Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Eoliennes : quand le vert vire au rouge

Eoliennes : quand le vert vire au rouge

par
818 vues
Coût de construction qui explosent, durée de vie limitée, forte variabilité de production… Le financement de l’éolien vire au rouge. Pourtant, le discours écolo promeut son expansion sur terre et en mer. Qu’en est-il vraiment de l’énergie éolienne, aujourd’hui en France ?

« L’énergie est notre avenir, économisons-la ». Le slogan bien connu des Français sonne désormais sous le ton de l’urgence face à la crise énergétique qui promet un hiver difficile, alors que la moitié du parc nucléaire français est mis à l’arrêt pour maintenance. Comment comprendre les contradictions du discours pro-transition énergétique vers le 100% renouvelable ? Quelles en sont les limites ?

Puissance nominale et production réelle de l’éolien

18,7 gigawatts : c’est la capacité installée (soit la capacité maximale de production) de l’énergie éolienne actuelle dans notre pays. A titre de comparaison, celle du nucléaire français s’élève à 61,4 GW. Mardi 2 août, à 11 heures, selon le Réseau de transport d’électricité, 1,97 % de l’électricité disponible en France était produite par l’éolien (soit 1,01 GW sur 51,3 GW de production totale, toutes énergies confondues), utilisant donc 5,46% de la capacité installée de l’ensemble du parc éolien (sur terre et en mer). Au mois de juillet 2022, seulement 2,61% de l’électricité disponible en France était produite par l’éolien, soit 1,23 GW pour 47,0 GW. A titre de comparaison, en Grande-Bretagne, où le climat est plus propice, durant la même période, 23,74 % de l’électricité disponible était produite par l’éolien, soit 7,16 GW, pour une capacité installée du parc de 30,2 GW selon l’ENTSOE (Réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d’électricité). Toujours d’après RTE, le taux de couverture moyen (c’est-à-dire le rapport entre la puissance produite et la consommation brute sur le territoire pour une période donnée) de l’éolien ne s’élevait en 2021 qu’à 7,7%.

Puisqu’il faut parfois enfoncer les portes ouvertes, les fervents défenseurs de l’éolien semblent souvent oublier la très forte variabilité de sa production : pour démarrer, « une éolienne nécessite une vitesse de vent minimale d’environ 15 km/h, explique EDF. Pour des questions de sécurité, l’éolienne s’arrête automatiquement de fonctionner lorsque le vent dépasse 90 km/h ». Du reste, ces chiffres obscures entraînent souvent une méprise quant à l’efficacité réelle de la production éolienne. Celle-ci naît souvent de la confusion entre mégawatts et mégawattheures. Le premier est l’unité de puissance qui correspond à la capacité de production d’une installation électrique, tandis que le second désigne la quantité d’énergie produite en une heure par un mégawatt. Ainsi, si une éolienne d’1 MW fonctionnait en permanence à pleine puissance, sa production annuelle serait de 8 760 MWh (soit 1 MW par heure pendant 365 jours). Ce n’est évidemment pas le cas, puisque RTE estimait en 2021 que le facteur de charge de l’éolien (exprimé en pourcentage, soit le ratio entre l’énergie produite et l’énergie qu’elle aurait pu produire pour une même période si elle avait fonctionné à plein régime) ne s’élevait qu’à 23 %. Le facteur de charge permet d’évaluer la rentabilité d’une installation électrique. A titre indicatif, celui du parc nucléaire s’élevait quant à lui à environ 75%.

Les comptes dans le rouge

Le coût de l’énergie verte, lui, fait rire jaune. Selon le rapport de la Cour des comptes concernant le soutien aux énergies renouvelables, 1 MWh d’énergie produite par l’éolien terrestre (coût complet, acheminement, entretien et démantèlement inclus) est estimé entre 65 et 74 €. Pour l’éolien en mer, le MWh est estimé entre 130 et 329 €, là où le coût moyen de l’électricité d’origine hydroélectrique fluctue entre 30 et 40 € le MWh pour les grandes installations au fil de l’eau. Le fonctionnement des éoliennes n’étant, en outre, pas pilotable, elles ne peuvent subvenir aux besoins d’énergie qu’en fonctionnant avec, en backup, des centrales à gaz ou à charbon. C’est le cas en Allemagne, qui possède pourtant le parc éolien le plus important d’Europe avec une puissance installée de 64,3 GW, mais dont la principale source d’énergie provient du charbon, pour une intensité carbone de 820 g. CO2 eq. / kWh, contre 11 pour l’éolien.

la filière éolienne doit son expansion aux engagements pris par l’État en matière de dispositifs de soutien aux énergies renouvelables financés au titre des charges de service public de l’énergie qui, avec le soutien à la cogénération au gaz naturel en métropole continentale, est compris entre 153 et 172 Md€ en fonction du scénario de prix de marché considéré. Les filières représentant le principal coût demeurent le photovoltaïque (60 à 64 Md€), l’éolien terrestre (entre 32 et 39 Md€) et l’éolien en mer (entre 23 et 27 Md€). Les financements proviennent en partie des recettes des taxes intérieures de consommation sur les produits énergétiques (TICPE).

Si l’on compte plus de 8000 éoliennes terrestres plantées dans nos campagnes, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) du gouvernement prévoit déjà d’atteindre les 14 000 mâts d’ici 2028… Avant de s’atteler au démantèlement des parcs arrivés au terme de leur exploitation. Quelle gabegie !

Vous pouvez aussi aimer

28 commentaires

Laurent46 9 septembre 2022 - 4:31

C’est comme la voiture électrique et pire encore le photovoltaïque avec des onduleurs qui ont un coût de revient de 200 € pour les plus performants et vendu 1000 € de plus en France .. avec des notices complètes en anglais et presque incompréhensibles traduites en Français si d’aventure elles sont à jour. Mais ce n’est pas anormal plus personne ne respecte la France.

Répondre
Serge Rochain 9 septembre 2022 - 1:06

Seul les notices à destination du grand public doivent être en français. Les publications relatives aux produits destinés à être installés par des professionnels peuvent n’être qu’en anglais.
La loi allemande par exemple est plus stricte et impose l’allemand même dans les publications professionnelles.
Mais ce n’est pas sans conséquences.
Par exemple, en informatique qui était mon métier, les produits venant des US qui affichaient une certaine avance, arrivaient plus tardivement en Allemagne qu’en France où nous recevions les notices de produits en anglais.

Répondre
Serge GRASS 9 septembre 2022 - 5:45

L’éolien, c’est au nom du développement durable. Les installations sont programmées pour être « déconstruites » au bout de 20 ans !

Répondre
Serge Rochain 9 septembre 2022 - 12:55

Mensonge éhonté, le plus ancien parc eolien de France à Port la Nouvelle a côté de chez moi, toujours en excellent état, a été déconstruit à l’échéance du bail trentenaire de location du terrain par ENGIE GREEN. Le propriétaire du terrain, les ciments Lafarge souhaitant prolonger l’exploitation de leur carrière de ciment qui se prolonge sur ce terrain alors très éloigné de la carierre qu’ils exploitaient. Terrain qu’ils avaient eux même acquis il y a plus de 50 ans.

Répondre
Obeguyx 9 septembre 2022 - 6:59

Au risque d’être censuré : « Ca vire plutôt au violet, car ça a une tendance toute religieuse et sectaire »;

Répondre
Serge Rochain 9 septembre 2022 - 12:58

@OBEGUYX
Est sectaire tout ce qui fait de l’ombre au nucléaire…. Bien sûr !

Répondre
Serge Rochain 9 septembre 2022 - 7:08

MORGANE AFIF : « Mardi 2 août, à 11 heures, selon le Réseau de transport d’électricité, 1,97 % de l’électricité disponible en France était produite par l’éolien (soit 1,01 GW sur 51,3 GW de production totale, toutes énergies confondues), utilisant donc 5,46% de la capacité installée de l’ensemble du parc éolien (sur terre et en mer). »
Cette phrase aussi assassine qu’hypocrite n’est que le premier exemple dont est constutué cet article qui n’en contient pas un seul d’objectif ! Pour commencer il faut savoir que 61% des 8000 éoliennes de France sont regroupées dans les deux seules régions des Hauts de France et du Grand Est qui ne représentent que 16% de la surface du territoire français. Autrement dit quand la production est importante on sait seulement qu’il y a du vent dans le Nord-Est de la France et quand la production est faible, qu’il n’y a pas de vent dans le Nord-Est de la France ! C’est bien maigre pour conclure à l’inutilité de l’éolien, tout en donnant plus bas l’exemple britannique contraire, car au RU la répartition des éoliennes est très homogène, notamment l’offshore tout autour des côtes, et fournit 23,74% de l’électricité du pays. D’ailleurs, l’auteur de l’article ignore que nous n’avons pas d’éoliennes en mer à l’heure présente (malgré nos engagements de la COP21 de 2015 durant laquelle nous nous étions engagés à avoir opérationnel 6 GW offshore pour 2020) puisqu’elle croit bon de devoir ajouter (sur terre et en mer).
Il est donc facile avec un échantillon aussi peu représentatif de ce que l’éolien peut apporter à la France de trouver un jour, et même de nombreux jours dans une année, où il n’y a précisément pas de vent sur une parcelle de 16% de la surface du pays. Mais il se passe aussi l’inverse, comme aujourd’hui où parait cet article monstrueusement mensonger car à l’heure même où je réponds à cette calomnie la production de ce petit bout de France (au moins pour 61% ) est de 8427 MW soit plus du tiers de ce que l’ensemble du parc nucléaire est capable de fournir au même moment (23262MW) comme il est facile de le constater sur le site eco2mix de RTE.
Voilà de la propagande de désinformation sur l’ennemi à abattre du nucléaire, car le reste de l’article n’est qu’à l’avenant, mensonger et hypocrite.
Serge Rochain

Répondre
Penin 10 octobre 2022 - 1:55

Quels sont vos arguments, chiffrés, en faveur de l’éolien, puisqu’il semble avoir l’heur de beaucoup vous plaire?
Certainement pas en tout cas la référence aux accords de Paris de la cop21 en 2015, que nous n’aurions jamais dû signer, car totalement irréalisables et infondés, comme le démontre la situation actuelle.
J’espère que ses promoteurs et signataires, ainsi que leurs continuateurs, toujours aux manettes, auront le courage de s’excuser platement de nos avoir entraînés dans ce cul de sac infernal.

Répondre
Penin 10 octobre 2022 - 2:03

En réponse à vos autres remarques sur les autres intervenants, auxquels vous demandez leurs compétences, sachez que je suis ingénieur de l’Ecole Centrale de Paris, et également diplômé de l’INSEAD. j’attends donc les vôtres, avec curiosité.
Quant à votre manie consistant à traiter tout opposant de complotiste, vous savez certainement que c’est l’argument de ceux qui n’en ont pas d’autre.

Répondre
Laurent MOTTE 9 septembre 2022 - 7:33

bonjour,
si j’étais complotiste, je dirais que tout le monde des décideurs sait tout ça, mais ça ne fait rien, toutes les décisions prises vont dans le sens de cette impasse.
Questions : A qui profite le crime ?
Pourquoi le monde politique s’obstine t-il à poursuivre cette politique d’installation d’éoliennes ?

Répondre
Serge Rochain 9 septembre 2022 - 1:08

Seul les notices à destination du grand public doivent être en français. Les publications relatives aux produits destinés à être installés par des professionnels peuvent n’être qu’en anglais.
La loi allemande par exemple est plus stricte et impose l’allemand même dans les publications professionnelles.
Mais ce n’est pas sans conséquences.
Par exemple, en informatique qui était mon métier, les produits venant des US qui affichaient une certaine avance, arrivaient plus tardivement en Allemagne qu’en France où nous recevions les notices de produits en anglais.

Répondre
Serge Rochain 9 septembre 2022 - 1:13

A moins que vous ne puissiez justifier de votre compétence pour juger de l’escroquerie éolienne, vous êtes bien un complotiste complètement intoxiqué par le lobby nucléaire.
C’est curieux, mais a propos de vos références, je ne trouve pas votre nom dans le répertoire des ingénieurs et scientifiques de France…. Un oubli, sans doute ?
Serge Rochain

Répondre
Laurent MOTTE 9 septembre 2022 - 4:49

on parle de quantité d’énergie produite, de régularité de la production, de cout de production.
Vous êtes bien le premier que j’entende dire que tout cette installation d’éoliennes est bien rentable, par rapport au cout de l’électricité produite par les centrales nucléaires ou par l’hydroélectricité.

Répondre
JR 9 septembre 2022 - 7:58

Bonjour, tout le monde est unanime, sauf la mafia éscrologique.
https://climatetverite.net/2022/08/25/energies-renouvelables-les-trois-mensonges-de-la-loi-dexception-borne/
C’est certain, la Macronie au ordre de Klaus Schwab le Davosien décadent, assure bien le déclin de la France et le déclassement des Français.
Après les malus à 50 000 €, les 80 km/h, voici que les 110 km/h sur autoroute point le bout du nez, non pitié, nous ne ne revivrons pas 18 mois de GJ (stoppés par le virus).
Ces parasites devront tôt ou tard répondent devant les Français et devant nation de leur incompétence et surtout de leur traitrise.
Merci. Bien à vous

Répondre
Serge Rochain 9 septembre 2022 - 1:16

L’unanimité ce n’est pas vous… Ce sont surtout les autres, ceux qui réfléchissent et mesurent les propositions antagonistes en remettant le nucléaire à sa place.

Répondre
Astérix 9 septembre 2022 - 9:29

Merci de votre article. Il s’agit d’une gigantesque escroquerie de plus qui va couter 175 milliards aux français pour rien.
Vous avez, là encore, le génie technocratique qui plaît à une majorité de français ?????

Répondre
Serge Rochain 9 septembre 2022 - 1:21

Vous avez mon cher Asterix tout a fait le profile pour continuer à vous faire enfumer par le lobby nucléaire et ses serviles serviteurs qui mentent effrontément à longueur d’article comme ici alors qu’il est si simple de voir la preuve du contraire en consultant simplement les sites officiels de RTE et EDF par exemple… Mais c’est sans doute plus fatigant pour vous que de colporter n’importe quel fake de comptoir de bistro don’t vous avez une excellente collection dans cet article.

Répondre
Astérix 10 septembre 2022 - 8:04

Profil décrit sans e !

Répondre
Astérix 10 septembre 2022 - 8:14

Profil s’écrit sans e ! mais je pense qu’il faut que vous réduisiez le café ! auriez-vous bouffé du lion ?

Répondre
nanard 9 septembre 2022 - 11:14

Une énergie subventionnée, n’est pas une énergie…… mais un transfert d’argent qui « habille » une fausse économie.

Répondre
Serge Rochain 9 septembre 2022 - 12:46

Il semble que lorsque le commentaire conteste et dénoncé les mensonges des articles de cette publication affiliée au lobby nucléaire, la censure frappe et le commentaire passe à la trappe…. Finalement ce n’est pas très surprenant de la part d’une industrie qui s’est construite sur le mensonge.
Serge Rochain

Répondre
Serge Rochain 9 septembre 2022 - 1:36

Je retire ce que j’ai dit…. Ce n’était qu’un retard de publication, mais mon message de contestation est bien là
Mes excuses à IREF

Répondre
Serge Rochain 9 septembre 2022 - 2:01

C’est curieux comme Afif escamoté le prix du MWh du nucléaire quabd elle cherche à discrediter celui de l’éolien comme elle escamote aussi celui des parcs éoliens en eau peu profondes en mer du Nord….. Le moins cher de tous… 44 € le MWh contre 140 € le MWh pour L’EPR d’Hinkey Point ?
Et plus gros mensonge encore sur les facteurs de charge qui ont été de 26 pour l’éolien terrestre et voisin de 40 pour l’offshore tandis que celui du nucleaire n’a jamais été de 75 %, plus voisin de 60% depuis usieurs années et qui sera bien inférieur à 50 % pour cette année.
Mais 60 années d’habitudes de mensonge ne se perdent pas facilement surtout quand c’est le seul moyen de se maintenir contre l’avancée des renouvelables.

Répondre
Serge Rochain 9 septembre 2022 - 1:37

Non ils réapparaissent si on en publie un nouveau… Mais cela reste tout de même curieux.

Répondre
Dupond 10 septembre 2022 - 1:58

En conclusion pourquoi nos gouvernants paniquent à l’idée d’un manque d’énergie cet hiver . Les Hauts de France et la région Grand Est seront garanties à 61 % pour leurs besoins.!!!! Que des responsables du pays n’aient aucun plan pour assurer notre autonomie énergétique en dit long sur leur clairevoyance et les conseillers verts qui les entourent. Le gaz russe / allemand est le grain de sable qui montre que le roi nu. 33 réacteurs arrêtés en partie par une une loi ( a supprimer ) qui prévoit leur fermeture .Heureusement ces mêmes citoyens imposent la suppression des moteurs thermiques pour 2035. Désastre en vue chez les constructeurs automobiles et destruction de notre savoir faire par l’aarêt de la recherche qui va s’en suivre

Répondre
Astérix 25 septembre 2022 - 12:48

Plus cons que nos gouvernants c’est très difficile !

Répondre
Obeguyx 11 septembre 2022 - 5:49

Nous sommes dans un monde de fous et de crétins. Tout le monde y va de son commentaire alors qu’un simple « coup de fourche » suffirait très largement à remettre de l’ordre dans tout de tas de « fumiers ». Remémorez-vous les 3 premiers mots de notre hymne national !!!

Répondre
Almaviva 12 septembre 2022 - 7:39

Une chose, par contre est clair : les éoliennes détruisent les paysages et détruisent une partie de la nature. Quid des tonnes de béton pour fixer ces énormes engins ? Quid du fait que tous. ces matériels sont construits à l’étranger, surtout en Chine où l’énergie nécessaire à leur construction est d’origine polluante, quid de l’impact sur notre balance commerciale puisque tout est importé ? etc.. Rien n’est parfait dans la vie, mais, en mai§re de production d’énergie, aujourd’hui, le nucléaire présente de très forts avantages par rapport à toutes les autres formes de production, sauf, peut être la production hydraulique.

Répondre

Laissez un commentaire