Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Restriction des visas pour les pays du Maghreb : Darmanin préfère le sans-papier au contribuable

Restriction des visas pour les pays du Maghreb : Darmanin préfère le sans-papier au contribuable

par
938 vues

Le 18 décembre, Gérald Darmanin a rencontré Abdelmadjid Tebboune, le président algérien, pour mettre fin à la restriction de l’octroi de visas aux ressortissants algériens. Cette politique date de l’automne 2021 et concernait l’Algérie, la Tunisie et le Maroc, qui devaient améliorer la lutte contre l’immigration illégale pour obtenir un retour à la normale. Un tiers des visas tunisiens et la moitié des visas marocains avaient été refusés. La place Beauvau a depuis levé ses restrictions, à la fin du mois d’août pour la Tunisie et courant décembre pour le Maroc.

Entre janvier et juillet, sur 7 731 obligations de quitter le territoire (OQTF) pour des ressortissants algériens, seules 22 d’entre elles ont été mises à exécution, soit 0,2%, un chiffre par ailleurs contesté par leur gouvernement. Sur la même période, le Maroc affiche un taux de 2,4% et la Tunisie de 4%. Lorsqu’un sans-papier reçoit une obligation de quitter le territoire français, son pays d’origine doit encore délivrer une autorisation consulaire, sans parler du test contre le Covid-19, auquel certains refusaient de se soumettre. La Tunisie est revenue sur ce dernier point, ce qui lui a permis d’obtenir l’arrêt de la restriction.

Si l’on connaît les efforts annoncés et accomplis par la France pour préserver les relations diplomatiques avec les pays du Maghreb, on en sait un peu moins sur les progrès qu’ils ont, eux, réellement faits en matière d’aide à la lutte contre l’immigration illégale. Les récentes politiques extérieures ne permettent pas d’espérer des rapports d’égal à égal, tant la France tient à se montrer conciliante, au risque d’être foulée aux pieds par des gouvernements plus habiles dans le jeu géopolitique. On regrette que l’Etat français accorde si peu d’importance à la sécurité de ceux qui le paient, et autant au maintien de bonnes relations avec ceux qui se jouent de lui. Rappelons que les personnes sous OQTF touchent des prestations sociales et que l’Algérie, depuis 2000, a reçu 217,2 millions d’euros de l’Agence française de développement.

Vous pouvez aussi aimer

5 commentaires

Broussard 20 décembre 2022 - 7:13

Vive la France !
Enfin…
ce n’est qu’un point de vue.

Répondre
Laurent46 20 décembre 2022 - 7:48

Je viens de lire qu’il donne encore 200 € pour une certaine catégorie de personnes et majoritairement des étrangers. Si on fait le compte annuel de ces distributions pour ces personnes je me demande ou est encore la conviction pour d’autres d’aller travailler. Devenez migrants en cette République vous allez vivre dans des châteaux au frais des Français qui travaillent ou qui ont travaillé toute leur vie pour faire de la France ce qu’elle était avant l’arrivée de Macrons et de cette nouvelle génération de politiques tous plus irresponsables et stupides les uns que les autres. Il suffit de regarder ce qui se passe avec les parlementaires !

Répondre
Astérix 22 décembre 2022 - 11:55

Mais LAURENT 46 tout à fait d’accord mais regardez les français, ils sont contents, sinon ils n’auraient pas voté pour nos incapables. Ils n’auront que ce qu’ils méritent, la faillite et l’envahissement des migrants !
Quand je dis que ce sont des boeufs !
Une calamité pour la France.

Répondre
Caroline 22 décembre 2022 - 8:04

La vraie question est ce que la France reçoit en échange des visas, quelles sont nos dépendances par rapport aux pays du Maghreb. Il me semble que nous achetons du gaz à l’Algérie. Qu’en est-il des autres pays?
Si nous n’avions aucune dépendance nous pourrions aisément leur refuser tout ce qui nous convient et poser nos conditions pour accorder des visas.

Répondre
Photini 3 janvier 2023 - 12:29

Nous vivons une époque de démence menant au suicide. Cela cela pourrait s’appeler l’hétérotélie. On veut faire du bien, mais on fait du mal. On veut faire du mal et on fait du bien (cela arrive quelques fois comme par exemple quand on veut nuire à une personne mais, curieusement, on l’agrandit en lui donnant de l’importance). L’exemple le plus parlant d’hétérotélie est celui d’Hitler. On voulait faire du bien, éviter la guerre, le mal absolu, et on a fait du mal en laissant les mains libres à Hitler qui a pu construire tranquillement son projet. On prend des décisions aujourd’hui sans se préoccuper du résultats au bout de quelques générations. Je crois que les peuples ont le destin qu’ils méritent et si les Français sont sortis de l’histoire, tant pis pour eux. Demain, ils seront les derniers des Mohicans.

Répondre

Laissez un commentaire