Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les chiffres clés > SNCF, la société qui se moque des Français :

SNCF, la société qui se moque des Français :

13.5 Mds d’euros de subventions pour être toujours en retard !

lundi 22 avril 2019, par Nicolas Lecaussin

Encore un rapport qui accable la SNCF. Selon l’Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST), un train sur six n’arrive pas à l’heure, les annulations de TGV ont ainsi augmenté de 6,8%, un taux qui se hisse à 13,3% pour la seule ligne Paris Nord-Arras. On peut également constater une hausse importante des retards, dont le taux atteint 17,8%, contre 15,4% en 2017.

Ce que ce Rapport ne dit pas c’est que la SNCF est aussi très mal classée pour cela au niveau européen : le taux de régularité est de 90.3 % pour les trains régionaux, loin derrière les Pays-Bas (97.5 %), la Suisse (96.8 %), l’Allemagne (96.3 %) ou la Grande-Bretagne (92.9%) (source ARAFER, 2017). D’où un taux de satisfaction des Français moins élevé que dans les autres pays. Dans le European Railway Performance Index (2017) qui mesure la qualité du transport ferroviaire en Europe, la France se classe loin derrière la Suisse, le Danemark, la Finlande, l’Allemagne, l’Autriche, la Suède, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne.

Alors, que fait elle des 13.5 Mds d’euros de subventions publiques reçus tous les ans ? Payer les privilèges de ses agents et combler les dettes ? Ce qui est sûr c’est qu’elle se fiche de l’argent des Français. Vivement la réforme !

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-chiffres-cles/article/SNCF-la-societe-qui-se-moque-des-Francais

Vos commentaires

  • Le 3 décembre 2019 à 15:16, par PhB En réponse à : Privilèges

    Bonjour
    Je vais essayer de faire court.
    Jeune retraité cadre du privé, j'ai subit pendant vingt ans les désagréments de service de la SNCF pour me rendre à mon travail (deux heures A/R) et ai eu l'occasion mainte fois d'échanger avec un contrôleur(se) sur cette question.
    Il faut abolir ces privilèges ! Heureusement ils se réduisent par eux même "naturellement", les jeunes, pour ceux qui sont encore agents (il y a de plus en plus de contractuels déconnectés de ces privilèges) , seront obligés de travailler bien plus longtemps que leur prédécesseurs, même un "vieux" contrôleur de plus de 50 ans me disait qu'il devrait aller jusqu'à 60 ans pour avoir sa retraite complète.
    Je note que dans les avantages cités dans votre point "11", beaucoup existent également dans beaucoup d'entreprises par l'intermédiaire des CE (CSE à présent) qui sont très actifs.
    Sur le fond, les cheminots sont actuellement moins à plaindre que le personnel hospitalier qui possède exactement les mêmes désagréments (travail de nuit, jours fériés, etc) et n'ont d'une part pas les mêmes salaires et encore moins les mêmes privilèges.
    Les agents hospitaliers font aussi grève mais ne prennent pas les patients en otage comme la SNCF qui profite de son monopole sur les Rails !
    La SNCF oublie que contrairement au Privé elle vit aussi grâce à nos impôts. Quand j'ai commencé à travailler, on devait valider 37 annuités pour la retraite, quand j'ai arrêté, c'était 42 ans !
    Qu'ils commencent déjà par cotiser sur tout les revenus, primes comprises, comme pour le privé. Ils auront alors la possibilité d'avoir plus de retraite également.
    PhB

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière