Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Taxation numérique : Bruno Le Maire veut absolument faire payer les consommateurs

Taxation numérique : Bruno Le Maire veut absolument faire payer les consommateurs

par
823 vues

En 2021, l’OCDE a publié un modèle de réforme fiscale internationale afin d’assujettir les multinationales à un taux d’imposition minimum. Ce modèle comporte deux piliers : d’une part un changement des règles fiscales sur la répartition des profits des multinationales avec une distinction entre le lieu où est réalisé le chiffre d’affaires et le lieu du siège social, d’autre part un impôt minimum mondial de 15 % sur les profits des multinationales.

Si le deuxième pilier fait l’objet d’un consensus, le premier est source de blocage. Lors d’une réunion ministérielle du G20 cette semaine en Inde, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a pu constater les réticences persistantes des États-Unis, de l’Arabie Saoudite et de l’Inde – soucieux avant tout d’aménager le dispositif afin de renforcer leurs capacités fiscales. En l’absence d’accord du G20 et de l’OCDE, M.  Le Maire n’a pas trouvé de meilleure solution que d’imposer la réforme à l’échelle européenne.

Rappelons que le gouvernement français est parmi les premiers à avoir instauré un impôt minimum sur les GAFAM dès 2019, avec une taxation de 3 % du chiffre d’affaires français des groupes qui réalisent un chiffre d’affaires supérieur à 750 millions d’euros – dont au moins 25 millions réalisés dans l’Hexagone.

L’adoption du premier pilier au nom d’une “concurrence équitable au niveau mondial”, aurait principalement pour effet de fausser les règles du marché libre et de limiter les bénéfices des entreprises les plus compétitives. Contrairement à la France, les États-Unis, l’Arabie Saoudite et l’Inde ont compris les conséquences potentiellement négatives d’une telle politique pour leur économie. L’ensemble de ces dispositifs fiscaux pénalisent les salariés et les consommateurs sur lesquels seront répercutés la hausse de l’imposition. L’IREF ne le rappellera jamais assez : taxer les multinationales, c’est pénaliser l’économie entière.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

3 commentaires

Acidacetix 24 février 2023 - 4:15

En tant que naïf de service je ne vous suis pas quant à la conclusion. Supposons une société multinationale imposée à 15% au plan mondial qui fait une grande part de ses bénéfices en Europe et l’autre aux Etats-Unis, imposer ses bénéfices à 3% en Europe laisse 12% pour les Etats-Unis. N’est-ce pas ?

Répondre
Nicolas Lecaussin 25 février 2023 - 7:29

C’est 15 % partout…si tout le monde est d’accord..

Répondre
Astérix 2 mars 2023 - 10:38

Une fois de plus, encore une taxe !? Bruno Le Maire ne sait rien faire d’autre !? c’est tellement facile, mais la France va s’écrouler sous les taxes. Continuons !?

Répondre