IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5779



Baccalauréat 2020 : le « cadeau » empoisonné

Le taux de réussite du bac 2020 atteint un record : 95,7 % après les rattrapages. Il est de 7,7 points supérieur à celui de l’an dernier, 88%. Sans les rattrapages, l’écart est encore plus flagrant avec 91,5 % de réussite cette année contre 77,7%, soit 13,7 points de plus.
Certains pays comme l’Allemagne, l’Autriche ou l’Espagne ont choisi de reporter leurs examens du fait des conditions spéciales engendrées par le COVID-19, tandis que la France a préféré le contrôle continu, sur deux trimestres.
Si ce taux peut s’expliquer par un examen entièrement en contrôle continu, il est surtout dû à la « bienveillance » voulue (et imposée) par le ministère de l’Education. Certains y voient un cadeau. C’est surtout une baisse du niveau de ce diplôme déjà dévalorisé depuis des années. Cela va rendre la vie des futurs étudiants de faculté encore plus difficile.

Un surnotation flagrante

Certains élèves ont été surpris par leur note finale, qui n’était pas en rapport avec leurs moyennes de l’année. Enzo, lycéen à Metz, a obtenu le bac avec 10.27 alors que sa moyenne était de 7.93. Moyenne qui habituellement est insuffisante pour aller en rattrapage.
Il en est de même pour Farhati, de Lyon, qui a obtenu son bac S alors que sa moyenne ne dépassait pas 10/20. Le jury a décidé de la remonter de 2 points en histoire-géographie, d’1 point en mathématiques et d’1 point en physique (ces deux dernières matières sont pourtant fondamentales pour un bac S).
Charlie, élève de terminale technologique, a été beaucoup absent pendant les deuxième et troisième trimestres, manquant nombre de cours importants. Il a eu un zéro dans une des matières. Pourtant, il a obtenu son bac avec la mention bien ! « Je ne me serais pas donné le bac », dit-il->[ ⚠️ <html>https://etudiant.lefigaro.fr/article/ma-flemme-a-fini-par-payer-ces-lyceens-qui-s-etonnent-de-leurs-bonnes-notes-au-bac_7a1b3a34-c0f9-11ea-90a9-4e32efae7004/?utm_medium=social_lefigaro&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR2XC-HBmnBKBH6JTzPI4Zr-EavNIb43Ykt2mIIxw01nGQtzIKuY-TTAYes#Echobox=1594215907</html>].]. Une autre lycéenne confie aux journalistes du Figaro étudiant qu’il y a des élèves « avec 200 absences comptabilisées dans l’année (hors COVID) qui ont eu le bac. On ne s’en plaindra pas mais les résultats sont faussés, c’est certain. ».
Dès avril, le mot d’ordre à l’Education nationale a été : « bienveillance ». Les jurys et les commissions d’harmonisation avaient pour devoir d’arrondir les moyennes vers le haut, notamment en fonction des appréciations et cet arrondi a parfois été poussé au-delà de 2 points... Quant au nombre de mentions, il est passé de 60% den 2019 à 80% cette année.

Une volonté étatique du bac pour tous

Les jurys d’harmonisation ont eu accès aux notes des élèves fin-juin. Pour ajuster la moyenne, les critères ne se résumaient pas aux appréciations personnelles, ils englobaient les statistiques des lycées par rapport aux examens des années précédentes. Certaines instructions reçues de l’inspection académique demandaient aux enseignants d’augmenter la note d’une ou plusieurs matières pour tous les élèves, sans même avoir accès à leur dossier scolaire. L’« harmonisation » n’a jamais impliqué de baisser des notes. Le message était clair : que tout le monde obtienne son diplôme.
Des observateurs vont même plus loin. Ainsi Sophie Vénétitay, du syndicat Snes-FSU, qui affirme que « plusieurs notes du bac, saisies manuellement, ne correspondaient pas à celles inscrites sur les livrets scolaires mais étaient en fait bien supérieures[ Marie-Estelle Pech, Le Figaro, mercredi 8 juillet 2020, « Les bacheliers 2020 ont-ils été surnotés ? »] ». Elle dénonce un bidouillage dans les lycées. Elle a pu constater que les résultats du contrôle continu ont été supérieurs au taux de réussite moyen des années précédentes dans certains établissements. Cette pratique aurait concerné entre un tiers et la moitié des lycées dans les commissions d’harmonisation, selon elle. De nombreux jurys ont aussi constaté que des moyennes d’élèves avaient artificiellement été gonflées par les lycées d’origine.

Ainsi, il semble que l’Etat et les lycées, avec la complicité de certains professeurs, ont souhaité « offrir » le bac à leurs élèves. Cela ne présage rien de bon pour les prochaines années où le contrôle continu représentera 40 % de la note finale.
Au-delà des questions de niveau de ce diplôme, est-ce vraiment rendre service aux lycéens alors que le fossé entre la classe de terminale et la première année d’études supérieures se creuse continuellement ?

Un cadeau empoisonné pour les futurs étudiants

Le ministère de l’Enseignement supérieur a fait passer le mot d’ordre aux directeurs d’université, leur enjoignant de faire de la place afin d’accueillir des bacheliers en plus, mais qui n’ont pas le niveau. Ce sont des dizaines de milliers de bacheliers supplémentaires qui vont engorger les premières années d’université, déjà surchargées.
Pour Guillaume Gellé, président de l’université de Reims, le constat est clair. « Il y en a qui, si le contexte actuel que nous connaissons n’avait pas eu lieu, n’auraient pas eu le bac. Et une partie de ceux qui vont arriver en licence n’auront pas le niveau ».
Phénomène qui d’ailleurs n’est pas nouveau. En 2018, les étudiants ont été 56 % à échouer en première année de licence. Et ils n’ont été que 30 % à réussir la licence en trois ans ! C’est un véritable fossé, une tranchée même ! Combien, de ces 95 % et plus de bacheliers, réussiront leur première année de faculté ? L’année prochaine pourrait être une hécatombe.

Le privé pas logé à la même enseigne

Le cas de la surnotation concerne en priorité les établissements publics. En ce qui concerne le privé, en particulier hors-contrat, ce n’est pas la même affaire.
Quarante et un lycéens bretons se sont vu refuser le diplôme par le rectorat de Rennes au motif de « dossier de contrôle continu incomplet » et ce malgré de bonnes moyennes, pendant que d’autres obtenaient le bac avec moins de 8 de moyenne.
Ces quarante et un lycéens étaient dans des écoles privées, indépendantes et n’ayant pas passé de contrat avec l’État, au sens de la loi Debré de 1959, hormis pour la validation des diplômes. Des écoles libres de leur pédagogie et de leur organisation, mais tout de même contrôlées par des inspecteurs de l’Académie. Les élèves sont donc des candidats au bac comme les autres. Pas pour l’Education nationale.
Jean-Michel Blanquer avait annoncé en avril que les lycéens des établissements hors contrat devraient passer de vraies épreuves en septembre, ce dont sont dispensés les élèves de la formidable école publique qui ne cesse de descendre dans les classements PISA. Il s’était certes ravisé par la suite, mais les faits confirment que l’égalité de traitement ne vaut pas pour tout le monde.
Le problème semble ne s’être posé qu’en Bretagne, mais il est symptomatique de la pensée de bon nombre de fonctionnaires de l’Education nationale, qui rêveraient d’appliquer la réforme qu’appelait de ses voeux François Mitterrand, d’interdire toute école non publique.

Le bac de 2020 ressemblera à celui de 1968, sa valeur sera aussi pauvre. Les élèves eux-mêmes en sont conscients et craignent pour leur carrière future. Les recruteurs jugeront certes sur les diplômes suivants (licence, master), mais... qui nous dit que des commissions d’harmonisations ne seront pas mises en place pour baisser le niveau des licences et des masters ? Il est déjà faible par rapport à celui d’autres pays mais qu’importe : la « bienveillance » doit primer.
Il serait urgent de s’attaquer à ce baccalauréat devenu une formalité. De lui redonner de la valeur, afin que l’entrée dans l’enseignement supérieur résulte d’une sélection ayant du sens. Le problème venant de plus loin, il faudrait aussi que les choix soient plus pertinents à l’âge de l’entrée au lycée et l’enseignement professionnel, délaissé par les pouvoirs publics, beaucoup mieux valorisé et d’être plus exigeant. Du primaire au master, c’est une réforme d’ensemble qu’il faut lancer. Le bac n’est pas un droit, il se mérite.

Sources :
Christel Brigaudeau, Le Parisien, Mercredi 8 juillet 2020, « Le bac record, un cadeau ? »
Marie-Estelle Pech, Le Figaro, mercredi 8 juillet 2020, « Les bacheliers 2020 ont-ils été surnotés ? »
⚠️ <html>https://www.francebleu.fr/amp/infos/societe/le-bac-avec-7-93-20-m-appelle-le-miracule-ces-messins-tout-surpris-d-avoir-le-bac-grace-au-jury-1594136647?__twitter_impression=true&fbclid=IwAR1NiMbBxfB9H7u7uujO8SlH0ykmSYMjLl7atYmA0LSrSG3DdGujSCFqMyc</html>
⚠️ <html>https://www.ouest-france.fr/bretagne/trois-lycees-independants-recales-au-bac-6899694?fbclid=IwAR29k9v3UJUrTojVeJSkjxGiSbrxdCAwh-4rYOO-sIJFfNDdscHADCV_Z7E</html>
⚠️ <html>https://etudiant.lefigaro.fr/article/les-lacunes-des-bacheliers-2020-inquietent-les-professeurs-d-universite_fefc1d78-c12a-11ea-90a9-4e32efae7004/?utm_medium=social_lefigaro&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR2egwde5kYMux1zEZ5ORa6Q5Xl3WNPAqaFY1MbvKdSUnmigSPxaA2J0E38#Echobox=1594364988</html>
⚠️ <html>https://etudiant.lefigaro.fr/article/ma-flemme-a-fini-par-payer-ces-lyceens-qui-s-etonnent-de-leurs-bonnes-notes-au-bac_7a1b3a34-c0f9-11ea-90a9-4e32efae7004/?utm_medium=social_lefigaro&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR2XC-HBmnBKBH6JTzPI4Zr-EavNIb43Ykt2mIIxw01nGQtzIKuY-TTAYes#Echobox=1594215907</html>
⚠️ <html>https://www.ouest-france.fr/bac/bac-2020-95-7-de-reussite-apres-le-rattrapage-6903436# : :text=Le%20taux%20de%20r%C3%A9ussite%20au,de%20plus%20qu</html>’en%202019.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Confiance en l’information : la France est à l’avant-dernière place dans le monde et dernière en Europe !
Nicolas Lecaussin,

Confiance en l’information : la France est à l’avant-dernière place dans le monde et dernière en Europe !

Les revalorisations salariales des enseignants ou comment passer à côté des vrais problèmes
Philbert Carbon,

Les revalorisations salariales des enseignants ou comment passer à côté des vrais problèmes


Esther Duflo néglige les leçons de Friedrich Hayek
Jean-Philippe Delsol,

Esther Duflo néglige les leçons de Friedrich Hayek

En Floride, l’argent public pour choisir son école
Nicolas Lecaussin,

En Floride, l’argent public pour choisir son école



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js



FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies