Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Epidémie et vaccination dans l’urgence : l’exemple de la méningite brésilienne (...)

Epidémie et vaccination dans l’urgence : l’exemple de la méningite brésilienne de 1974

mercredi 6 janvier 2021, par Valentine Rault

Il y a 47 ans, 90 millions de Brésiliens étaient vaccinés en 6 mois contre une maladie mortelle : la méningite. Entre courage scientifique et épopée humanitaire, l’IREF revient sur l’une des plus vastes campagnes de vaccination du 20e siècle.

Août 1974 : le Brésil fait face à une violente épidémie de méningite qui ravage la population. Près de 4000 personnes meurent chaque semaine dans la seule ville de Sao Paulo. A peine 6 mois plus tard, l’épidémie est endiguée grâce à une campagne de vaccination éclair, menée par deux Français : Charles Mérieux et Léon Lapeyssonnie.

Tout commence dans les années 60. A cette époque, le virologue et industriel Charles Mérieux dirige, à Lyon, l’Institut Mérieux fondé au début du 20e siècle par son père Marcel Mérieux, biochimiste et élève de Pasteur. Cet institut est alors l’un des pionniers français de la recherche de vaccins. Léon Lapeyssonnie est, lui, un médecin militaire et un spécialiste des maladies tropicales, qui travaille surtout en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne. Il étudie alors notamment la méningite cérébro-spinale (dite africaine de type A), maladie due à une bactérie, le méningocoque, particulièrement répandue dans la région. Lui et Charles Mérieux développent alors un vaccin, distribué avec succès dès la fin des années 60.

Or, en 1974, ce n’est pas en Afrique que la méningite frappe, mais au Brésil. La situation est catastrophique, et le manque de routes et d’infrastructures rend d’autant plus difficile l’accès aux soins. Alerté, Léon Lapeyssonnie avertit à son tour Charles Mérieux : son institut est le seul qui dispose d’un vaccin ayant fait ses preuves.

Mais il faut vacciner près de 100 millions de personnes : l’institut est encore de taille modeste et, en plein mois d’aout, la plupart des employés sont en vacances. Charles Mérieux emploie les grands moyens : il rappelle ses techniciens, construit un nouveau laboratoire et en quelques mois, les premières doses de vaccins sont prêtes. Le Brésil en reçoit ainsi plusieurs milliers dès le mois de décembre 1974. Par la suite, 3,5 millions de doses seront envoyées chaque semaine, par avion, de Lyon au Brésil.

En partenariat avec toutes les autorités brésiliennes, du gouvernement aux instances médicales en passant par l’armée et les transports, Charles Mérieux et Léon Lapeyssonnie parviennent à vacciner 90 millions de personnes en 6 mois. Au plus fort de la campagne de vaccination, à Sao Paulo, 1500 personnes sont vaccinées chaque heure.

En avril 1975, l’épidémie n’est plus qu’un mauvais souvenir pour les Brésiliens qui reprennent une vie normale. Charles Mérieux participe par la suite au développement d’autres vaccins, comme celui contre la fièvre aphteuse, et fonde en 1999 le laboratoire haute sécurité P4 à Lyon, aujourd’hui dirigé par l’INSERM. Léon Lapeyssonnie a, lui, pris sa retraite de la médecine militaire en 1975 pour se consacrer à l’écriture.

Que reste-t-il de leur combat, 47 ans plus tard ? Pas grand chose, si l’on en juge par l’incapacité française à organiser une logistique vaccinale efficace, avec un Etat embourbé dans la paperasse, bien en peine face à l’urgence d’une campagne de vaccination indispensable à la survie de l’économie. Pourtant, la France dispose des infrastructures, des savoirs, des moyens. Au pays de Pasteur, il ne manque plus que la compétence politique.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Epidemie-et-vaccination-dans-l-urgence-l-exemple-de-la-meningite-bresilienne-de-1974

Messages

  • Article très interessant. Comme souvent :-)

  • il est urgent d'attendre.

    Pour la vaccination C19 il est urgent d'attendre.
    Les bricolages contre le Virus ne sont pas des vaccins mais des saloperies à ARN dont nous ne possedons aucun recul d'expérience. Les maladies auto immunes que risque de produire cette horreur tueront ou rendront invalides ceux que le C19 a épargné.
    De plus la sclérose en plaque est un enfer pour ceux qui en sont atteints et un gouffre financier pour l'assurance sociale.
    Il existe bien quelques vrais vaccins comme SPOUTNICK mais le virus étant changeant il faut en sortir une version mise à jour tous les mois.
    Quant à l'innocence de Institut Pasteur ou de Wuhan P4 je reste dubitatif.

  • bonjour,
    articles intéressant sur plusieurs aspects ;
    1)cette exemple met en évidence que pour faire un vaccin sérieux il faut du temps 1960 - 1974 ! et encore ici il s'agit d'un vaccin contre une bactérie pas un virus très instable !
    2) l'organisation de la vaccination , de la production à la vaccination en passant par la logistique , est le fruit d'une entreprise privé et non de politiques ! 90 millions de vaccinés en 6 mois ! vous voyez nos comités Théodules et énarques organiser cela ?
    3) l'article ne dit pas si à l'époque c'était de vrais scientifiques et médecins sans corruption ni délits d'intérêt ; mais il me semble qu'à l'époque les moyens de communications étaient plus limités et par la la corruption aussi ?

    pour les vaccins anti-Covid je suis comme Philippe, méfiante ;
    les précautions habituelles ne sont pas prises et aucune des phases de tests ne sont finies ni à ce qui concerne l'efficacité , ni effets négatifs

    http://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04368728?cond=NCT04368728&draw=2&rank=1

    debut phase I+II+III avril 2020
    résultats au mieux pour Janvier 2023

    "Study Type : Interventional (Clinical Trial)
    Estimated Enrollment : 43998 participants
    Allocation : Randomized
    Intervention Model : Parallel Assignment
    Masking : Triple (Participant, Care Provider, Investigator)
    Primary Purpose : Prevention
    Official Title : A PHASE 1/2/3, PLACEBO-CONTROLLED, RANDOMIZED, OBSERVER-BLIND, DOSE-FINDING STUDY TO EVALUATE THE SAFETY, TOLERABILITY, IMMUNOGENICITY, AND EFFICACY OF SARS-COV-2 RNA VACCINE CANDIDATES AGAINST COVID-19 IN HEALTHY INDIVIDUALS
    Actual Study Start Date : April 29, 2020
    Estimated Primary Completion Date : July 30, 2021
    Estimated Study Completion Date : January 27, 2023"

    http://www.vidal.fr/actualites/26337-vaccin-pfizer-biontech-contre-la-covid-19-enfin-des-donnees-a-analyser.html

    ce ne sont pas des sites complotantes il me semble ;-)

  • Oui, mais les vaccins alors étaient validés, l'agent pathogène connu. ces professionnels pouvaient donc œuvrer avec certitude ce qui n'est pas le cas avec ce covid ; voisin de la grippe et qui mute (comme tous les autres). Ce qui est grave dans ce cas, c'est injecter un produit à l'aveuglette, n'ayant pris le temps indispensable à l'expérimentation. En qq mois, c’est un scoop. Aucun respect ni responsabilité de la part de ceux qui veulent obliger les individus à se faire vacciner. Pour les diverses phases d'investigations il faut plusieurs mois avec des examens permanents, des injections à divers pourcentages, des périodes d’attentes vigilantes, les constantes à observer sur le plan générale : sang, cœur, tension, asthénie éventuelle, etc…
    Non, un vaccin ne se pratique que chez des êtres en bonne santé et en prévision d’un contact. Jamais en période de crise de contamination. C’est une honte, le corps, comme toujours, s’immunise au contact ainsi qu'avec des mesures d’hygiène qui font parties intégrantes de l’éducation dès l’enfance. Alors pourquoi cette absurdité montée en épingle ??? Pourquoi mon Dieu les politiques paralysent la planète, l’économie, la vie dans tout ses prismes ??? Ruinent les défenses immunitaires de tous ??? Comme s'ils voulaient anéantir notre sphère de sens… Mis à part le côté bassement alimentaire avec des produits de super marchés…
    Tous ces médecins qui ont leur rond de serviette chez tous les médias subventionnés, altèrent notre, leur éthique, ces journalistes, ignorants et incultes, donnant leurs avis "ciblés". Et tous ces “docteurs” félons, fieffés, effondrent la confiance résiduelle que peut encore conserver le peuple aux abois. La médecine est empirique et pas une science exacte. La 3ème république a permis à cette "race" de travailleurs, le “secret professionnel” sur lequel ils s’appuyaient pour effectuer leurs expériences ad hoc sans recours possible contre eux, et les dérives accomplies sont restées dans l’ombre. N'a t'on pas entendu que Monsieur DEVEDJIAN est DCD du covid ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière