Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Pauvreté : moins de personnes à risque en République tchèque qu’en (...)

Pauvreté : moins de personnes à risque en République tchèque qu’en France

mercredi 3 novembre 2021, par Alexandre Massaux

Les dernières données d’Eurostat sur la pauvreté et l’exclusion sociale en Europe montrent que 18 % de la population française est à risque contre « seulement » 11 % des Tchèques, leur pays étant en d’Europe centrale celui qui a le moins de pauvres (en proportion de sa population). Un résultat médiocre pour la France, compte tenu de la différence du poids des prélèvements obligatoires entre les deux.

Eurostat estime que 21,9 % de la population de l’UE, soit quelque 96,5 millions de personnes, étaient menacées de pauvreté ou d’exclusion sociale en 2020. Cet indicateur étant défini comme étant la somme des personnes qui sont menacées de pauvreté ; et/ou confrontées à une privation matérielle et sociale grave ; et/ou vivant dans un ménage à très faible intensité de travail.

Une analyse des détails révèle des aspects et des éléments de comparaison intéressants. Plusieurs leçons sont à en tirer.

Un faible chômage aide à réduire la pauvreté

Le tableau ci-dessous montre le pourcentage de personnes à risque au sein de la population au sein des pays de l’UE étudiés.

On peut constater que le risque de pauvreté touche principalement les pays d’Europe du sud (Espagne et Grèce) ainsi que certains pays d’Europe centrale comme la Roumanie et la Bulgarie. Les pays baltes n’échappent pas à la tendance. Inversement les pays scandinaves et une large partie du groupe de Višegrad ont un taux honorable.

Les causes du risque de pauvreté sont multiples. Néanmoins, comme le met en avant Eurostat, le chômage joue un rôle prédominant : 65 % des personnes sans emploi sont dans une situation à risque et constituent la population la plus vulnérable. Le plein emploi permet logiquement de réduire la pauvreté. En l’espèce, la République tchèque est le pays d’Europe avec le taux de chômage le plus faible : 2,8 % en juillet 2021, similaire au taux d’avant la crise. À titre de comparaison et à la même date, la France était à 8 %. Contrairement à ce que certains étatistes répètent, les aides sociales ne sont pas une alternative à l’emploi pour combattre la pauvreté.

Des pays libéraux avec de faibles inégalités

L’indice Gini est utilisé pour mesurer les inégalités dans un pays ; s’il est bas, alors la population est égalitaire au niveau des richesses. Les données de la Banque mondiale montrent que la Slovénie, la République tchèque et la Slovaquie sont les pays avec le moins d’inégalités dans le monde, les Pays-Bas étant assez proches dans ce classement. Une situation qui recoupe les données d’Eurostat sur la pauvreté.

La République tchèque et les Pays-Bas figurant parmi les pays les plus libéraux de l’UE, démonstration est faite qu’il est possible d’avoir une société sans fortes inégalités dans un système libéral. Les Pays-Bas sont à la 16e place mondiale du classement 2021 sur la liberté économique d’Heritage Foundation, et la République tchèque, à la 27e place.

Un résultat français médiocre compte tenu des prélèvements obligatoires

La place de la France dans le classement sur la pauvreté n’est pas mauvaise, mais compte-tenu de l’importance des prélèvements obligatoires, on pourrait s’attendre à un meilleur résultat. La France ayant, après le Danemark, les taux de l’OCDE les plus élevés en la matière. Se retrouver dans une situation moins favorable que des États moins vorace en impôts est problématique.

En France, le taux de prélèvements obligatoires représente 45 % du PIB. La République tchèque est à 35 % et les Pays-Bas, à 39 %. La Slovaquie et la Slovénie ont respectivement des taux de 34,7 % et de 37,6 %. L’argument du système social français qui coûte cher mais qui est le plus protecteur, voit ses limites. On remarquera que les Frugal Four (Pays-Bas, Autriche, Suède et Danemark), connus pour leur stricte discipline budgétaire, ont tous un risque de pauvreté moindre que la France. L’austérité budgétaire n’est pas synonyme d’une explosion de la pauvreté.
En conclusion, les dirigeants français devraient s’atteler à dépenser mieux plutôt que de chercher à augmenter sans cesse leur budget et la dette. Libérer le marché du travail est une piste essentielle afin de lutter contre la précarité de la population.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Pauvrete-moins-de-personnes-a-risque-en-Republique-tcheque-qu-en-France

Vos commentaires

  • Le 4 novembre à 07:04, par Ninon En réponse à : Pauvreté : moins de personnes à risque en République tchèque qu’en France

    Peu de migrants en Tchéquie, beaucoup en France. Nos statistiques de la pauvreté doivent inclurent les pauvres venus de pays pauvres. Donc, pour faire baisser la pauvreté, une autre politique migratoire est nécessaire.

  • Le 4 novembre à 08:12, par Claude Courty En réponse à : Pauvreté : moins de personnes à risque en République tchèque qu’en France

    Le risque d’appauvrissement est proportionnel à la richesse des pays, et il en est ainsi partout dans le monde, quel que soit le niveau auquel une telle observation puisse être faite : collectivité locale ou régionale, nation, région, continent, etc.
    Les inégalités sociales sont avant tout d’ordre structurel. Plus l’indissociable binôme économie-population d’une société est développé, plus sa pyramise sociale est élevée, plus la distance entre son sommet et sa base est grande, les inégalités sociales se creusant d’autant.
    Et il en a toujours été ainsi depuis que le monde existe, richesse et pauvreté étant des conditions sociales relatives, existant l’une par lautre. Sans riches point de pauvres et inversement.
    https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2015/03/schema-sans-commentaire.html
    https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2020/01/du-binome-economie-population.html

  • Le 4 novembre à 11:35, par zelectron En réponse à : Pauvreté : moins de personnes à risque en République tchèque qu’en France

    Prélever à hue et à dia augmente la pauvreté !
    « Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson » Confucius.
    « Si tu donnes un poisson à un homme, il mangera un jour, si tu lui apprends à pêcher, il mangera toujours » Lao Tseu.
    « Ne me donne pas de poisson, apprend moi plutôt à pêcher » Mao Tsé Tong.

  • Le 4 novembre à 14:45, par Astérix En réponse à : Pauvreté : moins de personnes à risque en République tchèque qu’en France

    Dépenses publiques : 70 % du P.I.B. à ce jour !!Il reste 30 % au secteur privé pour supporter les 70 % par sa création de richesses !!
    Il faut inverser. A défaut la France finira dans le caniveau !
    Quand les Français vont enfin comprendre ????

  • Le 7 novembre à 06:39, par jijite En réponse à : Pauvreté : moins de personnes à risque en République tchèque qu’en France

    Pauvreté, pauvreté mais la pauvreté Française est bien relative par rapport à bien des pays et puis en France on entretien la pauvreté à grand renfort d’aides pour tout et n’importe quoi au lieu d’aider ceux qui veulent s’en sortir , en finançant les formations, la reprise d’études ou en augmentant les salaires ou en aidant ceux qui bossent plutôt que ceux qui ne bossent pas et qui d’ailleurs n’en ont pas l’intention , aujourd’hui en France des familles entiéres ne comptent plus que sur les aides et ils transmettent se vivre "pauvres" mais sans jamais rien faire au générations suivantes au lieu de leurs transmettre le gout du travail !!!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière