Accueil » Parcs éoliens en mer : où en est-on ?

Parcs éoliens en mer : où en est-on ?

par Morgane Afif

« 40 gigawatts en 2050 ». L’objectif d’Emmanuel Macron est clair : faire, à terme, de l’éolien en mer la première source d’électricité en France. A titre de comparaison, l’énergie produite par les 56 réacteurs en fonctionnement du parc nucléaire présent sur l’ensemble du territoire atteint une puissance installée d’environ 61 GW (pour une production de 360,7 TWh en en 2021), selon EDF. Le président aurait-il oublié la forte variabilité des capacités de production de l’éolien en annonçant ces chiffres en absolu ? Du reste, c’est le stockage, plus que la production d’électricité qui pose encore problème aujourd’hui.

Sur le papier, le projet est alléchant, si l’on fait taire les pêcheurs, marins et riverains qui s’opposent à l’édification des parcs éoliens offshore en cours de développement. En juin, les éoliennes au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) produisaient pour la première fois de l’électricité, 40 d’entre elles sur les 80 commandées étant désormais installées. Le parc éolien de Fécamp (Seine-Maritime) doit entrer en service courant 2023, tout comme celui de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) et de Courseulles-sur-Mer (Calvados) dont la construction a déjà commencé. Les parcs du Tréport (Seine-Maritime), Noirmoutier (Vendée) et Dunkerque (Nord) devraient quant à eux être mis en service entre 2024 et 2028 et sont actuellement en cours d’instruction ou au stade d’appel à projet.

Le prix de l’énergie verte, lui, vire au rouge. Afin d’acheminer l’électricité produite vers les réseaux européens, « nous estimons que les investissements dans les réseaux offshore devront s’intensifier, passant de moins de 2 milliards en 2020 à 8 milliards par an avant 2030 » puis à 15 milliards annuels entre 2030 et 2050, expliquait WindEurope, lobby éolien, aux Echos fin 2019. Autant dire que les consommateurs et les contribuables n’ont pas fini de payer.

Vous pouvez aussi aimer

6 commentaires

Obeguyx 28 juillet 2022 - 5:46

Jusqu’au moment fatidique habituel où on s’apercevra que tout ça n’est en fait que caprices inutiles et coûteux d’esprits très dérangés. En effet, 2050 c’est dans 28 ans et il faudra alors songer à remplacer une grande partie du parc de ces « saloperies ». Il n’y a pas d’avenir dans l’éolien. Tout n’est que lobbyisme. C’est un peu comme pour les incendies dans les Landes, les coupables de ce saccage paysagé apparaîtront enfin au grand jour et ne seront condamnés à rien comme d’hab » !!!

Répondre
Daniel 1945 28 juillet 2022 - 8:02

Que penser des écolos qui aujourd’hui vantent les voitures nucléaires et ne veulent plus d’éoliennes, particulièrement, dans leurs jardins.

Répondre
Dudu 28 juillet 2022 - 7:26

Je comprends pas trop, selon EDF une production de 360TW soit 360 000GW Alors que le parc nucléaire en produit que 61GW? Comment produire tout le reste?
Lire l’obscurantisme vert c’est rigolo!

Répondre
Astérix 28 juillet 2022 - 7:27

Parfait OBEGUYX. L’éolien est une aberration !

Répondre
AlainD 28 juillet 2022 - 2:55

Il n’y a rien de trop beau ni surtout trop cher pour satisfaire les caprices de quelques verts/rouges. La Cour des comptes en 2018 signale que les subventions publiques (donc notre argent) en faveur de l’éolien et du solaire s’élèvent à 121 milliards d’euros mais Macron ne lit sûrement pas les rapports de le C.C.
Il fait installer des éoliennes sur tout le littoral sauf au Touquet ou son épouse possède une résidence… Etonnant non ?

Répondre
l 1 août 2022 - 4:05

Les éoliennes à pâles c’est dépassé….Le progrès en éoliennes est déjà à ailettes cachées….pratiquement invisibles quelque soit leur taille et sans danger pour les oiseaux et autres nuisances….
Il faudra d’abord penser aux E.P.R. Il n’y avait aucune raison d’arrêter les recherches, les progrès, dans ce qui est aussi de plus en plus proche de la Nature….
Il a été une vraie imposture de fermer Fessenheim.
La France ne doit plus être gouvernée depuis Berlin, de Bruxelles, de Washington

Répondre

Laissez un commentaire