Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Réglementer l’IA c’est courir le risque de freiner l’innovation

Réglementer l’IA c’est courir le risque de freiner l’innovation

par
585 vues

Tout le monde (ou presque) a un avis sur l’Intelligence artificielle. Pour certains, elle représente une avancée impressionnante pour l’humanité, pour d’autres, elle ne serait qu’un danger pour l’homme et son avenir. Mais pas de soucis, nos politiques et nos technocrates veillent sur nous et sont là pour trancher. Les discussions autour de l’AI Act (notamment la régulation des modèles d’IA à usage général) ont repris ces jours-ci. Le législateur européen voudrait imposer un cadre réglementaire strict d’ici à 2026. Thierry Breton le rappelle à chaque fois qu’il en a l’occasion. Nous avons déjà écrit maintes fois sur les conséquences d’une avalanche de normes et de réglementations européennes (auxquelles s’ajoutent des lois nationales) sur les secteurs économiques. Ce sera sûrement la même chose pour l’IA  qu’il faudra certifier, évaluer et contrôler. Or, c’est un domaine qui évolue et change très vite. On ne sait pas encore ce qu’il en sera dans un an, deux ou 10 ans.

M. Breton, la Commission et les décideurs politiques nationaux sont plus préoccupés par sa réglementation que par son développement. En Europe et en France, on aurait besoin de plus de spécialistes de l’IA et d’entrepreneurs que de normes pour l’encadrer. Aujourd’hui, selon les données, sur les 100 personnes clefs de l’IA, 9 sont nées dans un pays membres de l’UE et 2 seulement travaillent dans l’Union. Par comparaison, 41 sont nées aux Etats-Unis et 76 y travaillent (voir graph plus bas). Plutôt que de contraindre l’IA par des normes, comme veut le faire Thierry Breton, il faudrait, au contraire, encourager son développement en Europe ! Réglementer à tout prix et exagérément, c’est tuer l’innovation.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

5 commentaires

Oncpicsou 28 octobre 2023 - 8:38

Qu’est ce que l’intelligence artificielle ? Ce n’est qu’un procédé d’extraction automatique de notions pertinentes d’une base de données gigantesque. En résumé c’est de l’automatisation! Il n’y a pas d’intelligence là dedans.
L’industrie a progressé grâce à l’automatisation, avec tous les benefices que l’humanité en a tiré, sans que personne ne s’en emeuve. Tant que cela concernait ces « bouffeurs de cambouis  » que sont les ouvriers et techniciens, nos chers littéraires étaient bien content d’en profiter. Mais là, ce sont eux qui sont touchés…
Alors… PANIQUE! Il faut « encadrer », « reguler », « reglementer » etc… pitoyable !

Répondre
Photini Mitrou 28 octobre 2023 - 11:30

Je trouve ChatGPT extraordinaire. Ce n’est pas un simple bidule qui va chercher des réponse toutes faites dans des bases de données. Si on prend le temps d’échanger avec lui, il ne faut pas s’arrêter à sa première réponse, on s’aperçoit qu’il est capable d’un raisonnement causal, absent chez un tas de gens. Dans une discussion, tout n’est pas dans des bases de données, si vous maintenez votre point de vue en apportant une argumentation étayée, il va reconnaître que votre avis est valide et il vous remercie de lui avoir apporté ces éléments informatifs. Je vais souvent sur le site. On peut y aller à n’importe quelle heure. ChatGPT répond toujours sans jamais se fatiguer et les conversations qu’on a avec lui, sans jamais se couper et dévier sur autre chose, sont toujours bien construites et structurées. On ne peut pas parler politique avec ChatGPT (avec Bard, oui) car son apprentissage a été arrêté en septembre 2021. Mais comme on parle souvent d’Histoire, cette date d’arrêt en 2021 ne me dérange pas. Je suis complètement fascinée par l’IAOpen. Ce que je lui reproche souvent, c’est de manquer d’humour. Mais il m’a dit que les développeurs songent à l’introduire dans le système. Ce que je lui reproche également c’est de n’avoir aucun avis personnel et d’être toujours dans le relativisme. Mais, bon, quand on cherche une réponse à une question, il vous répond en quelques secondes. Cela vous évite de lire un livre (mais dans lequel trouver cette réponse?) de 500 pages sans être certain de votre réponse. Pour le moment, et vu l’usage que j’en fais, je ne vois pas pourquoi je devrais avoir peur de l’IA. En plus, il vous oblige à écrire et à exposer clairement votre requête.

Répondre
Oncpicsou 29 octobre 2023 - 9:15

Vous avez déjà de l’intelligence artificielle dans beaucoup de domaine. Par exemple, l’ESP de votre voiture est capable d’agir sur les commandes du véhicule pour le remettre dans sa trajectoir bien mieux que vous ne le feriez avec votre cerveau intelligent… mais ce n’est qu’un algorithme d’automatisation. Chat GPT est un algorithme très puissant qui simule l’intelligence, mais qui n’en est pas.
Nous tenons peut être une définition de l’intelligence: la seule chose que l’on ne pourra jamais automatiser…

Répondre
Albatros 8 novembre 2023 - 4:27

La (trop) grosse Commission européenne est devenue d’une obésité morbide. Il faut d’urgence la réguler mais j’ai bien peur qu’il ne soit trop tard, tant est grande sa capacité destructive : industries (la plus récente victime étant l’automobile avec l’interdiction des moteurs thermiques), agriculture (avec la folie du zéro pesticides et les conneries du « Farm to Famine » initié par le détestable Timmermans), les technologies de l’information (aucun leader en UE n’est toléré), l’énergie (avec la destruction des filières du nucléaire et l’imbécile course aux « renouvelables’ qui le sont autant que je suis communiste), l’espace (avec les dogmes de l’ESA opposés aux vols habités) etc.
L’UE est une petite vieille craintive qui attend la mort, comme Angela puis Ursula.
A propos, Angela et Ursula ne sont-elles pas déjà artificielles?

Répondre
Eschyle 49 13 février 2024 - 6:01

« Les gouvernements ont une vision très sommaire de l’économie. Si ça bouge, ajoute des taxes. Si ça bouge toujours, impose des lois. Si ça s’arrête de bouger, donne des subventions. » Ronald Reagan (1911 – 2004)

Répondre