Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Il faut libérer le marché de l’électricité (II)

Il faut libérer le marché de l’électricité (II)

par
1 404 vues

Des voies et des moyens

Par suite de la douceur des températures au début de l’hiver et des efforts de réduction des besoins, dans le sillage d’une réduction du prix du gaz, de 300 euros le mégawattheure (MWh) en août 2022 à un prix plus proche 70 euros le MWh, les tarifs de l’électricité sur les marchés de gros se tassent : ils sont montés à 700 euros le MWh l’été 2022 et le 23 janvier 2023 à 121,48€ en prix spot du lendemain.  Mais la baisse des prix exprime aussi la décélération de l’économie, ce qui est moins bon signe. Et les aléas du climat peuvent nous réserver des surprises.

Une solution provisoire a été adoptée par l’Espagne d’abord puis par l’Europe pour bloquer le prix du gaz. Mais c’est une solution mauvaise à long terme, notamment parce qu’elle risque de réduire l’approvisionnement en gaz de l’Europe qui doit importer 90% du gaz dont elle a besoin. La Commission européenne a pris conscience du besoin de réformer le marché électrique : “ Nous travaillons à une intervention d’urgence et à une réforme structurelle du marché européen de l’électricité”, a dit Mme Ursula von der Leyen le 29 août 2022. Mais on attend toujours.

L’efficacité de la concurrence

L’électricité est aujourd’hui aussi importante pour un pays que l’était – et l’est toujours autrement – le blé autrefois. Et malgré cette malchance, pour lui, que ses réformes de libération du marché du blé aient eu lieu au cours de deux années de disette, Turgot a démontré que sur le fond et dans le temps, il avait raison de vouloir instituer « la liberté du commerce, qui seule peut, par son activité,  procurer des grains dans les cantons où se feraient sentir les besoins, et prévenir, par la concurrence, tout renchérissement excessif » (Arrêt de Turgot du 22 avril 1774). C’est la concurrence mondiale qui nous permet aujourd’hui d’avoir partout la possibilité d’acheter du blé.

Il faut donc réfléchir aux moyens de revenir à un vrai marché de l’électricité plutôt que le marché administré d’aujourd’hui qui recèle les défauts, plutôt que les qualités, des deux systèmes qu’il essaie vainement de concilier.  Dans de nombreux pays, les centrales nucléaires elles-mêmes sont confiées à la construction et à la gestion d’entreprises privées. C’est le cas aux Etats-Unis où la plupart de la centaine de centrales existantes sont gérées par des entreprises privées (Exelon, Entergy, Duke Energy…). La Suède faisait gérer ses quatre centrales par la société allemande UNIPER, une société privée jusqu’aux difficultés subies par celle-ci après l’abandon du nucléaire en Allemagne et à la crise du gaz. L’Espagne a confié à deux entreprises privées, Iberdrola et Endesa, la gestion de son nucléaire dont elle veut sortir (sauf si la crise actuelle devait la faire changer d’avis).  La France pourrait donc utilement sans doute démultiplier ses opérateurs, voire ses maîtres d’ouvrage, notamment pour ses nouvelles installations nucléaires. La concurrence est toujours créatrice de nouvelles offres et de solutions innovantes que les monopoles et oligopole ont de la peine à faire émerger.

La vérité des prix

La concurrence qui s’établirait entre opérateurs ne pourrait toutefois être stimulante que si chacun était libre de ses prix. Ne faudrait-il pas alors que chaque opérateur ne soit autorisé à exercer sur le marché que s’il peut garantir sa capacité à délivrer l’électricité requise par ses clients par lui-même y compris à la pointe. C’est-à-dire que chacun devrait disposer d’une capacité à la pointe. Les fournisseurs d’énergies intermittentes devraient ainsi pouvoir offrir d’autres sources d’énergie en cas d’arrêt sauf à subir des pénalités dissuasives. Il est probable qu’on verrait fleurir moins d’éoliennes, ce qui améliorerait la fluidité du marché.

Les prix moyens, plutôt que celui de la dernière centrale, pourraient tenir compte de ce risque de production à des tarifs plus élevés. On éviterait la volatilité des prix de 2022 tout en incitant chacun à investir pour disposer de moyens de production globalement économiques

Une augmentation des capacités de production

L’Europe qui importe 90% de son gaz pourrait chercher à développer son gaz de schiste en fixant les conditions pour que cette exploitation soit peu nuisible.

Mais il y a surtout urgence à prévoir le renouvellement, voire l’extension de notre parc nucléaire. A cet égard, le récent vote du Sénat pour fixer un plancher à 50% de nucléaire plutôt qu’un plafond va dans le bon sens, de même que l’annonce de  M. Macron d’un plan de construction de six réacteurs EPR (plus huit posés en option) à déployer en urgence. Il faut aussi dès à présent prévoir le renouvellement à terme des centrales actuelles. Des sociétés privées pourraient utilement financer ces projets.

La recherche doit être privilégiée dans ce domaine crucial pour améliorer les modes de production nucléaire, en trouver de nouveaux (mini réacteurs), développer les solutions de recyclage et enrichissement d’uranium où la France est déjà très riche de compétences (ORANO)…

Il faut travailler bien entendu à la découverte de nouvelles énergies et à leur stockage. Et pour ce faire, il faudrait peut-être commencer par moins taxer la production d’énergie pour lui donner les moyens de la recherche et de l’investissement.

Des taxes plus raisonnables

L’électricité est surtaxée. Le prix de détail de l’électricité intègre en France deux contributions, la contribution tarifaire d’acheminement CTA et contribution au service public de l’électricité  CSPE, ainsi que deux taxes, sur la valeur ajoutée (TVA) et sur la consommation finale d’électricité. Au total, sur les tarifs non réglementés, les taxes représentent 34% du prix payé par le consommateur. En résumé, le prix de l’électricité payé par les consommateurs résidentiels se répartit en un tiers pour la part fourniture, un tiers pour le transport et la distribution et un dernier tiers pour les taxes. Il n’y a aucune raison que le produit essentiel qu’est l’électricité soit plus taxé que les autres.

Certes, la question est encore de savoir si et comment on peut sortir de nos accords européens actuels. Mais la décision est politique et matière de volonté. L’évolution du marché ne se fera pas sans quelques délais et s’il fallait encore administrer une partie du marché électrique, il serait sans doute préférable de subventionner seulement les centrales de dernières sources pour réduire le prix de référence imposé aujourd’hui. Mais il ne faut pas attendre pour décider d’une réforme en profondeur.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

7 commentaires

jacques Marc 6 février 2023 - 6:21

je pense qu’en début d’article c’est glissé une coquille:
« Mais c’est une solution mauvaise à long terme, notamment parce qu’elle risque de réduire l’approvisionnement en gaz de l’Europe qui doit exporter 90% du gaz dont elle a besoin.  »

c’est sûrement importer 90% du gaz..

encore bravo pour vos articles

qu’attend on pour désindexer le prix de l’electricité (que nous produisons) de celui du gaz ???
M Macron assez de blabla, des actes !!!

Répondre
Nicolas Lecaussin 6 février 2023 - 9:30

Corrigé. Merci à vous

Répondre
ROMIEU 6 février 2023 - 8:11

Bonjour. Oui il faut libéraliser pour plus de concurrence donnant aussi plus de liberté de choix aux utilisateurs. Mais saurions nous éviter une situation comparable à la gestion de nos autoroutes où les profits générés ne bénéficient pas aux usagers ?

Répondre
GHUS 6 février 2023 - 10:32

Un élément important n’est pas intégré dans votre article : la spéculation, qui vient dénaturer le jeux de la concurrence en faussant les prix. Comment s’en préserver, je n’ai pas la réponse, mais la fiscalité pourrait être une solution, à défaut de l’interdire.

Répondre
PhB 6 février 2023 - 11:33

Bonjour monsieur Delsol
Tout à fait d’accord avec vous mais, comme je l’ai déjà mentionné dans un commentaire du précédent volet, il faut D’ABORD FAIRE LE MENAGE!
En virant du marché tous ces Rigolos, les soit disant producteurs « Alternatifs »,
qui ne produisent rien, n’acheminent rien et ne participent pas à la gestion physique du flux électrique, ce bien « volatil » qu’on ne peut que très difficilement stocker (lacs artificiels)
Bonne journée
PhB

Répondre
Astérix 7 février 2023 - 9:02

Je serais curieux de savoir précisément le cheminement de l’électricité du départ jusqu’aux compteurs des entreprises et des particuliers ?? L’on découvrirait à mon sens l’impensable, sans compter les taxes et les taxes sur les taxes prélevées par l’état incompétent !
Mais bien sur ce cheminement reste secret….??

Répondre
AlainD 9 février 2023 - 10:23

Il faut sortir de l’Arenh et supprimer ces sociétés qui achètent à EDF de l’électricité à bas prix (vente à perte en principe illégale) ces fournisseurs « alternatifs » ne produisent rien et se content de revendre avec bénéfice, c’est toujours le consommateur qui paie. J’ai ouï dire que l’Elysée n’achetait pas son électricité à EDF, jusqu’à ce que son fournisseur soit déclaré en faillite … Il y a quelque chose de pourri au royaume de France.

Répondre