Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Victoire ! L’Urssaf ne mettra pas la main sur les cotisations retraite des salariés du privé !

Victoire ! L’Urssaf ne mettra pas la main sur les cotisations retraite des salariés du privé !

par
2 516 vues

L’IREF avait tiré le signal d’alarme dans plusieurs articles publiés sur notre site, dans le Figaro et dans Valeurs Actuelles.  Le recouvrement des cotisations des salariés du privé à leurs caisses de retraite complémentaires, l’Agirc et l’Arrco, devait être confié aux Urssaf (Unions de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales). Une habile manœuvre du gouvernement qui aurait permis à l’Etat de se servir dans les réserves des caisses (62 milliards d’euros) et de gérer à sa guise plus de 87 milliards d’euros (2022), prélevés à 25 millions de salariés du privé et reversés à 13 millions de retraités. Une manière aussi d’étatiser les retraites complémentaires du privé qui sont, contrairement à ce que fait l’Urssaf, correctement gérées. Nos arguments ont porté car le ministre du Travail, Olivier Dussopt, a déclaré clairement, lors de la conférence de presse sur la réforme des retraites : « Nous avons décidé de ne pas poursuivre le chantier d’unification du recouvrement des cotisations Agirc-Arrco ». L’abandon de ce transfert de recouvrement des cotisations Agirc-Arrco va figurer dans le budget rectificatif de la Sécurité sociale.

C’est un vrai soulagement pour ceux qui sont concernés, les salariés du privé. Il faut néanmoins rester très vigilants et veiller à ce que dans les prochaines années le gouvernement ne change pas d’avis. La réforme paramétrique des retraites présentée par Elisabeth Borne n’est nullement suffisante pour régler le problème du financement et les décideurs politiques (ainsi que les syndicats du public) seront toujours tentés de siphonner l’argent là où il se trouve. Mais, pour le moment, réjouissons-nous, c’est déjà une victoire.

Vous pouvez aussi aimer

14 commentaires

Laurent46 12 janvier 2023 - 5:20

Au lieu de raconter n’importe quoi regardez ce qui s’est déjà passé ils ont déjà mis la main sur la Cipav et son pactole et vous croyez que ce sera autrement avec les autres caisses ? C’est la seule solution pour l’Etat, justifier de « revenus » supplémentaires pour obtenir encore des prêts et augmenter la Dette Macron.

Répondre
Nicolas Lecaussin 12 janvier 2023 - 9:21

C’est un fait !

Répondre
Serrat Jean 12 janvier 2023 - 6:20

Oui, c’est une bonne nouvelle. Au demeurant, n’oublions pas qu’en plus, lorsqu’on parle de 87 Milliards d’euros de réserves des Caisses de retraite complémentaires, on parle de valeur comptable. Ce sont ces données qui sont affichées par le COR. Par exemple, si notre caisse a acheté un immeuble 200 millions d’euros il y a 20 ans, celui-ci, en valeur comptable, est pris en compte à 200 millions dans les comptes de cette année alors qu’en valeur vénale, ce qu’il vaut réellement aujourd’hui, il est peut être à une valeur de 250 millions. Ainsi, lors du projet de RU, le COR affirmait que la CRPN, caisse des navigants de l’aérien avait des réserves de 3,2 milliards. Oui c’était vrai en valeur comptable mais, en réalité, en valeur vénale, ce qui veut dire en valeur réelle du jour, ces réserves étaient de 5,5 milliards. Voilà la réalité sur le pactole sur lequel le gouvernement voulait faire main basse. Merci

Répondre
Almaviva 12 janvier 2023 - 8:08

Ouf ! on respire ! bravo à tous ceux qui ont permis cette annulation !

Répondre
Pasquier 12 janvier 2023 - 8:33

Vous parlez de l’agirc et de l’Arco c’est-à-dire des retraites des salariés du privé mais vous ne dites pas que l’Etat a déjà fait main basse sur les caisses de retraite des professions libérales qui elles aussi sont excédentaires.

Répondre
Daniel 1945 15 janvier 2023 - 9:49

Exemple : la caisse de retraite des employés du notariat et non de la caisse des notaires comme se plaisent à le dire les médias tout comme quand ils parlent des frais de notaires. À qui profite l’infox ?

Répondre
montesquieu 12 janvier 2023 - 8:33

Puissiez vous dire vrai!
E Borne est restée vague sur le sujet.
L’appétit de la bureaucratie étatique n’est jamais rassasié.

Répondre
Pasquier 12 janvier 2023 - 8:36

L’Urssaf a déjà mis la main sur les caisses de retraite des professions libérales qui sont excédentaires

Répondre
JACQUES 12 janvier 2023 - 9:16

Merci de vous être opposés à l’étatisation des retraites du privé.
Merci de vous opposer à l’étatisation galopante en France.

Il reste à ouvrir le chantier de la désétatisation de notre pays et de la CEE. Cela ne sera pas facile, voire impossible, car l’étatisation est une tendance mondiale.

Désétatiser n’est-ce pas démocratiser ?

Répondre
Obeguyx 12 janvier 2023 - 10:34

C’est reculer pour mieux sauter… On tente, on tente, on tente et un jour ça marche… soit parce que les gens se sont lassés, soit parce qu’une fausse promesse juteuse a été émise… Bref, c’est toujours la même « couillonnade », comme aurait dit un célèbre acteur d’autrefois.

Répondre
de JOANNES Michel 12 janvier 2023 - 10:53

Et la capture du 1% logement était passée comme une lettre à la Poste sans que personne n´y trouve a redire…

Répondre
Anne 12 janvier 2023 - 4:24

La mainmise de l’état sur les caisses bien gérées était déjà ce qui était le plus clair dans le projet de 2019 de retraite par points. Il faut rester vigilants.

Répondre
Dupond 12 janvier 2023 - 5:52

Le régime des indépendants est aussi une catastrophe depuis que la gestion est confiée aux URSSAF ……. personne ne comprends les sommes réclamées er encore moins les calculs pour liquider les pensions .
Pour éviter ce genre de tripatougage il faut sortir les représentants syndicauts non privés de tous ces conseils d’adaministrations. La nécessité de s’impliquer pour participer aux décisons devient mpérative malheureusement les facilités offertes aux fonctionnaires est beaucoup plus restreinte pour adhérents des régimes privés

Répondre
Obeguyx 13 janvier 2023 - 4:29

Avec l’Etat tout est toujours couru d’avance.

Répondre

Laissez un commentaire