisons !

Répondre
Broussard 20 août 2023 - 6:41

Mon grand-père, dont je n’ai connu l’activité que tardivement dans ma vie puisque mort un peu avant la retraite et vingt ans avant que je débarque sur cette planète, était cheminot. Que ne l’ai-je su plus tôt pour lui emboîter le pas
et me la couler douce comme les grévistes à mi-temps que nous connaissons aujourd’hui ? !
Christian B.

Répondre