Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Zemmour tente de revigorer sa campagne en se donnant une stature de libéral-réformateur

Zemmour tente de revigorer sa campagne en se donnant une stature de libéral-réformateur

par
58 vues

Le candidat Zemmour serait-il différent du chroniqueur Zemmour ? Alors que le chroniqueur pourfendait sans arrêt le libéralisme, le candidat dénonce un Etat obèse et l’inflation normative. Le ralliement de Marion Maréchal, proche des milieux d’affaires et tenante d’une ligne plutôt libérale en économie, pourrait pousser en ce sens. Lundi 7 mars, lors d’une interview à Acteurs publics, Eric Zemmour a dégagé quelques idées prometteuses en dénonçant le manque d’efficacité de l’action publique, l’explosion des dépenses publiques et une mauvaise gestion des finances de l’Etat. Les constats sont particulièrement clairvoyants et résonnent avec les messages que portent l’IREF depuis de nombreuses années. Il plaide pour une meilleure évaluation des politiques publiques et il chargera la Cour des comptes d’en faire un grand audit afin de documenter les réformes et proposer des pistes d’économie. Il défend la création d’un Haut-commissariat à la simplification administrative afin de délier les mains de l’Etat dont il rappelle que les missions régaliennes doivent redevenir sa priorité car, à force de s’occuper de tout, il ne remplit plus ses missions premières.

Afin de rendre l’État plus efficace, il souhaite une réforme de la haute fonction publique avec la suppression du classement de sortie de l’ENA (rappelons à Eric Zemmour que l’INSP remplace l’ENA depuis le 1er janvier 2022 et que des alternatives au classement de sortie, lui aussi supprimé, doivent être mises en œuvre d’ici 2024 !), et mettre fin au monopole des quelques écoles qui fournissent en personnel la haute administration. Enfin, il se déclare favorable à un renforcement des compétences locales dans une visée de subsidiarité.

Les paroles n’engagent que ceux qui les croient car si Eric Zemmour a formulé quelques propositions libérales, son programme reste, malgré tout, très largement étatiste. D’ailleurs, ne commence-t-il pas son interview à Acteurs publics en affirmant s’inscrire « dans une double tradition, colbertiste et gaullienne » ? « Pour moi, poursuit-il, l’État doit occuper une place centrale dans la société ». Il en faudra davantage pour convaincre les libéraux.

Vous pouvez aussi aimer

2 commentaires

Rémi 11 mars 2022 - 9:18

Acte III Scène 4 : Tragi comédie en 4 actes : « Zemmour nous est compté »
Nous arrivons au moment où le Héros cherche à vouloir s’affronter à Jupiter, Dieu de l’Univers… Il implore ses compagnons de route pour le soutenir dans cette démarche rendue finalement impossible par manque du « Combattant » proclamé.
Zemmour, est ce personnage qui s’inscrit dans l’impossible et quelque fois dans l’insoutenable, malgré ses emphases lyriques, ses louanges à l’Histoire qui inspirent ses projets et ses inspirations métaphysiques dans lesquelles il conforte ses idées et son programme libéral réformateur….
Que sera l’Acte IV… ?
A suivre… !

Répondre
Dufournet 11 mars 2022 - 5:57

Oui, vous avez raison de rappeler les dernières déclarations du candidat Zemour qui laissent espérer une
salutaire évolution de sa pensée économique.
L’Iref pourrait du reste lui apporter sa contribution pour lui faire aborder les vrais problématiques de la micro
économie, plus précisément celles des entreprises françaises et de l’ensemble de équilibres économiques du pays

Je vois des critiques virulentes quasiment insultantes et souvent injustes qui lui sont faites par Monsieur Lecaussin
alors qu’il vaudrait mieux lui faire rencontrer les Dirigeants des entreprises qui ont su trouver avec succès les moyens de résister intelligemment aux pressions de toute nature d’un Etat dominateur, spoliateur mais souvent ignorants des enjeux industriels et des compétences managériales, replié sur lui même jusqu’à s’en rendre obèse et impuissant.
OUI Eric Zemour ne connait pas ce monde de l’entreprise et ses exigences tactiques et stratégiques mais quel autre candidat a la capacité de maîtriser cette chose complexe nécessaire pour conduire au succès une Entreprise ?

Madame Pécresse qui veut toujours s’appuyer sur l’Etat pour agir ??
Marine Lepen et son ignorance crasse de ce qu’est l’Entreprise et pire l’Economie ??
Monsieur Macron , dirigiste étatique suprême qui par son « stage « chez Rotschild prétendrait donner des leçons au CAC 40 ?? on a vu sa capacité à décider de l’avenir d’Alsthom, de Renault (et de bien d’autres entreprises) en faisant perdre la face aux Japonais avec ses droits de vote double !!
Alors ne jetons pas le discrédit sur un candidat qui comme tous les autres a « fait » Science Po »et aurait pu faire l’ENA
C’est le drame de la France dont toutes les décisions importantes sont prises par « l’Enarchie « présente dans tous les cercle et organes de Pouvoir en France

U ne idée serait de proposer aux grands patrons qui ont réussi à gagner la place de leader mondial sur leurs marches
comme Mr. Potier d’Air Liquide, Mr. J.P. Agon de l’Oreal, MR. le patron de Dassault système etc….et tous les autres
Il y airait bien aussi Mr. Carlos Gohn !!! mais il faudrait organiser le « distanciel »!!

OUi il faut une révolution dans les structures et la réorganisation totale de l’Etat : de ses missions ,de sa composition de ses structures d’organisation, de son type de recrutement si l’on veut que la France retrouve la prospérité en laissant le champ libre aux hommes /femmes de compétence de créer de la valeur et de la confiance

Oui libérer les forces présentes qui se trouvent enchaînées par le système dirigiste bureaucratique

Répondre

Laissez un commentaire