Accueil » Réchauffement climatique : ce qu’on sait et ce qu’on ne sait pas

Réchauffement climatique : ce qu’on sait et ce qu’on ne sait pas

par Nicolas Lecaussin
Dans une longue interview publiée par le think tank American Enterprise Institute, le scientifique Steven Koonin donne quelques précisions très utiles concernant le réchauffement climatique et la façon dont les médias et les politiques en parlent. Il explique aussi pourquoi il n’est pas alarmiste et souligne le fait que nos connaissances sont encore très incertaines sur la manière dont le climat évolue. Voici ses arguments les plus importants.
  1. Il y a 30 ans, on avait encore des doutes sur ce qui influençait la température moyenne mondiale. C’est beaucoup plus clair maintenant. Nous savons que le globe s’est réchauffé d’environ 1,1 degré depuis 1900. Nous avons toutes les raisons de penser que la planète gagne de l’énergie : elle en reçoit plus, de la lumière du soleil, qu’elle n’en émet dans l’espace. C’est infime, très difficile à mesurer, mais néanmoins, nous en sommes tout à fait convaincus.
  2. L’une des grandes questions est la variabilité naturelle du système climatique. Peut-être pas tant pour la température mondiale, car là il s’agit d’une construction théorique qui n’intéresse à la limite que les scientifiques. Non, ce qui est vraiment intéressant, c’est la météo locale, l’élévation du niveau de la mer, les tempêtes, les inondations, les sécheresses, etc. Et là, je pense que nous commençons à comprendre à quel point toutes ces choses sont variables sur une échelle de temps de plusieurs décennies ou siècles. Nous devrions être moins inquiets. Alors que le globe s’est réchauffé d’un degré au XXème siècle, alors que la population a quadruplé, passant de deux milliards à environ huit milliards de personnes, le bien-être humain s’est amélioré dans une proportion jamais vue. En ce qui concerne les projections sur la température mondiale d’ici la fin de ce siècle, nous aurons environ un degré et demi de plus, et la civilisation ne s’effondrera pas pour autant. Même le GIEC l’admet. On dit que par rapport à d’autres facteurs forts, la démographie, la technologie, la réglementation, le commerce, etc., le climat a un impact relativement faible sur l’économie.
  3. Le changement climatique se caractérise par une profonde incertitude structurelle dans la science, associée à une incapacité économique à évaluer de manière significative les pertes de bien-être qui pourraient être à une forte élévation des températures. La probabilité d’une catastrophe planétaire de ce type, à cause d’un excès de CO2, n’est pas négligeable, mais elle est faible et on ne peut en tout cas l’évaluer objectivement. Beaucoup de choses dingues peuvent arriver (le fameux astéroïde qui vient pulvériser la terre, etc.), mais on vit avec. Quand on ne peut pas mesure ce genre de probabilités, cela ne sert pas à grand-chose de s’en alarmer. Ca n’est que du « ressenti ».
  4. Pour le moment, nous n’avons pas encore constaté de tendance à la hausse des ouragans ou plus généralement des cyclones tropicaux. Cela en surprendra peut-être certains, mais c’est comme ça, grosso modo depuis presqu’un siècle. En revanche, il y a indubitablement depuis 70 ans une intensification des précipitations. Aux États-Unis, elles sont plus intenses, mais pas nécessairement plus abondantes, notamment dans le nord-est, le haut Midwest et le nord-ouest. Si l’on parle maintenant des records de températures aux États-Unis, on n’en bat pas plus aujourd’hui qu’il y a 100 ans. Oui, l’élévation du niveau de la mer à l’échelle mondiale s’est accélérée au cours des dernières décennies, mais c’était la même chose dans les années 1930, quand les influences humaines étaient beaucoup plus faibles. Donc, une grande partie de ce que nous voyons peut être attribuée à la variabilité naturelle, ou du moins nous devons démontrer qu’il s’agit d’autre chose. Et c’est plutôt difficile sans enregistrements à long terme et précis.
  5. Donc, nous prévoyons que la température augmentera. Mais ce ne sont que des prévisions, et les effets ne sont que supposés: élévation plus rapide du niveau de la mer, augmentation de 10% des ouragans, intensification des inondations et des sécheresses, par exemple. Toutes choses que nous n’avons pas encore observées.  Mais c’est un fait, la température a déjà augmenté d’un degré. Nous verrons. Le rôle des scientifiques n’est pas de prouver qui a raison,  des uns, partisans des pires scénarios ou des autres, qui disent qu’il ne faut pas se précipiter et faire n’importe quoi. Le rôle des scientifiques est de faire le point sur ce que nous savons et sur ce que nous ne savons pas.
  6. La première chose à faire est d’arrêter de paniquer. Répéter qu’il n’y a pas d’urgence. Il s’agit de phénomènes infiniment complexes, aux multiples facettes et multiples solutions. Ce qui est urgent, c’est d’abord de prendre du recul afin d’acquérir une meilleure compréhension du problème. Car les notions même les plus élémentaires sur le climat et l’énergie font cruellement défaut aux décideurs politiques. Ensuite, élaborons calmement des plans pour réduire nos émissions nocives sans détruire ni l’économie ni nos modes de vie ni l’emploi ni la stature géopolitique des nations. Avançons pas à pas. Le monde va-t-il sombrer dans dix ou vingt ans ? Allons, soyons sérieux !

You may also like

34 commentaires

JR 16 février 2022 - 10:00

Bonjour, excellent billet, nos concitoyens n’imaginent pas à quelle point l’hystérie climatique amplifiée par le gouvernement Macron, détruira la vie et la liberté des Français. Le casse du siècle doit cesser.

En complément de l’analyse de Steven Koonin, nous pouvons ajouter ces dix constats:
1°) Le CO2 n’est pas un polluant. C’est un gaz indispensable et irremplaçable à toute vie végétale et animale sur Terre. Ce n’est pas le CO2 présent à 0,04 % qui cause la pollution de l’air des grandes villes, liée à la circulation automobile, au demeurant de mieux en mieux maitrisée.

2°) Le taux de CO2 dans l’atmosphère a un impact très faible sur la température moyenne de la planète Terre, ne justifiant pas l’alarmisme ambiant généralisé. Cette affirmation scientifique résulte à la fois des mesures empiriques de la température et du taux de CO2 à toutes les époques, ainsi que de la physique du climat, fille de la thermodynamique et de l’étude des rayonnements.

3°) Depuis 1850, la teneur en CO2 est passée de 3 molécules d’air pour 10 000 à 4 molécules d’air pour 10 000. Cela n’a eu aucun impact sérieux sur le climat. En revanche, ce CO2 supplémentaire a dynamisé la croissance des végétaux. D’où de meilleurs rendements de l’agriculture, la réduction des famines, la bonne croissance des arbres et des forêts, et le reverdissement des déserts.

4°) La température de la Terre change constamment, à toutes les échelles de temps : glaciations il y a 10 000 ans, période chaude appelée optimum médiéval vers l’an mil, période froide appelée « petit âge glaciaire » entre 1400 et 1800. Nous sommes aujourd’hui à peu près à la moyenne du deuxième millénaire.

5°) Au vingtième siècle, on a observé un réchauffement de 1915 à 1945, puis un refroidissement de 1945 à 1975, puis un réchauffement jusqu’en 2000. Ceci selon un cycle de 60 ans. Depuis 20 ans, la température de la Terre est à peu près stable. Les spécialistes des cycles s’attendent à un refroidissement à partir de 2020.

6°) Ce changements permanents de la température de la Terre sont la résultante de nombreux cycles, d’origine astronomique l’inclinaison de son axe de rotation, sa distance au Soleil, les précessions, la position de ce dernier dans le système solaire, les conjonctions des planètes, son activité magnétique, ses taches, les rayons cosmiques, etc. Ces cycles superposés, de durées différentes peuvent annuler leurs effets sur la température terrestre ou au contraire les amplifier. Dans le domaine de l’astronomie, tout change tout le temps, et ce sont ces changements qui entrainent les variations de température ou de climat.

7°) La notion de « gaz à effet de serre » est une image, pas une réalité scientifique. Il n’y a pas de vitre quelque part dans le ciel ! En revanche, certains gaz absorbent les rayonnements infrarouges et transforment leur énergie en chaleur. C’est la vapeur d’eau qui est le principal gaz absorbant les infrarouges renvoyés par la surface terrestre. Il y a environ 100 fois plus de vapeur d’eau que de CO2 dans l’atmosphère.

8°) La génération de CO2 par l’Humanité depuis les années 1950 restent quantitativement très modestes, par rapport aux grands flux naturels entre les grands réservoirs de CO2 que sont l’océan mondial qui contient près de 40 000 milliards de tonnes de carbone sous forme de CO2 dissous, la végétation mondiale sur les continents, et l’humus des sols. Seuls 6% de CO2 supplémentaires d’origine fossile sont venus s’ajouter dans l’air depuis de début de la révolution industrielle. A la sortie d’une glaciation, le taux de CO2 est très bas, les océans s’étant chargés avec le CO2 de l’atmosphère. Il ne peut interagir, sinon refroidir l’atmosphère.

9°) Toutes les politiques de réduction des émissions de CO2 sont et seront inefficaces, inutiles et très couteuses. Elles ne changeront rien à la température de la Terre ni au climat. La France seule ne produit que 0,86 % des émissions de CO2, ce qui est négligeable par rapport à la Chine, l’Inde, les Etats Unis, qui continuent à en émettre massivement. Les politiques françaises et européennes de lutte contre les « gaz à effet de serre », pour une économie « décarbonée », sont non seulement des boulets inutiles qui vont détruire la compétitivité de nos économies et qui n’apportent rien.

10°) La fiscalité sur l’énergie, instaurée pour « sauver le climat », est devenue insupportable, comme en témoignent la révolte des « bonnets rouges » suivie de la révolte des « gilets jaunes ». Les lourdes taxes sur les carburants et l’électricité pénalisent les moins favorisés et accroissent leur précarité. Elles servent à financer des énergies intermittentes éoliennes ou solaires, très peu productives et très polluantes. Ces taxes sont à la fois inutiles pour le climat et injustes. Il faut poursuivre le combat contre la « transition énergétique ». Et poursuivre, sans culpabilité inutile et tant qu’il en reste, l’usage des combustibles fossiles, pétrole ou gaz, car cela n’aura aucun impact significatif sur le climat. Le nucléaire de quatrième génération, très sûr et ne produisant pas de déchets prenant progressivement le relais. Avec, pour notre pays, un stock de matière fertile assurant notre indépendance pour 5 000 ans.

Stoppons l’escroquerie du siècle.

Merci
Bien à vous

Répondre
Bernard GUILHON 17 février 2022 - 10:38

Bravo!

Répondre
Nounours 17 février 2022 - 12:48

Bonjour,
@JR,
je valide sans problème vos propos pleins de bons sens. J’ajoute à votre 3° que même les zones désertiques froides non recouvertes de glaces bénéficient du verdissement.
Bravo
Bien cordialement.

Répondre
DENISE laurent 17 février 2022 - 7:17

Nous subissons les symptômes climatiques (inondations sécheresses et canicules) d’une désertification des continents = disparition de la couverture végétale (déforestation) au moment ou on en a le plus besoin = l’été ! Il faut 30 ans pour qu’un arbre soit opérationnel pour le climat, en attendant il faut réguler les ruissellements de surface avec des digues pour éviter les inondations et ainsi il n’y aura plus de sécheresse : Inondation c’est quand l’eau repart trop vite vers la mer, sécheresse c’est quand elle est repartie trop vite …

Si on avait DEUX fois plus de précipitations on aurait DEUX fois plus d’inondations mais toujours pas assez d’eau l’été … https://www.mediaterre.org/actu,20210106085019,1.html

Répondre
nanard 17 février 2022 - 8:27

Enfin un peu de réalisme. Certains scientifiques ont décrit des mécanismes partiels, mais les interactions sont tellement complexes, qu’ils ne sont pas forcement significatifs. Les modèles climatiques sont encore incomplets, l’historique de mesure précises est court, le relevé systématique des températures ne date que de 1947. Avant il s’agit principalement d’estimations, et la couverture d’observation évolue encore avec les satellites.
Un article simple pour mieux comprendre l’état de nos connaissances : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/rechauffement-climatique-rechauffement-climatique-chercher-indices-points-basculement-passe-94429/
dans cet article, on « découvre » que les modèles climatiques prennent en compte les observations sur les 150 dernières années….. et avant ?????
qu’il y a 6000 ans, le Sahara a reverdit puis qu’il est redevenu aride (accident appelé BP 4200).
Si on considère les observations sur les 30 dernières années, les températures ont augmenté en même temps qu’on développait des éoliennes et des panneaux solaires : corrélation simple ou relation de cause à effet ???
on ne sait pas….
En fait il se peut que l’homme ait une influence… alors les mesures prises pour « décarbonner  » ont elles un impact inverse à celui recherché ? Mais il se peut que nous n’ayons pas d’influence ? alors…
L’étude de l’holocène nous en dit beaucoup plus sur les variations climatiques. L’études des carottages de Vostok nous renseigne encore plus sur la corrélation gaz carbonique/température, qui est différente de celle admise….
Je laisse le soin aux curieux d’y jeter un coup d’oeil .

Répondre
Jean-Pierre Bardinet 17 février 2022 - 9:14

Le plus important à savoir, c’est que, en utilisant les lois connues et éprouvées de la physique, il n’y a aucune preuve scientifique que le CO2, quelle que soit sa source, naturelle ou anthropique, ait une action mesurable sur la TMAG (température moyenne annuelle globale). Ce que l’on peut constater, c’est qu’il n’y a qu’une seule période connue de covariation TMAG-CO2 : 1978-1997, ce qui ne permet en aucun cas de conclure à une relation de causalité CO2-TMAG.

Répondre
Farondan 17 février 2022 - 9:30

Pour rappel, sous l’ére « ordovicien » la quantité de CO2 était 20 à 25 fois plus importante que maintenant !!!???
Autre données intéressantes à ne pas ignorer  »
Air:

Azote 78 %
Oxygène 21 %

Principal gaz à effet de serre :
La vapeur d’eau chaude 1 à la 5 %

Concentration du CO2 dans l’air :
0,04 % (certains scientifiques retiennent 0,03 %)

Augmentation annuelle du CO2 :
0,0002 %, 2 millionième…

Le nouvel écologisme se veut non
scientifique, bien que le GIEC admette que 96 % du CO2 global sont naturels et que l’Homme n’en produit que 4 %.

Répondre
JR 17 février 2022 - 8:30

Bonjour, pour reprendre la formule de Piers CORBYN MSc Astrophysicien Météorologue;
« La politique climatique n’est pas destinée à contrôler le climat, mais à vous contrôler, vous et votre vie ». Merci. Bien à vous

Répondre
Vedun 17 février 2022 - 9:40

Le réchauffement climatique est la dernière trouvaille invérifiable à souhait de la classe financière et politique pour extorquer des fonds à la populace tout en la mettant à la diète et un faux sujet tout trouvé pour occuper le bon peuple et les journalistes ; ces mêmes protagonistes qui ne veulent non pas la peau mais le départ des bons élèves pour des contrées plus prospères. Ici on garde les escrocs et autres charlatans et on leurs colle un costard et une belle promotion pour irradier en société une légion d’honneur.

Bien à vous

Répondre
JR 17 février 2022 - 8:37

Bonjour Verdun, cette idéologie doublée d’un gigantesque mensonge, reprend toutes les caractéristiques d’une secte: soumission absolue, dévouement total aux dirigeants, perte d’esprit critique, réponse stéréotypée à toutes les interrogations existentielles, embrigadement des enfants. Et ce, en passant par les phases d’embrigadement: user avec régularité de divers moyens de pression psychologique tels que la peur, l’espoir, la culpabilité ou encore le martèlement indéfini des mêmes affirmations, l’entraînement socio-affectif… Bref, malheurs aux contradicteurs. Merci. Bien à vous

Répondre
Emile 20 février 2022 - 8:38

@ Jr bravo pour la planche ! Il y a debat sur le passage «  planète gagne de l’énergie : elle en reçoit plus, de la lumière du soleil, qu’elle n’en émet dans l’espace. « 
Certains dont Jancovici , affirment que le réchauffement solaire des couches supérieures, au dessus de notre atmosphère n est pas pas proportionnel a l élévation de température constatée de l atmosphère et même diminuerait!
Ce qui va a l encontre d une élévation par les radiations solaires ??? Merci pour votre vision ??

Répondre
VICTOR 17 février 2022 - 11:13

Non le monde ne va pas sombrer dans dix ou vingt ans ce n’est pas ce que dit le consensus du GIEC. Il alerte et nous invite à réagir pour limiter les conséquences déjà observables et qui concerne des millions de gens souvent pauvres et sans moyens pour se protéger de la dérive du climat.
D’ailleurs Steven Koonin ne semble pas nier ces constats mais il se veut « optimiste » ce qui n’est pas bien difficile quand on appartient à une classe sociale hyper protégée. Lui a largement de quoi ne pas paniquer on le comprend.
Mais ne vaut-il mieux pas « paniquer » un peu pour enfin se contraindre à limiter nos consommations qui détruisent, cela n’est plus à discuter, toutes les ressources de la planète terre ce qui risque de nous conduire à la catastrophe. Que croyez-vous que les peuples vont faire quand il n’y aura plus assez d’énergies pour survivre? LA GUERRE!

Répondre
JR 17 février 2022 - 6:33

Bonjour Victor, dans ce cas il convient d’appeler les choses par leurs noms. Comme disait Confusius « Le 1 er principe de la bonne gestion des affaires publiques est de rendre à chaque chose son vrai nom ». Si l’idée est de gérer le pic pétrolier, il n’est nul besoin de vilipender la molécule de C02 et d’invoquer un réchauffement climatique d’origine anthropique.
Dans ce cas la question doit être simplement; nous devons avant 150 ans, trouver des énergies de substitution. Mais ce n’est pas le cas, puisque, entre autre, cette énergie de substitution abondante et bon marché est le nucléaire, qui existe déjà.
Il eut été préférable de conserver les budgets pharaoniques affectés à la « dite » transition, vers la vraie recherche. En attendant, les escrocs politico-climatiques en col blanc, encensés par les climatjugend et leurs parents , ne rendront pas l’argent pour la recherche réelle.
Cette démonstration permet légitimement de déduire que leur solution finale est ailleurs. C’est une évidence, l’idiot écolo utile, sert la politique collapsologue globale chère au patibulaire Klaus Schwab, Attali et autres régressistes mondialistes. Le IV Reich est en marche (à quelle vitesse; 80 ou 90 km/h ?). La peur est jetée sur les populations craintives, innocentes qui sont prêtes à tout pour « sauver le climat » et enrichir des trustes éoliens étrangers. De tout temps, l’homme a eu peur que le ciel lui tombe sur la terre.
En conclusion, recherche oui, escroqueries et mensonges, non.
Merci. Bien à vous

Répondre
Obeguyx 17 février 2022 - 2:44

Bravo pour cet article. Décidemment, Nicolas, vous faites dans l’excellence. Juste un petit rappel (j’aime bien ramener ma fraise) : le danger ne vient ni de la pollution, ni du changement climatique, le danger vient de l’activité volcanique (du centre) terrestre et de l’activité solaire. Le reste est tout du « pipo ». Et si le monde sombre, ce sera éventuellement à cause de l’explosion de « Yellowstone » ou d’un autre quelconque volcan explosif hyper dangereux sur la planète. Continuez à rouler avec votre véhicule et envoyez paître ceux qui voudraient vous faire croire que vous êtes un irresponsable. Et comme d’habitude : « Cherchez à qui profite le crime ! ».

Répondre
JR 17 février 2022 - 5:16

Bonjour Obegux , vous avez raison, sauf que nous ne pourrons plus rouler avec nos véhicules de prédilection, et dores et déjà, nous ne pouvons plus les acheter à cause du malus éscrologique qui monte jusqu’à 40 000 €. En tout cas cette catastrophe financière et humaine, organisée par des escrocs politiciens religieux en cols blancs est un véritable génocide. Merci. Bien à vous

Répondre
VICTOR 17 février 2022 - 3:38

Je remarque dans de nombreux commentaires les fiers à bras qui picorent ici ou là des informations qui les rassurent et qui ne veulent absolument pas réduire leur petit confort.
Continuez ainsi et j’espère que vous ferez partie du prochain désastre (inondations, tempêtes, plus de carburants pour votre SUV, augmentation stratosphérique du gaz….incendie ravageant votre belle demeure avec piscine…) et que vous ne vous plaindrez pas car la seule cause pour vous sera le hasard et le « pas de chance » .
Le déni est un bon moteur de l’individualisme qui anime le plus souvent votre attitude , alors allez jusqu’au bout en refusant toute assurance maladie universelle (la sécu), toute retraite, toute assurance chômage…bref faites confiance uniquement à vos ressources personnelles!

Répondre
JR 18 février 2022 - 9:20

Bonjour Victor, il suffit juste de nommer les choses par leurs noms. Que vient faire; « (inondations, tempêtes, plus de carburants pour votre SUV, augmentation stratosphérique du gaz….incendie ravageant votre belle demeure avec piscine…) » dans le réchauffement climatique de 0,76 °C en 170 ans et supposé anthropique (non démontré) par un taux de C02 passé de 0,03 à 0,04 % depuis 1850. Sous le Jurassique le taux de C02 était 60 x supérieur et nous connaissons la suite. La gestion louable et indispensable de nos ressources n’a strictement aucun rapport avec le climat, ni avec le C02, c’est une supercherie et une escroquerie.
Il y a mille ans, nous ancêtres pensaient aussi que le ciel allait leur tomber sur la tête:
https://static.climato-realistes.fr/2021/01/FicheACR6-1.pdf
Pas plus de tempêtes: https://static.climato-realistes.fr/2021/01/FicheACR7-1.pdf
Pas plus d’inondation, sauf si l’homme est venu là ou il ne faut pas…: https://static.climato-realistes.fr/2021/01/FicheACR5-1.pdf
Autant de glace: https://static.climato-realistes.fr/2021/01/FicheACR4-1.pdf
Le C02 est indispensable: https://static.climato-realistes.fr/2021/01/FicheACR2-1.pdf
Rassurez-vous, il est inutile et ruineux de vouloir régler le climat, même avec une molette de C02. En revanche, il convient de se désangoisser de la doxa médiatique et de rechercher une explication rationnelle à toutes choses. Merci. Bien à vous

Répondre
JR 18 février 2022 - 9:58

Re bonjour Victor, voici les records d’amplitudes de température sur terre:
– Le record mondial d’amplitude thermique absolue annuelle est de 104,4 °C,
mesuré à Verkhoïansk en Sibérie.
– Le record d’amplitude en une journée est de 55,50 °C (de 6,70 °C à −48,8 °C)
à Browning Montana aux États-Unis.
– En France, le record d’amplitude thermique journalière est de 37,8 °C
(de −36,7 °C le matin à 1,1 °C ) mesuré à Mouthe (25).
– Le changement le plus rapide de température est de 27 °C en 2 mn, mesuré à
Spearfisch Dakota aux États-Unis (−20 °C à +7 °C)
D’après vous, quelle est la température idéale sur terre ? Un indice, bien que ne voulant pas dire grand chose, nonobstant les exemples ci-dessus, il est commun de dire que la moyenne actuelle est de 15,1 °C. Un autre indice, depuis 590 millions d’année, la température sur terre à variée entre 12°C et 23 °C. Et le taux de C02 de 80 % à la création de la terre à 0,03 % et 0,04 % en 2020, sans aucune causalité entre les deux. Sauf une, le taux de C02 (dégazage) monte 800 ans après une augmentation de température. Dormez tranquille, vous ne verrez pas la fin du monde, hors folie humaine bien sûr.
En fait, ce sont les prétendus écolos avec une forte propagande depuis 5 ans, qui voudraient modifier la nature en réglant le climat. Soyez assurez qu’il s’agit d’une escroquerie et qu’elle marche. Merci. Bien à vous

Répondre
nanard 22 février 2022 - 12:45

bonjour, vous avez raison : beaucoup picorent…. C’est exactement ce que fait le GIEC qui ne fait que des méta analyses…. en clair qui compile ce qui l’intéresse…. Ce qui est gênant c’est que c’est le seul organisme (dépendant de l’ONU) qui « donne » l’info. Toutes les autres publications des universités sont ignorées. En fait on ne sait pas grand chose, on constate, et je n’ai pas encore vu de modèles complets. (même s’ils permettent d’affiner nos connaissances)

Répondre
Jean-Luc de LA SERRE 17 février 2022 - 5:19

Bravo pour vos articles et points de vues.
Juste une chose : puisque le site est accessible en 3 langues, pourquoi ne pas tout mettre en français dans la version française ? suivant récente recommandation de l’Académie française.
Donc, éliminer « features », « home » et autres « you may also like »
Merci d’avance et salutations responsables

Répondre
Picot 17 février 2022 - 5:47

Voilà un article plein de sagesse. C’est vrai, nous ne savons pas grand chose. Restons calmes et n’écoutons pas les prophètes de malheur.

Répondre
JR 20 février 2022 - 6:45

Bonjour Picot, effectivement et abstenons-nous de dilapider des fortunes (150 000 milliards de $), de ruiner la France et les Français pour une organisation sectaire et mafieuse. Ces sommes colossales au lieu de servir les intérêts d’escrocs planétaires seraient bien mieux à votre usage. Merci

Répondre
JR 17 février 2022 - 8:14

Bonjour, afin de compléter le tableau, voici ce que l’on trouve dans les propositions de la CCC (Convention Citoyenne pour le Climat):
– 195: Interdire/interdiction
– 272: Obliger, obligation, contrainte
– 50: Limiter/limitation
– 154: Réduire/réduction
Entre 2 et 14: Taxer, réguler sanctionner
Ecologie non punitive, nous dit-on ?
L’histoire nous a démontré que l’idéologie peut conduire aux pires catastrophes humaines, comme cela a été le cas pour le communisme et le nazisme. Vint l’heure de « l’écologisme » ?
Merci. Bien à vous

Répondre
Henri 18 février 2022 - 4:45

Ne mélangeons pas les croyances et les opinions avec la science et surtout ne prenons pas pour argent comptant les affirmations d’un scientifique par rapport au consensus.
N’oublions pas les divagations d’un »grand » scientifique marseillais sur le Covid !!!!!!!!

Répondre
Nicolas Lecaussin 18 février 2022 - 6:02

Attention, Koonin ne nie pas le réchauffement ! Vous n’avez pas bien lu l’article.
Cordialement
NL

Répondre
JR 18 février 2022 - 10:28

Bonjour Henri, le réchauffement est faible (moins de 1 °C en 170 ans), mais avéré. Le débat porte seulement sur le fait qu’il soit d’origine anthropique ou pas, via la génération de C02 supplémentaire (qui était fait prisonnier) de 0,01 point (soit de 0,03 % à 0,04 %). Notons que nous sortons du petit âge glaciaire (voir courbe à gauche sur le lien*), donc il est normal que la température monte, bien que pas encore au niveau de l’Optimum médiéval**.
Liens:
* https://static.climato-realistes.fr/2021/01/FicheACR8-1.pdf
** https://climatetverite.net/2021/12/17/nous-vivons-un-optimum-climatique-mais-chut-il-ne-faut-pas-le-dire/
Merci. Bien à vous

Répondre
Haslé 18 février 2022 - 5:24

Chacun sa vision des choses. Vous écoutez le scientifique Jean Marc Jancovici, ses conclusions vous montrent qu’il y a quand-même urgence.
Qui croire ? Je pencherais plus pour ce dernier.
Fonte des glaciers, épuisement des ressources dues à la surproduction, pollutions actuelles et à venir (les nombreux pays en phase de révolution économique) , ignorance des décideurs Politiques sur les sujets tel que le climat et l’énergie entre autres, font qu’il faut agir vite.

Répondre
JR 18 février 2022 - 8:58

Bonjour Haslé, Jancovici a raison sur le fait qu’un jour ou l’autre le Pic pétrolier sera atteint (jusque là, inutile d’avoir fait des grandes études) , qui à ce jour est estimé entre 100 et 150 ans de réserve sur le déclin, nonobstant l’état de la recherche actuelle.
Là ou il déconne, c’est qu’il lie le climat qui a toujours été chaotique par définition et le taux de Carbone qui est de 0,04 % au lieu de 0,03 % il y a 170 ans. Pense t-il un seul instant que ce 0,01 point de plus influence le climat. Il prend ce raccourci sans aucune explication pertinente et étayer, regardez bien ses vidéos, il n’apporte aucune justification.
Enfin, deux éléments majeurs permettent de douter de ses conclusions hâtives, pour ne pas dire Marketing; C’est collapsologue assumé et il gère une société* (Carbone 4) qui fait fortune dans le diagnostic Carbone… Cependant, je le crois sincère avec lui même, voire même habité par le sujet, il a pour lui une bonne prestation médiatique.
En conclusion, une fois de plus, le climat et une chose, le C02 en est une autre et la pollution encore une autre. Le seul point sur lequel nous pouvons et devons agir est la pollution, bien que la France entre dans le top 5** mondial. A défaut d’être reléguée de la 3 ème à la 7 ème puissance mondiale, mais là c’est une autre histoire.
Merci. Bien à vous
PS liens:
* Carbone4: https://www.societe.com/societe/carbone-4-829579549.html
** https://static.climato-realistes.fr/2021/01/FicheACR9-1.pdf

Répondre
gailhac 18 février 2022 - 6:31

il y a 45 000 ans, le bassin parisien ,et au delà était une mer…..que valent une centaine d’années de recul ……

Répondre
JR 20 février 2022 - 6:38

Bonjour Gailhac, et oui, comme tous les endroits sur terre ou se trouvent des exploitations fossiles. Mais allez expliquer cela à un génocidoscrologue ? Ces idéologues religieux sont prêts à vor dire que la terre est plate. Merci. Bien à vous

Répondre
Wantamart 19 février 2022 - 11:16

« Qu’une période comme la nôtre, ou plus chaude par suite de l’augmentation des gaz à effet de serre, puisse, à l’échelle d’une vie humaine, se refroidir de façon significative ne peux désormais plus être exclu »
Ce texte est la conclusion d’une étude intitulée : Les archives glaciaires du Groenland.
( LA RECHERCHE N°261 Janvier 1994 page 45)
L’ auteur principal : Jean JOUZEL
Surprenant ? en fait plutôt logique puisqu’à l’époque il ne dirigeait pas le GIEC ,mais il
était adjoint aux directeurs du LMCE à Saclay et du LGGE à Grenoble , donc un scientifique
compétent.
à méditer !!!

Répondre
Obeguyx 20 février 2022 - 4:44

Cette thèse du refroidissement brutal suite à une augmentation des gaz à effet de serre a été étudiée par un savant japonais dès l’année 1974. La base de son étude était sur les mutations des courants marins. C’est vraisemblablement à méditer surtout du côté de nos escrologistes comme dirait JR.

Répondre
JR 22 février 2022 - 9:36

Bonjour Obeguyx, éscrologiquement parlant, Jouzel qui craignait un refroidissement, craint désormais un refroidissement. L’idée du froid qui réchauffe et du chaud qui refroidit est contraire à toutes les lois de la thermodynamique. Jouzel conclut ce qu’on lui demande de conclure, sinon il n’a plus de subvention. Le budget du Giec est de 6 M€, il faut caresser l’ONU infestée par les éscrolos, les gauchistes et les ONG dans le sens du poil, sinon pas de chocolat. Rappelons pour les non-initiés que nous parlons d’un taux de Carbone passé de 0,03 % en 1850 à 0,04 % en 2020…ce qui permettra au Greta Recette (Great Reset) d’engranger la moitié de nos taxes & impôts. Voila à quoi notre siècle se prépare, c’est triste.
Obeguyx, la seule solution serait que Panoramix nous prépare une potion éscrologicide 😁! Merci. Bien à vous

Répondre
JR 22 février 2022 - 9:37

Oups, lire : « éscrologiquement parlant, Jouzel qui craignait un refroidissement, craint désormais un réchauffement ».

Répondre

Laissez un commentaire