Accueil » « La carte postale » par Anne BEREST

« La carte postale » par Anne BEREST

par Brigitte Clavel

Pas étonnant que ce livre ait remporté le prix Renaudot des Lycéens 2021 ! Anne Berest dépeint avec sensibilité et pudeur les fuites successives en exil de sa famille, les Rabinovitch, tandis que la politique antisémite s’étend en Europe. Mais par ce roman elle semble vouloir aller bien au-delà du drame familial. Une carte anonyme reçue dans les années 90, au moment même où sa mère Lélia réclamait des indemnités dues aux spoliations des biens juifs, réveilla en elle des soupçons : pourquoi sa grand-mère Myriam dont on ignore tout fut la seule à être épargnée d’Auschwitz ? Alors mère et fille se lancent dans une enquête qui n’est autre pour l’auteur qu’un prétexte à étudier la diversité des comportements humains pendant la Résistance et à la Libération. Qui peut ainsi avoir le toupet de l’anonymat dans un contexte aussi tragique ? L’antisémitisme ne serait-il pas mort ?

D’ailleurs sa petite Clara n’a-t-elle pas entendu des propos agressifs dans la cour de l’école ? Les tourments d’Anne ne s’arrêtent pas là. Quand elle découvre les mœurs de couple à trois de Myriam, quand elle-même partage la vie d’un Juif pratiquant, elle a bien du mal à comprendre le judaïsme et ses rites. Comment en effet avoir une identité religieuse, croire encore en un Dieu aveugle et faire confiance à un pays d’adoption qui, après avoir trahi, préfère, sans doute par honte, le silence aux excuses ? C’est alors qu’Anne et sa mère vont se démener pour retrouver l’auteur de cette carte et, ce faisant, finissent par découvrir la voie empruntée par une Myriam partie en toute dignité mais avec de bien maigres espérances…

 

Achetez le livre

You may also like

Laissez un commentaire