Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Victoire des ultraconservateurs en Iran : un test pour Biden

Victoire des ultraconservateurs en Iran : un test pour Biden

par
38 vues

L’élection présidentielle iranienne tenait du simulacre démocratique puisque les gardiens de la révolution avaient écarté les candidats modérés et réformateurs. Seuls les ultraconservateurs, proches des mollahs et anti-occidentaux, ont eu le droit de concourir. Les Iraniens l’ont bien compris : la participation a eu du mal à atteindre les 50 % alors qu’elle était de près de 70 % à la dernière élection. Le candidat du guide suprême, Ebrahim Raïssi, l’a emporté sans grande difficulté.

Quelles analyses peut-on tirer de ces résultats ? Tout d’abord, le constat d’une reprise en main totale de l’appareil d’État par le pouvoir religieux qui avait lâché un peu de lest lors des deux mandats de Hassan Rohani. Ensuite, le signe que la stratégie de pression maximale de Trump a fonctionné et que le régime se durcit pour survivre. La population apparaît de plus en plus lasse et semble presque résignée.

L’administration Biden a deux choix : soit continuer la stratégie de Trump qui consistait à sanctionner et isoler le régime afin de l’amener à céder aux exigences des Occidentaux ; soit tenter une médiation avec les diplomates iraniens dont la majorité est proche de Khamenei. Or la normalisation de l’Iran pourrait avoir pour conséquences la pérennité du régime en place, sans compter qu’elle affaiblirait la position américaine au Moyen-Orient. Biden marche sur une ligne de crête. L’élection de vendredi est une manière pour le régime iranien d’envoyer un message aux démocraties occidentales, certainement pas celui de l’apaisement.

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire